Château de Borgholm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Borgholm
Image illustrative de l'article Château de Borgholm
Nom local Château de Borgholm
Début construction XIIe siècle
Protection Byggnadsminne
Coordonnées 56° 52′ 14″ N 16° 38′ 36″ E / 56.870556, 16.643333 ()56° 52′ 14″ Nord 16° 38′ 36″ Est / 56.870556, 16.643333 ()  
Pays Drapeau de la Suède Suède
Province historique Öland
Comté Comté de Kalmar
Commune Borgholm

Géolocalisation sur la carte : Suède

(Voir situation sur carte : Suède)
Château de Borgholm

Géolocalisation sur la carte : Kalmar

(Voir situation sur carte : Kalmar)
Château de Borgholm

Le château de Borgholm est un château en ruine situé à l'extérieur de Borgholm sur l'île d'Öland en Suède. Il fut probablement construit au XIIe siècle pour protéger le détroit de Kalmar, et l'île d'Öland. Il fut le théâtre de plusieurs batailles, en particulier entre la Suède et le Danemark, et finit par être fortement démoli autour de 1520. Il fut alors reconstruit dans un style Renaissance, mais fut démoli à nouveau durant la guerre de Kalmar. Après un certain temps, sa reconstruction fut de nouveau ordonnée, dans un style baroque, mais cette construction fut interrompue par manque d'argent, et un incendie en vint de nouveau à bout en 1806, ne laissant que les murs. Le château est maintenant classé byggnadsminne (sorte de monument historique), et est l'une des principales attractions de l'île d'Öland.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le château de Borgholm est situé juste à l'extérieur de Borgholm, dans la commune de Borgholm, dans la moitié nord de l'île d'Öland. Il domine la falaise Landborg, atteignant environ 25 m au-dessus des terres environnantes[1]. Cette falaise dessine une courbe précisément au niveau du site du château, créant ainsi une défense naturelle contre les ennemis provenant de l'ouest et du nord[1]. Ceci permettait au château de surveiller le détroit de Kalmar, séparant l'île des côtes suédoises du Småland. Du côté est et sud, se trouve un alvar, sorte de lande calcaire[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Première forteresse[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

Aile nord du château. Au premier plan, sur le sol, on remarque le tracé de l'ancienne tour circulaire.

Le château de Borgholm est mentionné pour la première fois dans un document en 1268, cependant, il fut probablement construit au XIIe siècle par Knut Ier de Suède. C'était en effet l'époque où le roi construisait de nombreuses forteresses, et fortifiait les églises côtières, afin de faire face aux nombreux ennemis de l'autre côté de la mer Baltique. Le château permettait de surveiller le détroit de Kalmar, ce qui était particulièrement important à cette époque car le Blekinge, juste au sud appartenait au Danemark. Il était alors constitué d'une tour centrale de 20 m, construite en calcaire. Autour de la tour se développa un petit village, avec une église, construite dans la première moitié du XIIe siècle. Le village comprenait aussi le plus vieux hôpital du sud-est de la Suède. Cet hôpital soignait les lépreux, la lèpre étant très répandue au Moyen Âge en Suède. Cet hôpital disparut au XIIIe siècle[2].

Sous le règne de Birger Jarl (1248-1266), la forteresse fut renforcée. Un mur d'enceinte flanqué de trois tours (à l'est, au sud et à l'ouest) fut construit, avec probablement aussi une tour carrée au niveau de la porte, du côté de l'alvar. Au début du XIVe siècle fut construite un bâtiment en pierre à l'intérieur des remparts, au nord, que l'on appelle de nos jours gamla kungshuset (que l'on peut traduire par l'ancien bâtiment du roi)[2].

Conflits[modifier | modifier le code]

Modèle du château au XIVe siècle.

En 1361, Valdemar IV de Danemark attaqua la forteresse, ce qui conduit à de nombreux dégâts. La forteresse fut finalement prise, et passa donc sous contrôle danois. L'année suivante, l'île fut offerte à la hanse comme gage[3], jusqu'en 1366. Les fortifications furent alors renforcées, probablement sous le règne d'Albert de Suède (1363-1389) : un fort carrée de 50 m par 60 m fut construit, la tour initiale se retrouvant alors dans la cour de ce fort. Des logements étaient situés dans ce fort du côté du détroit[2].

