Château de Bellegarde (Loiret)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bellegarde.
Château de Bellegarde
Image illustrative de l'article Château de Bellegarde (Loiret)
Nom local Château des l'Hospital
Début construction XIVe siècle
Fin construction XVIIIe siècle
Protection Monument historique partiel (1928, 1937, 1969)
Coordonnées 47° 59′ 13″ N 2° 26′ 31″ E / 47.986972, 2.44181247° 59′ 13″ Nord 2° 26′ 31″ Est / 47.986972, 2.441812  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Gâtinais
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Commune Bellegarde

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Bellegarde

Géolocalisation sur la carte : Loiret

(Voir situation sur carte : Loiret)
Château de Bellegarde

Le château de Bellegarde, également appelé château des l'Hospital, est un château français se situant sur la commune de Bellegarde, dans le département du Loiret et la région Centre-Val de Loire.

Historique[modifier | modifier le code]

Au XIVe siècle, entre 1355 et 1376, Nicolas Braque fait édifier l'actuel donjon du château, sur plan carré avec quatre tourelles en encorbellement[2]. Les fondations du donjon semblent pourtant remonter au XIIe siècle, trois éléments d'arcature en font foi (rez-de-chaussée)[3].

Le château des l'Hospital change de physionomie sous Henri IV et Louis XIII, par l'action de Jacques de l'Hospital (1578-1635), dernier comte et premier marquis de Choisy-aux-Loges. A cette époque Claude Chastillon dessine le château, et Dom Morin le décrit.Jacques de l'Hospital fait notamment ajouter à l'ouest donjon le pavillon des Ondes qui renferme un bel escalier à rampe de fer forgé.

Dans la haute cour ou cour d'honneur (actuelle cour d'Antin), on trouve la tour capitaine, construite par Jacques de l'Hospital, abritant dans un premier temps un colombier. Elle est alors gravée par Chastillon (1564-1606). Puis, sous Louis XV, elle est aménagée en habitation par Gautier, sieur de Besigny, avant-dernier marquis de Bellegarde. L'origine de son nom se trouve dans cette dernière histoire : Gauthier de Bésigny aurait fait installer dans ce bâtiment le concierge, qu'on nommait alors capitaine[4].

Dans le courant du XVIIe siècle, les derniers l'Hospital édifient, à une date inconnue, les granges de la basse cour, dont les portes de briques rayonnantes subsistent encore.

En 1692, le duc d'Antin achète le château de Bellegarde. A partir de 1717, il fait remanier les deux cours du château pour aménager dans la basse cour ses écuries, et dans la haute cour ses appartements personnels. Il commence par le pavillon d'Antin (abritant actuellement le café du château et la collection de sculptures Charles Desvergnes), puis fait ajouter le pavillon de la salamandre (actuelle mairie), les cuisines, le pavillon de la surintendance (ainsi nommé en hommage au duc, surintendant des bâtiments du roi). Il fait également aménager le donjon, en perçant notamment de hautes fenêtres (on voit encore aujourd'hui la trace des anciennes ouvertures).

En 1782, Gilbert des Voisins, président au Parlement de Paris, dernier marquis de Bellegarde, fait construire par Viel, l'actuel escalier d'honneur de la face sud, avec des colonnes dans un style néo-grec.

La grille de la cour d'Antin portant le monogramme de Durand-Pingot remplace en 1836 celle du duc d'Antin, enlevée par les Alliés en 1815.

Classement[modifier | modifier le code]

Le château de Bellegarde n'est que partiellement inscrit à l'inventaire des Monuments historiques. Les façades et toitures des bâtiments suivants : le donjon et le pavillon du XVIIe siècle accolé au donjon, les pavillons d'Antin, de l'Intendance et du Capitaine, et les deux pavillons attenants, les pavillons du Jardinier, de la Salamandre (actuel hôtel de ville), de l'Écuyer et ses écuries attenantes, ont été inscrits le 24 avril 1928. Les parties des communs furent inscrits le 13 mai 1937. Enfin, le donjon de l'ancien château (murs, parapets et tertres des douves, plateforme avec ses deux ponts d'accès) fut inscrit le 22 octobre 1969[5]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. Jacques-Henri Bauchy, Mille ans d'histoire à Bellegarde, Bellegarde,‎ 1981
  3. Source : compte rendu de la conférence archéologique de 1930 qui avait dressé un bilan sur le château, le tout étant résumé dans le bulletin provisoire de la Société Archéologique et Historique de l'Orléanais n°12, mars-avril 1951
  4. Jacques-Henri Bauchy, Bellegarde, entre roses et forêt, Bellegarde,‎ 1997
  5. « Le château de Bellegarde », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


  1. « site de la commune »