Château de Breteuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Breteuil
Image illustrative de l'article Château de Breteuil
Présentation
Type Château
Date de construction XVIIe siècle
Protection  Inscrit MH (1961, intérieurs et parc)
Logo monument historique Classé MH (1973, façades, toitures, colombier, parc et jardins)
Géographie
Pays France
Localité Choisel
Localisation
Coordonnées 48° 40′ 49″ N 2° 01′ 23″ E / 48.68028, 2.02306 ()48° 40′ 49″ Nord 2° 01′ 23″ Est / 48.68028, 2.02306 ()  

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

(Voir situation sur carte : Yvelines)
Château de Breteuil

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Breteuil

Le château de Breteuil est un château situé à Choisel (dans les Yvelines), dans la vallée de Chevreuse, à 35 km au sud de Paris.

Ce château fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [1], son parc et ses jardins à la française et à l'anglaise étant labellisés « Jardin remarquable »[2]. Ouvert au public, il présente des saynètes liées à la vue et l'histoire du château, mis en scène par des statues de cire réalisées par le musée Grévin et des automates réalisés par Janie et Armand Langlois.

Description architecturale[modifier | modifier le code]

Le château de Breteuil présente une architecture du XVIIe siècle, comportant une cour carrée, entièrement enserrée de murs ou de constructions et bordée de fossés. Sur l'avant, deux pavillons d'angle et un corps de passage central ; en fond de cour, sur toute la largeur, un grand bâtiment dont le corps central a été conservé. Les bâtiments sont à structure en brique et remplissage sous enduit.

Il est entouré de jardins à la française et d'un jardin à l'anglaise, où se trouve une orangerie et un colombier. Le parc s'étend sur 75 hectares.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château situé à l'emplacement du château de Breteuil s'appelait à l'origine Bévilliers ou Buvilliers, parce qu'en ce lieu s'élevaient, à l'époque gallo-romaine, deux villas (bis villae). La seigneurie est mentionnée pour la première fois en 1142 et la première référence à un manoir remonte à 1560[3].

Le château appartient alors à la famille Le Jay. On[Qui ?] estime généralement que c'est dans les années 1580 que Nicolas Le Jay (mort en 1585) fait exécuter d'importants travaux qui donnent au logis son plan actuel. Selon d'autres historiens[Lesquels ?], ceux-ci seraient dus à Thibault Desportes, Grand Audiencier de la Chancellerie de France, qui achète le domaine par adjudication en 1596.

Le domaine passe d’oncles en neveux tout au long du XVIIe siècle. Ses propriétaires portent successivement le nom de Desportes, Chanteclerc, Renouard et enfin Breteuil[réf. nécessaire]. En effet, en 1712, Charles Le Tonnelier de Breteuil est l’héritier du dernier des Renouard et désormais le domaine sera transmis de père en fils jusqu’à l’époque actuelle. Claude-Charles, époux de Laura O’Brien de Clare, meurt en 1735[réf. souhaitée]. Son fils Claude Stanislas Le Tonnelier de Breteuil (1730-1784) fait de très importants travaux tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Apparaissent alors un « bosquet de la garenne » et un « bosquet chimérique », des « chambres de verdure », un « potager-verger en quatre terrasses », un « pavillon chinois », un « ha-ha », etc[3].

Deux autres ancêtres se distinguent au XVIIIe siècle, Gabrielle-Émilie de Breteuil (1706-1749), femme de sciences et Louis Auguste Le Tonnelier de Breteuil, ambassadeur puis ministre du Roi Louis XVI. C'est lui qui est chargé d'arrêter le Cardinal de Rohan, le 15 août 1785, à Versailles, lors du scandale de l'affaire du collier. Le baron de Breteuil est l'un des proches soutien de Marie-Antoinette et de Louis XVI[3].

Mis sous séquestre sous la Révolution française, le château est repris par Charles de Breteuil en 1802. Un jardin anglais succède au parterre et autres installations du XVIIIe siècle[3].