L'union de Kalmar, à partir de 1397, représenta une période instable, le château passant successivement entre les mains danoises et suédoises. Charles VIII de Suède et son beau-fils Ivar Axelsson Tott réussirent à maintenir le château sous contrôle suédois pendant une longue durée. Cependant, Ivar commit de nombreux actes de piraterie dans la mer Baltique. Sten Sture le Vieil fut contraint d'assiéger le château en 1487 pour le faire cesser, mais Ivar parvint à s'échapper dans la nuit. En 1519, le danois Søren Norby attaqua l'île et détruit complètement le château[4]. En 1523, avec la fin de l'union de Kalmar, le château redevint suédois[2].

Château de la renaissance[modifier | modifier le code]

Reconstruction[modifier | modifier le code]

Modèle du château vers 1600.

Après la fin de l'union, le château étant détruit, le roi Gustave Ier Vasa ne pouvait y résider, mais au lieu de reconstruire le château, il fit construire un bâtiment à proximité, appelé de nos jours Vasahuset (la maison de Vasa). En revanche, son fils Jean III de Suède ordonna la reconstruction du château en 1572. Cependant, il ne fit pas reconstruire la forteresse dans son état initial, mais à la place en fit un château renaissance moderne. Il choisit comme architecte la famille Pahr. Ainsi, la construction ne réutilisait pas les éléments existants, excepté les fondations lorsqu'elles correspondaient au tracé du nouveau château, tel que pour l'aile ouest. Le nouveau château était carré, avec des tours circulaires aux quatre coins. L'aile faisant face au détroit était comportait les appartements. Pahr voulait retirer l'ancien donjon, qui se situait alors dans la cour du nouveau château, mais Jean III décida de le conserver en rappel de l'ancienne grandeur du château, et le fit donc restaurer. Il fit aussi restaurer gamla kungshuset et fit édifier à proximité nya Kungshuset (la nouvelle maison du roi). Malgré une orientation architecturale renaissance, l'aspect défensif du château était toujours très prononcé. Le calcaire nécessaire à la construction était prélevé dans les alvars à proximité, ainsi qu'à Gotland, et le bois était importé du Småland voisin[2].

Guerre de Kalmar[modifier | modifier le code]

La guerre de Kalmar.

Le château fut siège d'importantes batailles lors de la guerre de Kalmar (1611-1613), opposant la Suède au Danemark. En août 1611, l'armée danoise réussit à prendre le château de Kalmar et le château de Borgholm se rendit alors immédiatement, sans même avoir livré bataille. La Suède contrattaqua sous le commandement du futur roi Gustave II Adolphe de Suède, et fort d'une armée de 2 000 hommes, Gustave Adolphe reprit le château. On nomma alors Peder Mikaelsson comme colonel du château, qui fortifia rapidement l'île d'Öland, et rajouta des remparts autour du château de Borgholm. En mai de l'année suivante, l'armée danoise, sous le commandement de Gert Rantzau, arriva au sud de l'île et marcha en direction du château qu'elle assiégea. Après une semaine de siège, avec des bombardements incessants, Peder Mikaelsson se rendit. Le château ne redevint suédois qu'à la fin de la guerre, après le traité de Knäred. Le château fut sérieusement endommagé par le conflit. Même l'église avait été détruite par les suédois eux-mêmes, qui craignaient que les danois l'utilise comme abri. Le château n'était plus en état pour se défendre, et le pays ne souhaitait pas le rénover[2].

Château baroque[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Map of the castle », sur Borgholms slott (consulté le 20 juin 2011)
  2. a, b, c, d, e et f (en) « The History of Borgholm Castle », sur Borgholms slott (consulté le 19 juin 2011)
  3. (sv) « Tidens gång, 1300-1400 », sur Ölands folkhögskola (consulté le 20 juin 2011)
  4. (sv) « Om Sören Norby », sur Terra Scaniae (consulté le 20 juin 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]