Château d'Issy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château d'Issy
Le pavillon du château d'Issy, actuelle annexe du musée français de la carte à jouer.
Le pavillon du château d'Issy, actuelle annexe du musée français de la carte à jouer.
Présentation
Période ou style Baroque français
Architecte Pierre Bullet
André Le Nôtre
Date de construction 1681-1709
Propriétaire Princes de Conti
Protection  Inscrit MH (1933)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Hauts-de-Seine
Commune Issy-les-Moulineaux
Localisation
Coordonnées 48° 49′ 22″ N 2° 16′ 24″ E / 48.822641, 2.273212 ()48° 49′ 22″ Nord 2° 16′ 24″ Est / 48.822641, 2.273212 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château d'Issy

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Château d'Issy

Le château d'Issy, aujourd'hui détruit, était situé sur le territoire de l'actuelle commune d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Au XVIIIe siècle, les princes de Conti ont été les principaux propriétaires de ce domaine aménagé. Le château a brûlé en 1871 pendant la commune de Paris.

Son pavillon d'entrée a été conservé, il abrite la galerie d'histoire de la ville d'Issy-les-Moulineaux, au sein du musée français de la carte à jouer.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les princes de Conti[modifier | modifier le code]

En 1615, à la mort de la reine Margot, le domaine qu’elle s’est créée est divisé en deux parties. L'une - acquise ultérieurement par les prêtres de Saint-Sulpice - deviendra le Séminaire Saint-Sulpice, et l’autre, le "petit Olympe", est réunie en 1660 par le financier Macé Bertrand de la Bazinière à la propriété voisine (la Chatellenie de Villepreux) , pour constituer une maison de plaisance.

En 1681, cette parcelle de terrain est achetée par le président à mortier, conseiller du roi et premier avocat général au Parlement Denis Talon[1]. Il confie à l'architecte Pierre Bullet[2],[3], élève de François Blondel, la conception d'un petit château. Denis Talon commande également à l'architecte paysagiste André Le Nôtre la construction des jardins et de fontaines[4], tandis que Pierre Desgots, jardinier du roi aux Tuileries et beau-frère de Le Nôtre[5], effectue des travaux dans le parc. Denis Talon meurt en 1698.

Le 20 janvier 1699, François Louis de Bourbon, prince de Conti et dit « le Grand Conti », rachète le domaine pour la somme de 140 000 livres. Le riche prince de sang entreprend de nombreuses modifications - que l'on suppose avoir été réalisées par Pierre Bullet - en agrandissant et en embellissant le château. Il dote en particulier le château d’une façade à péristyle composée de colonnes doriques, il fait construire l'entrée en hémicycle, ainsi que pour son fils Louis Armand II un bâtiment séparé appelé le petit château ou « pavillon des bains ». À la mort du prince en 1709, l'ensemble du domaine est complètement restylé. C’est dans ce domaine qu’en 1716 sa veuve, Marie-Thérèse, donne une très brillante fête en l’honneur de la duchesse de Berry.

En 1736, Louis François de Bourbon-Conti, petit-fils du Grand Conti, perd sa femme au château : Louise Diane d'Orléans, fille de l'ancien régent Philippe d'Orléans, y meurt à l'âge de vingt ans en donnant naissance à un enfant mort-né. Après sa mort, son mari se rend rarement à la propriété d'Issy.

Le château reste dans la famille des Bourbon-Conti jusqu’en 1776, date à laquelle le dernier descendant Louis François Joseph de Bourbon-Conti décide de vendre tous les biens qu’il possède à Issy. Le château devient alors la propriété d’Adrien Jules Gaultier Designy, président de la 2e chambre des requêtes du Palais. Ce dernier n’en profite que peu de temps, et cède en 1782 la propriété à la princesse de Chimay. Durant la Révolution française, celle-ci est arrêtée le 3 brumaire An II (24 octobre 1793) par les sans-culottes parisiens, et guillotinée le 8 thermidor (la veille de la chute de Robespierre). Le château est confisqué comme bien national. C'est le début de la déchéance de l’ancien domaine des Conti, qui se poursuivra durant tout le XIXe siècle.

La période moderne[modifier | modifier le code]

La période révolutionnaire passée, l’ensemble est acquis en mars 1809 par la famille du comte de l’Espine. Cette période voit l'ajout d'un pigeonnier, d'une orangerie, et d'un pavillon de l'hémicycle symétrique au « pavillon des bains » du XVIIe siècle.

En 1857, le domaine est racheté par le Comptoir central de Crédit, qui lance une opération de lotissement sur le parc en 1866. Pendant la guerre de 1870, ce qui reste du domaine est occupé par les troupes françaises défendant Paris conter les Prussiens. Le lieutenant-colonel commandant le régiment, le futur général Boulanger, s’installe dans le château.

Le 4 mai 1871, les canonniers de la commune de Paris y mettent le feu. Le château sera laissé aux flammes, et rien ne sera sauvé de l’incendie.

Les ruines du château restent à l'abandon pendant plus de quarante ans, avant d'être en grande partie démoli en 1910.

C’est alors que le sculpteur Auguste Rodin (1840-1917) rachète certains fragments architecturaux de la façade du château (le fronton de la façade de jardin, ainsi que les colonnes de l'avant-corps sur cour), qu’il fait remonter en 1907 et 1908 dans sa villa des Brillants à Meudon. À ciel ouvert du vivant du sculpteur, l'avant-corps du bâtiment s'appuie aujourd'hui sur un musée élevé de 1929 à 1931 par l'architecte Henry Favier, grâce à la donation de l'américain Jules Mastbaum, qui dota sa ville natale Philadelphie d'un musée Rodin, dont la façade reproduit celle du château d'Issy[6].

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, sur place ne sont conservés de l'ancien château d'Issy que :

Une petite partie du parc, rachetée par la commune d'Issy-les-Moulineaux et principalement vendue en lots, est transformée en l'actuel parc municipal Henri Barbusse, inauguré le 5 juillet 1936, avec son magnifique bassin conservé.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Le Bacon, Le château d'Issy, propriété des Conti de 1699 à 1777, in Les trésors des princes de Bourbon Conti, Exposition au musée d'Art et d'Histoire Louis-Senlecq à L'Isle-Adam, Somogy Éditions d'Art, 2000, (p. 102 à 106.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1] Roland Mounier, The Institutions of France Under the Absolute Monarchy, 1598-1789, Volume 2 The Origins of State and Society, University of Chicago Press, 1979, 716 p.
  2. http://www.encyclopedia.com/doc/1O1-BulletPierre.html
  3. Auteur de la porte Saint-Martin à Paris.
  4. À cette époque, Le Nôtre entreprend des modifications des jardins du château de Meudon, appartenant au Grand Dauphin.
  5. Arbre généalogique d'André Le Nôtre
  6. Panneau explicatif sur la façade du château d'Issy, au musée Rodin à Meudon.