Château d'Hardricourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château d'Hardricourt
Type Château
Début construction XIXe siècle
Propriétaire actuel Propriété privée
Coordonnées 49° 00′ 20″ N 1° 53′ 38″ E / 49.0056412, 1.893772749° 00′ 20″ Nord 1° 53′ 38″ Est / 49.0056412, 1.8937727  
Pays Drapeau de la France France
Région historique Île-de-France
Localité Hardricourt

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

(Voir situation sur carte : Yvelines)
Château d'Hardricourt

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château d'Hardricourt

Le château d'Hardricourt est un château du XIXe siècle entouré d'un parc arboré d'un hectare situé à Hardricourt dans les Yvelines en Île-de-France. Il appartient entre les années 1970 et 2011 à Jean-Bedel Bokassa, ancien dirigeant de Centrafrique, puis à ses nombreux héritiers.

Historique[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, le château est construit à Hardricourt à une quarantaine de kilomètres de Paris, sur l'emplacement d'un précédent château de 1786 avec une vingtaine de pièces (environ 550 m2 habitables), un toit en ardoise et une maison de gardien d'environ 100 m2.

Le parc arboré d'un hectare du château et celui de quatre hectares du « château des Tourelles » (qui abrite aujourd'hui la mairie) constituent un seul et même ensemble homogène, au centre du village, et domine la vallée de la Seine.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, le lycée Molière de Paris y est délocalisé pendant une courte période.

Dans les années 1970, le château est acheté par Jean-Bedel Bokassa, dirigeant de la Centrafrique depuis 1965, puis empereur de Centrafrique à partir de 1976.

Après avoir été chassé du pouvoir le 21 septembre 1979 au cours de l'opération Caban menée par les autorités françaises et après un exil de quatre ans en Côte d'Ivoire, l'ancien empereur Bokassa Ier est assigné à résidence dans ce château de décembre 1983 à octobre 1986, date à laquelle il quitte la France pour retourner en Centrafrique.

Après sa disparition le 3 novembre 1996, une longue procédure judiciaire de quatorze ans est entamée par l'administrateur judiciaire du domaine pour retrouver tous ses héritiers, soit 54 enfants dans le monde, dont 37 identifiés, qu'il a eu avec 17 épouses. Son fils aîné Georges Bokassa, prince à vie, ancien ministre de la Défense de son père, domicilié à 3 km au château de Mézy-sur-Seine, est le légataire universel et représentant de la succession. Au terme de cette procédure, le château est mis en vente au prix de 735 000 € et vendu aux enchères judiciaires le 12 janvier 2011 par le tribunal de grande instance de Versailles pour 915 000 €, pour permettre à l’État français de recouvrer une petite partie des sommes que devait l'ex-souverain de Centrafrique à l'administration fiscale.

La mairie d'Hardricourt, hébergée dans le château des Tourelles du parc voisin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]