Château de Boves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Boves
Image illustrative de l'article Château de Boves
Type Château à motte
Destination actuelle Ruines
Protection  Inscrit MH (1926)[1]
Coordonnées 49° 50′ 36″ N 2° 22′ 51″ E / 49.84333, 2.38083 ()49° 50′ 36″ Nord 2° 22′ 51″ Est / 49.84333, 2.38083 ()  [2]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Picardie
Région Picardie
Département Somme
Commune Boves

Géolocalisation sur la carte : Picardie

(Voir situation sur carte : Picardie)
Château de Boves

Le château fort de Boves se situe à proximité immédiate d'Amiens8 km au sud-est), dans la Somme. Il n'en subsiste aujourd'hui que la motte castrale que surmontent deux pans de murailles (vestiges d'une tour). Le site, qui est l'objet de fouilles archéologiques depuis plusieurs années, est à nouveau étudié en été 2008.

Géographie[modifier | modifier le code]

Son assiette géographique dénote une position réfléchie de la part des Médiévaux. En effet il se trouve sur un promontoire scindé en son sud par un large fossé qui permet à la fois une implantation symbolique dans le paysage rural (sa hauteur) et défensive. Notons que ce fameux promontoire est bordé d'une vallée sèche (les Aires) à l'est et une vallée alluviale (avec l'Avre et la Noye) à l'ouest. À l'heure actuelle on sait que le site se "découpe" en en trois: la motte castrale (sud-est), une première basse-cour comprenant (à l'est) deux édifices religieux - un prieuré clunisien, ainsi qu'une église paroissiale - et enfin une seconde basse-cour plus au nord. Dans ces deux dernières il est évident que des habitations étaient présentes, bien qu'elles ne soient plus visibles dans l'espace actuel car édifiées en matériaux périssables.

Historique des recherches[modifier | modifier le code]

Depuis 1996 la motte est fouillée chaque année (fouilles programmées) par le Laboratoire d'Histoire et d'Archéologie de l'Université d'Amiens (Jules Verne) sous la responsabilité du Pr. Philippe Racinet. C'est donc dans une recherche tant historique qu'archéologique que se fonde Boves. Dans le même temps on peut clairement affirmer le fait que cette fouille est établie dans une volonté interdisciplinaire. À travers l'élaboration de thèses sur le site lui-même (Sandrine Mouny, en céramologie par exemple) ou de thèses régionales intégrant Boves dans leur travail (Benoit Clavel en archéozoologie, ou encore Sidonie Preiss en carpologie).

Histoire[modifier | modifier le code]

Construite vers le début du Xe siècle, la motte castrale est anthropique (i.e créée par l'homme). Selon les résultats des recherches actuelles, il semblerait que les premières occupations se fassent juste après son "édification". Le site est plus précisément une résidence d'élite.

La motte sera plusieurs fois agrandie et remaniée. [Notons d'ailleurs que l'occupation n'est pas entrecoupée de phases d'abandons, ce qui rend logiquement l'interprétation archéologique plus complexe.] Le château de la dernière phase de construction sera enfin démantelé en 1595. Il servira alors de carrière (véritablement) à ciel ouvert!

Au XIXe siècle, seuls les vestiges d'une tour subsistaient sur la motte, comme l'attestent des dessins et peintures et comme le mentionne très brièvement et vraisemblablement déçu Victor Hugo, lors de sa visite en août 1835 : « J'ai vu les ruines […] de Boves, un grand donjon crevassé... »[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • F. Chandeveau, "La motte castrale de Boves (Somme). Tabletterie et petits artefacts (Xe-XVIe siècles)" in Revue archéologique de Picardie, 2002, vol. 1 no 1-2. p. 25-71.
  • Philippe Racinet (coord.), Le site castral et prioral de Boves du Xe au XVIIe siècle - Bilan des recherches 1996-2000, Revue Archéologique de Picardie, n° spécial 20, 2002.
  • 1000 ans d’architecture dans le château de Boves - La motte castrale de Boves, résidence aristocratique et siège de pouvoir, Archéologia, no 414, septembre 2004, p. 37-49.
  • Philippe Racinet, "La motte castrale de Boves : résidence aristocratique et siège de pouvoir" in Archéologia no 414 ; Dijon : Faton, 2004. p. 36-49.
  • Philippe Racinet (coord.), Le site castral et prioral de Boves du Xe au XVIIe siècle - Bilan des recherches 2000-2006, Revue Archéologique de Picardie, no 1/2, 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00116106 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  3. Victor Hugo, Œuvres complètes - Voyages - "France et Belgique (1835, Lettre V, Du Tréport, 6 août)", coll. "Bouquins", éd. Robert Laffont, Paris, octobre 1987, p. 550.