Château d'Anjony

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château d'Anjony
Image illustrative de l'article Château d'Anjony
Le donjon du château d'Anjony.
Période ou style Médiéval
Type Tour forte
Début construction XVe siècle
Fin construction XVIIIe siècle
Propriétaire initial Michel d'Anjony
Destination initiale Résidence seigneuriale
Propriétaire actuel Famille Pélissier de Léotoing d'Anjony
Destination actuelle Ouvert au public
Protection Logo monument historique Classé MH (1942)
Coordonnées 45° 03′ 14″ N 2° 28′ 41″ E / 45.05389, 2.4780645° 03′ 14″ Nord 2° 28′ 41″ Est / 45.05389, 2.47806  
Pays Drapeau de la France France
Ancienne province de France Auvergne
Région Auvergne
Département Cantal
Commune Tournemire (Cantal)

Géolocalisation sur la carte : Cantal

(Voir situation sur carte : Cantal)
Château d'Anjony

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château d'Anjony

Le château d'Anjony est un château fort, situé dans la commune de Tournemire (Cantal), département du Cantal (France), construit au début du XVe siècle par la famille d'Anjony..

Description[modifier | modifier le code]

Extérieurs[modifier | modifier le code]

C'est une forteresse d'aspect martial composée d'un haut donjon cantonné de quatre grandes tours d'angle circulaires coiffées de toits en poivrière. Un chemin de ronde sur mâchicoulis surplombe le corps central ainsi que les tours. Elle a été construite en pierre de lave sur un éperon qui domine la vallée encaissée de la Doire.

À proximité, se trouve le corps de bâtiments du XVIIIe siècle ajouté par Claude d'Anjony avant la Révolution. C'est un bâtiment rectangulaire en basalte à un seul niveau et toiture en lauzes à deux niveaux de lucarnes. Ce logis sévère et gris, renferme des décors raffinés de style Louis XV : parquets, boiseries, cheminées et trumeaux.

Les bâtiments de communs, répartis le long de l'allée d'accès au château, sont construits dans le même style que le logis ce qui constitue un ensemble exceptionnel[1].

Intérieurs[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, Michel Ier d'Anjony, fils de Louis III d'Anjony, et époux de Germaine de Foix fait décorer la grande salle du premier étage d'une fresque représentant les Neuf Preux. Ces fresques, réalisées vers 1575, ont été redécouvertes au début du XXe siècle derrières des boiseries qui avaient été installées au XVIIIe siècle. La fresque de Jules César, l'un des trois héros païens des Neuf Preux, a disparu suite au percement d'une fenêtre à la même époque.

Michel Ier et son épouse se sont fait immortaliser de part et d'autre de la cheminée monumentale.

La décoration de la chapelle privée représente des scènes de la Passion.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1351, Guillaume Johanini arrive sur les terres de la famille des Tournemire, l'une des plus puissantes maisons féodales d'Auvergne. La famille des Johanini est anoblie en 1360 et adopte de nom d'Anjony. En 1368, Bernard d'Anjony, bourgeois d'Aurillac, épouse Marguerite de Tournemire. Durant la guerre de Cent Ans, les deux familles, appartiennent à deux clans distincts : les Anjony faisant acte d'allégeance au roi de France tandis que les Tournemire, souverains sur leur terre, se rallient aux Plantagenêts. Autorisé par Charles VII, Louis d'Anjony fait construire le donjon médiéval, non loin du château des Tournemire, pour abriter le corps armé, ce qui provoque une haine profonde entre les deux familles jusqu'au meurtre de Claude d'Anjony en 1523. En 1590 un accord entre les deux familles reconnaîtra la « parité d'honneur » et la rivalité prend fin vingt ans plus tard par le mariage de Michel II d'Anjony avec l'héritière des Tournemire.

Au XVIIIe siècle, Claude d'Anjony, marquis de Mardogne, lieutenant du corps des gardes royaux, entame la construction du corps de logis qui jouxte l'une des tours.

Le château passe ensuite par héritage dans les familles de Léotoing puis Pélissier de Féligonde.

Vues du château[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :