Château d'Argenteuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Argenteuil.
Château d'Argenteuil
Image illustrative de l'article Château d'Argenteuil
Vue depuis la grille d'entrée
Propriétaire actuel Jean-Marie Delwart
Protection 1997
Coordonnées 50° 43′ 02″ N 4° 25′ 48″ E / 50.71733, 4.42987250° 43′ 02″ Nord 4° 25′ 48″ Est / 50.71733, 4.429872  
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Commune Waterloo

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Château d'Argenteuil

Le château d'Argenteuil est un ancien domaine situé sur le territoire des communes de Waterloo, Ohain (Lasne) et La Hulpe dans la province du Brabant wallon (Belgique). Acquis par l'État belge, le château Tuck abrita le roi Léopold III de Belgique et la princesse Lilian de Réthy, après que le roi eut abdiqué et quitté le château de Laeken.

Les deux châteaux des de Meeûs[modifier | modifier le code]

Il y eut deux châteaux de Meeûs à Argenteuil. Le premier fut construit dans les années 1830, par le comte Ferdinand de Meeûs, qui avait constitué un vaste domaine (265 hectares et en fin de compte 600 hectares) en acquérant des terres dans cette partie de la forêt de Soignes, qu'il nomma Argenteuil. À la suite d'un incendie qui ravagea le château à peine achevé, le comte construisit un second château en 1858, exactement au même emplacement. Cet édifice de style renaissance française qui abrite aujourd'hui la Scandinavian School Queen Astrid, est l'œuvre de l'architecte Jean-Pierre Cluysenaar. Quant à l'aménagement du parc, il fut confié à l'architecte-paysagiste Edouard Keilig. Après la mort de Ferdinand de Meeûs, c'est son épouse qui reprend la propriété. Son testament est très clair; c"est sa fille Henriette, célibataire, qui reprend le château et son parc tout ce qu'il contient à l'exception de certains objets soigneusement décrits. À sa mort, elle choisit le couple de Meeûs-Martini pour lui succéder.

En 1937 et 1938, deux arrêtés royaux accordèrent aux comtes de Meeûs et à leurs descendants le droit d’ajouter le nom d’Argenteuil à leur patronyme.

Le deuxième château construit par l'architecte Jean-Pierre Cluysenaar[modifier | modifier le code]

Le sort du deuxième château et de son parc issu du démantèlement de la propriété des Meeûs est quelque peu différent. Acquis par la S.A. Domaine d'Argenteuil appartenant à la famille Bernheim, il est cédé à des carmélites qui acceptent en contrepartie de remettre leurs propriétés autour de l'église du Sacré-Cœur de la rue Vanderkindere à Uccle. Trouvant cependant ce nouveau logis inadapté, les carmélites acceptent la proposition du baron Paul de Launoit de leur construire à ses frais mais sur ses propres terres un nouveau couvent sur une parcelle de 3 hectares à proximité.

En 1937, c'est donc la Compagnie mobilière et immobilière liégeoise (COMIL), dont les barons Paul et Arsène de Launoit sont les principaux actionnaires qui est propriétaire du château Meeûs et de son parc. Après la seconde guerre mondiale, l'État belge acquiert le château qui accueille l' Institut normal d'économie ménagère agricole et l' ISTI, puis en 1992 le vend à la Scandinavian School Queen Astrid.

Le château de William Hallam Tuck[modifier | modifier le code]

Les descendants du comte Louis Meeûs divisèrent le domaine en plusieurs parties, qu'ils revendirent. En 1929, un homme d'affaires américain, William Hallam Tuck, racheta une partie du domaine (143 hectares 59 ares 11 centiares), sans le château des Meeûs. William Tuck y fit construire une gentilhommière (voir photo) pour y résider durant la saison d'été. Ce fut l’architecte new-yorkais William Delano qui en conçut les plans. Cette gentilhommière, considérée comme le troisième château d'Argenteuil, à l'origine nommé château 'Bellevue' par son premier propriétaire ou château Tuck, est celle qui à partir de 1961, abrita la seconde famille du roi Léopold III et devint dès lors le Domaine royal d’Argenteuil.

