Château de Belvoir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Belvoir
Image illustrative de l'article Château de Belvoir
le château de Belvoir
Type Château fort
Début construction XII-XIIIe siècle
Fin construction XVIIe siècle
Protection  Inscrit MH (1956)
Logo des sites naturels français Site classé (1992)
Coordonnées 47° 19′ 03″ N 6° 36′ 10″ E / 47.3174, 6.6027 ()47° 19′ 03″ Nord 6° 36′ 10″ Est / 47.3174, 6.6027 ()  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Comté de Bourgogne
Région Franche-Comté
Département Doubs
Commune Belvoir

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Belvoir

Le Château de Belvoir est un château fort du XIIe siècle à Belvoir dans le département du Doubs. Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 6 septembre 1956[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Seigneurie de Belvoir.

Construit à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle par les fondateurs de la maison de Belvoir, la seigneurie passera dans la maison de Cusance au milieu du XIVe siècle. Fidèles vassaux des ducs de Bourgogne, les Cusance seront sous les armes jusqu'au désastre de Nancy en 1477. En représailles, le château sera incendié par les troupes de Louis XI en 1480 et les domaines mis sous séquestre pendant 6 ans. Restauré et modernisé par Thibaut de Cusance en cette fin du XVe siècle, l'aile orientale fera l'objet d'un nouvel aménagement au début du XVIIe siècle par Claude-François de Cusance, colonel d'un régiment ou Tercio bourguignon de 3000 hommes au service de l'Espagne dans les Flandres, pour y loger sa jeune épouse Ernestine de Withem, marquise de Bergen-op-Zoom.

Leur fille sera la célèbre Béatrix de Cusance, considérée comme l'une des plus belle femme de son temps, épouse en 1re noces du Prince de Cantecroix, petit-fils de l'Empereur d'Autriche, puis du duc Charles IV de Lorraine et de Bar. Belvoir ne sera plus régulièrement habité par ses propriétaires à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle. Passé de la famille de Lorraine à celle de Rohan, la dernière baronne fut Marie-Louise de Rohan-Soubise, Princesse de Marsan, gouvernante des enfants de Louis XVI et de Marie-Antoinette. Transformé en petit séminaire puis en école catholique, abandonné à l'archevêché de Besançon par les héritiers de la famille de Rohan en 1848, le château sera ensuite morcelé et vendu à plusieurs cultivateurs.

Racheté en 1955 par le célèbre peintre Pierre Jouffroy, il fera l'objet d'une longue et patiente restauration pendant près de 50 ans. Après le terrible incendie qui dévasta l'aile orientale en 1968, 10 années seront nécessaires pour relever ce bâtiment de la ruine. Entièrement meublé, il présente diverses collections de meubles, tableaux anciens, armes anciennes et souvenirs historiques.

Il est ouvert à la visite de Pâques à la Toussaint, tous les dimanches et jours fériés, et tous les jours en juillet et août.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le château était protégé par un bourg fortifié dont l'entrée se faisait par un pont-levis jeté sur le second fossé. La porterie actuelle datée de 1620 comporte une porte voiturière et une porte piétonne portant la trace des pont-levis à poutres.

Le corps de logis forme un long rectangle finissant par la nouvelle chapelle, la grande salle (actuel salon Marsan), l'antichambre, la salle d'honneur (qui a succédé à quatre anciennes pièces suite à l'incendie de 1968), puis la chambre de Madame (la marquise de Berghes op Zoom) et le cabinet de Madame (actuel salon Béatrix de Cusance où l'on peut admirer son portrait en pièces par Anton Van Dyck et son atelier), enfin la pièce donnant sur la porterie semble être celle que les inventaires appellent "la chambre Dorée " où fut mis à l'abri le trésor de la Maison de Lorraine par le duc Charles IV pendant la guerre de "Trente ans". Cet étage repose sur plusieurs grandes salles voûtées dont les ouvertures ont été pratiquées au XIXe siècle pour les besoins du séminaire. À l'origine il s'agissait de cave à vins, la famille de Belvoir puis celle de Cusance furent propriétaires vignes à Mouthier-Hautepierre dans la vallée de la Loue depuis 1280 jusqu'après la révolution française. On visite également à ce niveau l'actuelle cuisine, autrefois boulangerie ou panneterie avec l'emplacement du four banal, la salle des gardes et le cachot.

Le second bâtiment implanté à l'ouest de l'éperon rocheux commence par la tour dite de "Madge-fâ" (fin du XVe siècle) qui fut d'abord coiffée d'un toit à l'impériale couvert de tavaillons ou tuiles d'épicéa. Au dernier étage subsiste une"lanterne" soutenue par un personnage accroupi, "le Madge-fâ, qui repose sur un grotesque pleurant pendant que deux autres grotesques moqueurs participent à ce qui semble être une vengeance des seigneurs de Belvoir contre l'envahisseur français qu'a été Louis XI. Un long bâtiment d'un trentaine de mètres sépare cette première tour d'une seconde: le Donjon. Ce bâtiment appelé l'arsenal était un ""grenier" destiné à conserver les denrées périssables et les graines (blé, orge, etc) richesse du seigneur. Ruiné, l'étage a été aménagé au XXe siècle avec des matériaux anciens pour former la belle façade sur cour. Le donjon, maintes fois reconstruit au cours des siècles a été couronné d'une superbe charpente. Les deux tours sont couvertes aujourd'hui de tavaillons.

Un bâtiment joignant le donjon à la porterie paraît avoir été détruit au début du XIXe siècle: il abritait les cuisines et une écurie, et il ne subsiste qu'un importante citerne. Enfin fermant la porterie au nord, une tour à "bossage" ne laisse apparaître aujourd'hui qu'un unique étage[3]. .

Protections[modifier | modifier le code]

Le château est inscrit au titre des monuments historiques le 6 septembre 1956[2]. Le château lui-même et ses abords forment sur 46 hectares un site classé depuis le 25 septembre 1992[4], surface elle-même incluse dans un site inscrit[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :