Château d'Alba-la-Romaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château d'Alba
Image illustrative de l'article Château d'Alba-la-Romaine
Le Château d'Alba
Période ou style Renaissance tardive
Début construction XIe
Fin construction XVIIe
Propriétaire actuel privée
Protection  Inscrit MH (1939)[1]
Site web www.chateaudalba.com/
Coordonnées 44° 33′ 19″ N 4° 35′ 57″ E / 44.555305, 4.59928 ()44° 33′ 19″ Nord 4° 35′ 57″ Est / 44.555305, 4.59928 ()  
Pays Drapeau de la France France
Région historique Rhône-Alpes
Département Ardèche
Commune Alba-la-Romaine

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château d'Alba

Le château d'Alba est un château situé à Alba-la-Romaine, en France[2] dans le département de l'Ardèche.

Même s’il affiche des allures de robuste fort, - son premier donjon est du XIe siècle - le château fut restauré et transformé au XVIIe siècle par George de la Beaume de Suze. Anciennes portes, échauguettes et tours ont gardé le souvenir des remparts médiévaux.

Avec sa silhouette de grosse bastide méridionale, il domine le village du haut de ses trois étages. Il cumule à l'époque les fonctions militaire, de prestige et de résidence, au-dessus de ses remparts dominant les rives de l'Escoutay et le bourg. Pendant les guerres de religion, les églises sont détruites et, à la Révolution, c'est au tour des châteaux d'être saccagés et vendus.

Le château d'Alba accueille au printemps, en été et en automne des expositions d'art contemporain et en été des concerts.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le château d'Alba portait autrefois le nom de château d'Aps. Alba est, à l'origine, un site gaulois sous le nom d'Alb qui signifie hauteur ou montagne. Sous la domination romaine, elle se nomme Alba Helviorum en latin officiel et Alpibus en latin vulgaire. Elle est la capitale de la province d'Helvie. Au Moyen Âge, son nom se change en Aps. C'est à partir de 1903 qu'elle prend le nom dAlba.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le château est situé sur la commune d'Alba-la-Romaine, dans le département français de l'Ardèche.

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque romaine[modifier | modifier le code]

Sous la domination romaine Ier au IIIe siècle, le ville d'Alba s'étale dans la plaine, au nord de la rivière de l'Escoutay. Au Ve siècle, l'insécurité, due aux invasions barbares, dépeuple la cité. L'évêque, qui séjournait jusque-là à Alba, s'installe à Viviers.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle, les évêques de Viviers construisent le donjon autour duquel la population se regroupe en formant le premier castrum.

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

Voici les différentes seigneuries qui se sont succédé au château d'Alba et, à travers lesquelles, on peut observer son évolution[3]:

La famille d'Aps[modifier | modifier le code]

La famille de Deux Chiens[modifier | modifier le code]

La famille d'Adhémar de Grignan[modifier | modifier le code]

La famille de La Beaume de Suze[modifier | modifier le code]

La famille Montagut[modifier | modifier le code]

Révolution[modifier | modifier le code]

En 1793, le château est assiégé par la population: il est vidé, les meubles sont vendus et la bibliothèque brûlée sur la place. Il est ensuite divisé en sept lots qui seront achetés par différentes personnes.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1880, le docteur Gaillard, un enfant du pays achète le château. Il a son cabinet à Lyon et il a fait fortune avec son remède contre les hernies. Il aménage tout le premier étage du château, au rez-de-chaussée, il coupe la cuisine médiévale en deux pour créer sa salle à manger qui est désormais le salon vert. Il y fait poser un magnifique parquet ainsi que dans la salle de danse.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 475 : la cité antique, Alba Helvorium, est abandonnée par ses habitants suite au transfert du siège épiscopal décidé par les évêques de Viviers. Les vignes recouvrent la cité pendant 6 siècles et la cité sert de carrière où l’on récupère des pierres calcaires déjà taillées.
  • XIe siècle : construction du donjon carré sur un dyke volcanique autour duquel la population se regroupe formant le premier castrum. Par la suite, il deviendra un château fort et l’aspect actuel date du XVIIe siècle, époque de la renaissance tardive.
  • 1240 : Fortification des enceintes médiévales d’Aps et de La Roche d’Aps. Aps était une baronnie.
  • 1267 : Pons II de Deux Chiens se rallie à la couronne de France. À la suite du mariage entre Blonde de Deux Chiens et Giraud d’Adhémar, seigneur de Grignan, la seigneurie d’Aps appartient à la famille Adhémar.
  • 1290-1568 : les Adhémar (Giraud d’Adhémar de père en fils) règnent en tant que barons d’Aps et co-seigneur de La Roche d’Aps avec la famille Du Teil (Barons du Teil).
  • 1612-1668 : famille de la Beaume de Suze règne. C’est à cette famille que l’on doit l’aspect actuel du château.
  • Le 10 août 1789 le château est saccagé. Le dernier comte d’Aps fut Charles-Laure de Montagut.
  • 1668-1793 : famille de Montagut.
  • 1779 : les habitants d’Aps refusent de s’acquitter de certaines redevances. Le château devient un bien national.
  • 1834 : branche des Montagut s’éteint.
  • 1880 : le docteur Gaillard entreprend des restaurations, les propriétaires se succèdent jusqu’en 1974.
  • 1939 : l'édifice est inscrit au titre des monuments historiques.
  • 1974 : le docteur Magdeleine Frimat rachète le château et entreprend des restaurations, ouvre le château au public, organise des expositions tous les étés et accueille spectacles et séminaires, aujourd’hui ses enfants continuent son œuvre. La restauration est menée avec l’aide des monuments historiques, le château étant inscrit à l’inventaire supplémentaire.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no IA00047937 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. « Château », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Abbé Pierre Arnaud, Armorial du château d'Alba, Privas, Imprimerie Lucien Volle, 1974