L'acquisition du château par l'État belge et arrivée du "Berlaymont"[modifier | modifier le code]

Le 1er juin 1949[1], William Tuck vendit son domaine à l'État belge, qui en fit l'acquisition pour le compte de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB)[2]. En 1951, à l'initiative du Premier ministre Joseph Pholien, une loi conféra la jouissance du domaine d'Argenteuil au prince Charles de Belgique, comte de Flandre, pour le remercier d’avoir assuré la régence du royaume de 1944 à 1950. Mais celui-ci renonça bien vite à cette dotation. Le château fut alors aménagé pour accueillir les invités de marque venus visiter l'Exposition universelle de 1958.

En 1960, le comte Ludovic de Meeûs d'Argenteuil vend trente hectares du domaine ancestral aux religieuses du Berlaymont qui quittaient Bruxelles, leur couvent et le vaste parc privé y attenant étant exproprié par l'état belge pour y ériger le siège de l'administration européenne (ce que l'on nommait, à l'époque, le Marché Commun). Les religieuses installent donc leur nouveau couvent et leur pensionnat pour jeunes filles dans le vaste parc qu'elles ont pu acheter avec le produit de l'expropriation.

Argenteuil devient Argenteuil-la-Royale[modifier | modifier le code]

En 1961 le roi Léopold III quitta le château royal de Laeken avec sa seconde famille pour s’installer à Argenteuil. L’installation du roi dans le domaine nécessita des modifications du château et de ses dépendances, qui furent entreprises par le ministère des Travaux publics, au début de l’année 1960. Le couple royal et leurs enfants y résideront jusqu’au décès de la princesse de Réthy en juin 2002. Durant plus de quarante ans, il y eut deux cours royales en Belgique, celle de Laeken et celle d’Argenteuil. À Argenteuil, le couple royal se plaisait à recevoir de nombreuses personnalités issues du monde littéraire, scientifique, culturel, universitaire… C’est également en ces lieux que la Fondation cardiologique Princesse Lilian tenait ses colloques.

En avril 2003, sur décision du gouvernement belge, le château d’Argenteuil fut dépouillé des traces de ses anciens résidents royaux, avant d’être mis en vente par le service public fédéral Finances. Le 25 septembre 2004, le domaine fut racheté par Jean-Marie Delwart, chef d’entreprise passionné par l’éthologie. À l'époque, il avait été question que le domaine soit mis à la disposition de l'Union Européenne pour en faire la résidence d'un futur président européen dans le cas où la constitution de l'union, en préparation à l'époque, aurait prévu de créer, au sommet d'une éventuelle confédération européenne, un poste présidentiel (en référence au président des Etats-Unis ou, pour le moins, au président de la Confédération suisse). Si une telle perspective devait se réaliser un jour, le château d'Argenteuil prendrait place parmi les nombreux sièges présidentiels dont les noms constellent la politique mondiale tels l'Elysée, la Maison Blanche, le Palais du Quirinal, etc...)

Sur une autre parcelle du domaine, le baron de Launoit a fait construire par l'architecte Yvan Renchon la chapelle musicale Reine Elisabeth.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références et sources[modifier | modifier le code]

  • DEMEY (T.), La ceinture verte de Bruxelles, Badeaux, Bruxelles, 2006, p 346 à 357.
  • Michel Verwilghen, Le mythe d’Argenteuil : demeure d’un couple royal, Éditions Racine, Bruxelles, 2006.
  • Nicolas Delvaux Léopold III, mon père. témoignage de la princesse Esmeralda. production RTBF, 2011 film de 90’ format 16/9.
  1. Eric Meuwissen, Patrimoine - Jean-Marie Delwart, l'ancien patron de la Floridienne, s'est porté acquéreur de l'ancien domaine royal le Soir 25 sept 2004 page 25 (et en ligne)
  2. Eric Meuwissen, Nouvelle Argenteuil: Royal domaine une auberge de jeunesse. Le Soir 26 déc 1991. p.19 (et en ligne)