Château d'Almourol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château d'Almourol
Image illustrative de l'article Château d'Almourol
Forteresse de Château Pèlerin.
Fin construction 1171
Protection Monument national (1910)[1].
Coordonnées 39° 27′ 43″ N 8° 23′ 02″ O / 39.461992, -8.383918 ()39° 27′ 43″ Nord 8° 23′ 02″ Ouest / 39.461992, -8.383918 ()  
Pays Drapeau du Portugal Portugal

Géolocalisation sur la carte : Portugal (administrative)

(Voir situation sur carte : Portugal (administrative))
Château d'Almourol

Le château d'Almourol (portugais : Castelo de Almourol), érigé en 1171 par Gualdim Pais, maître de la province du Portugal (Templiers), se trouve sur une petite île rocheuse au milieu du Tage au Praia do Ribatejo, Barquinha, Portugal. Il a servi de forteresse aux chevaliers de l'Ordre du Temple pendant la Reconquista.

Origine[modifier | modifier le code]

La première occupation du site est ancienne. Les premiers Lusitaniens en auraient déjà fait une place forte à l'époque et ce site a été occupé depuis la Rome Antique jusqu'à la fin du Moyen Âge. Il est certain que lorsque les troupes portugaises sont arrivées sur les lieux, le château existait déjà et était alors appelé Almorolan.

Le château et les chevaliers templiers[modifier | modifier le code]

Entrée du château, vue de l'intérieur
Passage reliant plusieurs sections du château

Le site a été confié aux chevaliers de l'ordre du Temple qui en ont fait une base pour leurs opérations entre le Mondego et le Tage. Comme ils étaient également chargés de la protection de la capitale d'alors, Coïmbra, le château a été reconstruit et les éléments architecturaux qu'ils y ont apportés sont toujours visibles à ce jour.

Grâce à une épigraphe placée sur la porte principale, on sait que la reconstruction a été achevée en 1171, soit deux ans après la construction du château de Tomar. Il existe de nombreux points communs entre ces forteresses qui appartiennent au même style d'architecture militaire templière. Les deux châteaux sont construits selon une disposition quadrangulaire. Les remparts sont protégés par neuf tours circulaires et il y a également une tour servant de prison au centre de la structure.

Les dernières caractéristiques représentent deux innovations à l'architecture militaire portugaise apportées par les templiers. La prison qui n'apparaît à Tomar qu'au XIe siècle et qui représente le dernier rideau de défense templier, est inhabituelle dans les châteaux de la même époque. La tour prison du château d'Almourol possède trois niveaux et a été largement modifiée au long des siècles, même si elle garde d'importants témoignages de son architecture première. D'un autre côté, la conception de murs avec des tours de taille équivalente sur les côtés est une caractéristique apportée par les templiers dans la péninsule Ibérique.

Lorsque l'ordre du Temple fut dissous, les châteaux d'Almourol et de Tomar furent donnés à un nouvel ordre, l'ordre de la chevalerie de Notre Seigneur Jésus-Christ, aussi appelé Ordre du Christ, fondé le 14 mars 1319.

Abandon et renaissance du château[modifier | modifier le code]

Vue du Tage depuis le château

L'Ordre du Temple étant dissous et la Reconquista achevée, le château d'Almourol tomba dans l'oubli. Au cours du XIXe siècle, le château fut repensé en suivant un idéal chevaleresque et romantique du Moyen Âge. La plupart des éléments d'origine ont été détruits dans le but de créer un monument médiéval emblématique mais sans aucun témoignage réel de son passé.

Le château au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Au cours du XXe siècle, le site a été remanié pour devenir une résidence officielle de la république. D'importantes rénovations ont été menées durant les années 1940 et 50 et eurent lieu dans ce château.

De nos jours[modifier | modifier le code]

Castelo Almourol Portugal 1.JPG

Aujourd'hui, Le château est en bon état de conservation. Il se trouve sur l'île Rio Tejo (Ilhota do Rio Tejo) dans la municipalité de Vila Nova da Barquinha et peut être visité gratuitement. Les visiteurs ont juste à payer un prix modique afin d'accéder au site en bateau.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)(pt) IGESPAR, « Notice no 70469 », sur Instituto de Gestão do Património Arquitectónico e Arqueológico.

Liens externes[modifier | modifier le code]