En 1820-1830, les murs de la cour sont détruits et les fossés sont asséchés[3]. À la fin du XIXe siècle, d'importants travaux sont à nouveau réalisés pour Henri Le Tonnelier de Breteuil, VIIIe marquis de Breteuil : deux ailes en retour sont ajoutées au bâtiment du fond, les pavillons antérieurs sont surélevés, les communs sont reconstruits (seul le colombier est préservé)[réf. nécessaire]. Le château retrouve des jardins à la française grâce aux paysagistes Henri Duchêne et son fils Achille[3].

Le fumoir présente la scène de la réception du 12 mars 1881, avec Henri de Breteuil, le Prince de Galles et Léon Gambetta

Député à l'époque, Henri de Breteuil reçoit le 12 mars 1881 Léon Gambetta et le futur Roi Edouard VII. Cette rencontre participera aux longs efforts diplomatiques en vue de la construction de l'Entente cordiale signée en 1904[3]. En 1912, le jeune Prince de Galles, petit-fils d’Edouard VII, futur Edouard VIII, séjourne au château pour apprendre le français[3].

À partir de 1967, le château est restauré par Henri-François, marquis de Breteuil, et la marquise, son épouse née Séverine Decazes de Glücksberg, fille du 4e duc Decazes et 4e duc de Glücksberg et ouvert à la visite du public[3]. Outre les scènes historiques, plusieurs scènes de personnages et d'automates ont été créées par le musée Grévin[réf. souhaitée], et par Janie et Armand Langlois sur le thème des contes de Perrault[4].

L'intérieur du château et le parc sont inscrits au titre des monuments historiques par arrêté du 29 octobre 1961. Les façades et toitures de l'ensemble du château ainsi que les douves, le colombier, le jardin à la française et le parc à l'anglaise sont classés au titre des monuments historiques par arrêté du 23 juillet 1973[1].

Les jardins[modifier | modifier le code]

Le domaine de Breteuil s’étend sur 75 hectares, et est classé « jardin remarquable »[2].

Le jardin à la française[modifier | modifier le code]

Le jardin à la française est situé de part et d’autre du château lui-même positionné dans un axe Nord-Sud. C’est à la fin du XIXe siècle qu’il prend son aspect actuel. Henri de Breteuil, le huitième marquis de la famille et grand-père de l’actuel marquis de Breteuil, entreprend entre 1897 et 1903 une ambitieuse campagne de travaux confiée aux paysagistes Henri et Achille Duchêne[réf. souhaitée]. Ces derniers établissent de grandes perspectives notamment grâce à l’aménagement d’miroir d’eau du côté Nord qui domine la vallée de Chevreuse. Ils embellissent les pelouses et les allées, réalisent des jardins de broderies de buis côté Sud, une mosaïque de buis et des topiaires en boule ou en pyramide tronquée côté Nord[réf. souhaitée].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le Jardin des Princes[modifier | modifier le code]

Le jardin à l’anglaise dit « jardin des Princes », est ainsi nommé en l’honneur de l’amitié entre la famille de Breteuil et la famille royale anglaise[5].

La restauration du jardin des Princes a commencé en 1991 sous la conduite de Séverine de Breteuil sur une étude du maître paysagiste René Péchère et de l’architecte en chef Jean Claude Rochette, avec le concours de l’Agence des espaces verts de la région Île-de-France et du Ministère de la Culture[5].

La réhabilitation de cet espace s’effectue sur la terrasse la plus ancienne du potager-verger devenue friche. Le cheminement traditionnel des potagers a été rétabli et stabilisé, les grands carrés semés de gazon et bordés de platebandes de fleurs. L’ancien bassin d’arrosage central a été restauré et mis en eau. Des fruitiers en cordons, palmettes et croisillons ont été replantés en bordure et un mail de cerisiers du Japon a complété l’ensemble.

