Château de Beaumont-le-Richard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château de Beaumont.
Château de Beaumont-le-Richard
Image illustrative de l'article Château de Beaumont-le-Richard
Période ou style Anglo-normand
Type Château fort
Début construction XIIe siècle
Destination actuelle Ferme
Protection Logo monument historique Classé MH (1919)
Coordonnées 49° 22′ 13″ N 0° 58′ 00″ O / 49.37028, -0.96667 ()49° 22′ 13″ Nord 0° 58′ 00″ Ouest / 49.37028, -0.96667 ()  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Normandie
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Commune Englesqueville-la-Percée

Géolocalisation sur la carte : Calvados

(Voir situation sur carte : Calvados)
Château de Beaumont-le-Richard

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Beaumont-le-Richard

Le château de Beaumont-le-Richard, situé sur la commune d'Englesqueville-la-Percée, est d'architecture anglo-normande. Il date du XIIe siècle. Ce château est un des derniers exemples de logis seigneurial de cette époque encore en élévation.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construit sur une colline, la seigneurie existe depuis au moins l'an mil. Le château doit son nom à Richard du Hommet - (1115-1180[2]) bisaïeul de Jourdain du Hommet, connétable de Normandie, seigneur de Varenguebec, du Hommet et de Beaumont-le-Richard.

En 1220, Enguerrand du Hommet donne à l'abbaye de Mondaye l'église et les dîmes de Beaumont-le-Richart[3].

La seigneurie est transmise de familles en famille, mais, n'étant plus une résidence pour ses seigneurs, elle a été transformée en exploitation agricole.

Le château fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis septembre 1919[4].

L'existant[modifier | modifier le code]

La configuration du château a fortement changé lorsqu'après le déclin de la seigneurie, il a été changé en exploitation agricole, laquelle a fonctionné jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

Deux bâtiments romans : un bloc d’habitation et une grande salle, composée d’une nef et d’un bas-côté, datés du milieu du XIIe siècle. Au rez-de-chaussée, une salle voutée. Au premier étage du bloc d’habitation, une chambre refaite au XVIIe siècle, lors de l'aménagement de l'exploitation agricole, voisine d'une antichambre ornée d’arcatures romanes.

La chapelle privée a été affectée au culte vers 1640.

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Mesqui, Châteaux forts et fortifications en France, coll. « Tout l'art. Patrimoine », éd. Flammarion, Paris, 1997, 493 p. (ISBN 2080122711) p. 51-52

Références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. Généalogie de Richard du Hommet
  3. « Englesqueville-la-Percée », dans Louis Le Roc'h Morgère, Bernard Gourbin, Philippe Bernouis, et al., Le Patrimoine des communes du Calvados, coll. « Le Patrimoine des communes de France », éd. Flohic, Paris, 2001, 1715 p. (ISBN 2-84234-111-2)
  4. « Notice no PA00111298 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]