Château Couhins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Château Couhins est situé à Villenave d'Ornon, aux portes de Bordeaux. Longtemps propriété d'une famille de négociant, il fut classé en 1959. Le Domaine appartient aujourd'hui à l'Inra, l'Institut National de la Recherche Agronomique, qui l'a sauvé de la disparition en 1968.

Le Château Couhins a bénéficié des recherches les plus avancées en termes de viticulture durable, et à ce titre, est devenu une référence dans le domaine de la protection de l'environnement.

Parallèlement, après des années d'efforts, le vignoble a retrouvé son rang de cru classé. Sa qualité reconnue lui ouvre les portes du négoce de la place de Bordeaux, où il est désormais considéré comme une valeur montante.

Histoire du domaine[modifier | modifier le code]

A l’origine...

Château Couhins (“confins” en vieux gascon) tient son nom de sa situation géographique aux confins de l'ancien Comté d’Ornon, le long du ruisseau de l'Eau Blanche. Jusqu'au XVIIe siècle les châteaux Couhins et Carbonnieux ne forment qu'un seul domaine. Ils partagent une origine viticole probablement très ancienne, à l’instar des grands vignobles suburbains de Bordeaux.

La montée en puissance...

Les archives se montrent particulièrement discrètes sur le devenir du vignoble sous l’Ancien Régime. On sait néanmoins qu’à la fin du XVIIe siècle, le domaine appartient à la famille Banchereau (notaires bordelais) et émarge sous le nom de “Bourdieu de la Gravette”.

En 1760, la carte de Belleyme atteste l’importance du vignoble, sans qu’il soit possible d’en préciser la superficie. Les vins rouges constituaient alors la principale production du domaine.

Dans les années 1880, l’exploitation échoit à un négociant bordelais bien connu, Constantin Hanappier, avant d’intégrer, par le biais des mariages et héritages, le patrimoine viticole de la famille Gasqueton, déjà propriétaire, des châteaux Calon Ségur et Capbern Gasqueton à Saint-Estèphe. C’est à cette époque que les vins blancs firent leur apparition au sein du vignoble.

Sous la houlette avisée d’Edouard Gasqueton, le domaine impose l’image d’un cru d’exception, confortée, par l’achat du château du “Pont de Langon” qui, rattaché à Couhins, permet de porter le vignoble à un vaste ensemble de 60 hectares.

Le classement de Couhins

Dans les années 50, la production de Couhins atteint un niveau de notoriété enviable. Le prix du tonneau s’établit régulièrement autour de 60.000 Francs, plaçant le domaine dans le peloton de tête des crus de Graves. C’est ainsi que, lors du classement de 1955* établi comme celui de 1855 sur la base des notes des courtiers bordelais, le château Couhins se voit promu Cru Classé de Graves.

* Ce classement sera homologué en 1959

Incertitudes et rebondissements

Interrompant cette période d’embellie, la mort d’Edouard Gasqueton, en 1962, amorce une période de difficultés. Le contexte troublé des années 1960, avec son cortège de millésimes difficiles, oblige ses héritiers à faire des choix économiques.

Après avoir concédé un bail à André Lurton sur une partie de l’exploitation, ils mettent en vente l’ensemble de la propriété en 1968. L’Inra se porte alors acquéreur des terres de Couhins, tout en confirmant le bail consenti à M. Lurton, et cède à ce dernier 1.5 ha de vigne dix ans plus tard, donnant ainsi naissance au Château Couhins-Lurton. Château Couhins est alors sauvé in extremis de la disparition.

La renaissance

En réalité, en 1968, le vignoble de Couhins est presque à l’abandon. Sur les dizaines d’hectares qui le composaient quelques décennies auparavant, il ne reste guère que 2 hectares de vignes dont André Lurton va assurer la vinification jusqu’en 1979. Durant les années qui suivent, l’Inra va s’attacher à restructurer le vignoble sur la base d’une nouvelle définition parcellaire puis procéder à la construction d’un chai de vinification qui verra le jour en 1981.

Aujourd’hui, Couhins affiche une superficie de vingt-cinq hectares et met en œuvre un mode de production inspiré de traditions et de résultats de la recherche viticole.

Commercialisés pendant 25 ans au sein du vaste réseau de l’Inra, les vins de Couhins se vendent depuis 2007 par l’intermédiaire des négociants de la Place de Bordeaux, preuve d’une forte volonté de reconstruction de la notoriété de Couhins.

Une étape supplémentaire sera franchie en 2013 avec l’inauguration d’un nouveau bâtiment de production et d’une structure d’accueil destinée aussi bien aux professionnels qu’aux amateurs de ce Cru Classé de Graves.

Le terroir[modifier | modifier le code]

Un terroir complexe

La carte pédologique du Château Couhins met en évidence une certaine hétérogénéité des sols, favorable à une viticulture hautement qualitative.

En effet, trois grandes zones se distinguent : une croupe de graves, un socle argilo-calcaire et une zone sablo-argileuse.

La croupe de graves

La croupe de graves de Couhins est l'une des plus hautes de la commune de Villenave d’Ornon (41m). Elle s’apparente aux types de sols que l’on retrouve sur toute la rive gauche de la Garonne (Médoc et Pessac-Léognan).

Elle est composée d’une couche de galets d’une profondeur extrêmement variable qui repose sur un sous-sol d’argile compact. Cette morphologie de sol en "tôle ondulée" est à l’origine d’une forte variabilité au sein même de parcelles apparemment homogènes. Lors de la préparation des sols nous sommes donc amenés à ameublir cette sous-couche afin de favoriser un enracinement régulier et profond de la vigne. Ainsi maîtrisé, ce terroir complexe s’avère particulièrement propice à la maturation du cabernet sauvignon, cépage nécessitant une contrainte hydrique pour exprimer son grand potentiel.

Le socle argilo-calcaire

Sur le versant nord, nous sommes en présence de terrains plus frais, composés d’argiles sur un socle de calcaire particulièrement friable. Ces sols ont la particularité d'emmagasiner l'eau puis de la restituer à la plante en période sèche, ce qui convient parfaitement au sauvignon blanc, sensible à la sécheresse. Les raisins qui en sont issus donnent régulièrement les lots de vin les plus aromatiques du domaine.

Les merlots trouvent également sur ce versant des conditions favorables à l’expression des notes fruitées et fraîches participant à la complexité des vins rouges de Couhins.

La zone sablo-argileuse

Cette zone intermédiaire, située entre les deux grands blocs constitués par la croupe graveleuse et le socle calcaire, s’est constituée à partir de l’érosion de la croupe de graves. Elle possède un sous-sol d’argile sur lequel s’est formée une couche composée de sable, de graves et d’argile propice à une maturation lente et progressive du cabernet sauvignon.

Le vin[modifier | modifier le code]

Le vin blanc de Couhins se recommande par son bouquet délicat de fleurs de printemps, son ampleur, sa vivacité, et sa persistance en bouche, à laquelle le cépage sauvignon participe puissamment.

Le vin rouge est issu d'une croupe caillouteuse typique de son appellation. Avec des tanins souples, des arômes raffinés de cèdre et de framboise, une grande finesse au nez comme en bouche, et une harmonieuse complexité aromatique, il incarne à merveille l'élégance des grands vins de Graves.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Pessac-Léognan

Lien externe[modifier | modifier le code]

http://www.pessac-leognan.com

Site officiel du Château Couhins

http://www.crus-classes-de-graves.com/

http://www.inra.fr/

Couhins1.JPG