Le labyrinthe[modifier | modifier le code]

Labyrinthe de buis

Réalisé en 2000, le labyrinthe situé sous la terrasse de l’orangerie fait écho à un autre labyrinthe aujourd’hui disparu. C’est Claude-Stanislas de Breteuil (1730-1783), maréchal de camp, qui est à l’initiative de la création du bosquet chimérique réalisé entre 1772 et mars 1773[3] et dont le plan est toujours conservé dans les archives du château. Il se situait derrière le colombier médiéval.

Le parc romantique[modifier | modifier le code]

En Île-de-France, il est rare de trouver sur un même site une telle diversité des milieux naturels[6], parmi lesquels :

Visite du château[modifier | modifier le code]

Le château est ouvert au public depuis 1967.

Les collections du château comprennent des tableaux royaux, un mobilier du XVIIIe siècle. On y découvre une famille dont les ancêtres s’inscrivent au cœur de l’histoire depuis quatre siècles. Cinquante personnages de cire réalisés par le Musée Grévin[7] sont mis en scène dans les salons. La visite permet en outre d'appréhender le quotidien des châtelains au fil des époques avec la visite des chambres, du fumoir, de la salle de bain, des cuisines du début du XXe siècle ou encore des écuries avec une collection d’attelages. Sept histoires de Charles Perrault sont mises en scène avec une vingtaine de personnages de cire dans les dépendances du château.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le domaine de Breteuil accueille également des réceptions et réunions professionnelles ainsi que des tournages (Madame Bovary de Claude Chabrol[réf. souhaitée], La Conquête (2011)[précision nécessaire], Joséphine, ange gardien[8][réf. insuffisante].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri-François de Breteuil, Un château pour tous : cinq siècles de souvenirs d’une famille européenne, Paris, Philippe Gentil,‎ 1975
  • Baron de breteuil, Mémoires, Paris, François Bourin,‎ 1992
  • Séverine De Breteuil, Lecture des cartes et plans sur lesquels figure Bévilliers-Breteuil, Les Cahiers de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région d’Ile-De-France, Paris, Gaud-Moisenay,‎ 1998, extrait du n°120 éd.
  • Évelyne Lever, Marie-Anoinette: la dernière Reine, Paris, Gallimard,‎ 2000
  • Yves Bruley, Évelyne Lever, Éric Mension-Rigau, Denis Picard et Agnès Walch, Connaissance des Arts : Breteuil, Paris, Société Française de Promotion Artistique,‎ 2001, hors série n° 169 éd.
  • Constance de Castelbajac, Journal de Constance Castelbajac, marquise de Breteuil 1885-1886, Perrin,‎ 2003
  • Évelyne Lever, L'affaire du collier, Paris, Fayard,‎ 2004
  • (en) Judith Zinsser, La Dame d’Esprit : A Biography of the Marquise Du Châtelet, From a life of frivolity to a life of the mind, New York, Viking,‎ 2006
  • Henri de Breteuil, marquis de Breteuil, Journal secret 1886-1889, Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps Retrouvé »,‎ 2007
  • Elisabeth Badinter et Danielle Muzerelle (dir.), Madame du Châtelet, La femme des Lumière, Paris, Bibliothèque nationale de France,‎ 2009
  • Florence Evin, « À Breteuil, “un château pour tous” mêle détente et Histoire », Le Monde,‎ 31 octobre 2009, p. 19
  • Madame du Châtelet, Discours sur le bonheur, Paris, Payot & Rivages, coll. « Rivages poche »,‎ 2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Notice no PA00087406 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a et b « JARDINS DE BRETEUIL (75 ha) », Parcs et Jardins de France (consulté le 27 juin 2013)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Connaissance des arts, Hors série 169, Eric Mansion-Rigau, 2001
  4. Le point, no 1491 du 13 avril 2001 page 120 Armand Langlois à Breteuil
  5. a, b et c Séverine de Breteuil, Les Cahiers de l'Institut de l'Aménagement et d'Urbanisme de la Région Île-de-France, n°120, 1998
  6. Georges Feterman, Arbres, éditions de l'Accacia, 2008
  7. Henri-François de Breteuil, Un château pour tous, 1975
  8. Diffusion le 4 juin 2013 TF1

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :