Château-ferme de Roly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

50° 08′ 02″ N 4° 32′ 13″ E / 50.134, 4.537

Le château-ferme (XIV/XVIe siècle).

Le Château-ferme de Roly est situé à Roly dans la province de Namur en Belgique. Dominant de sa masse imposante, la ferme-château, dont le donjon n'est autre que la tour des chevaliers, signe de la puissance des premiers seigneurs du lieu, la « thour de Rolliers », remonte au début du XIIIe siècle. Une maison (le manoir) y était adjoint. Par la suite, furent édifiés un vaste corps de logis et les communs : une immense grange, de nombreuses écuries, étables et porcheries, ainsi qu'une bergerie. La cour intérieure est défendue par trois tourelles. On y pénètre par deux portes cochères et des douves entourent les bâtiments aux côtés ouest et nord.

Le millésime 1616 apposé au mur sud rappelle la grande restauration de cet ensemble qui avait subi les assauts des troupes françaises à l'époque de l'édification des forteresses de Philippeville et de Mariembourg.

Le château était en ruine au début de 1700 et ce n'est qu'au cours des années 1746 à 1749 qu'on le transforma.

Aujourd'hui propriété privée, c'est M. Leone et son épouse qui restaurent petit à petit ce patrimoine classé.

Le château-ferme (XIV/XVIe siècle).

Seule une petite partie du château est actuellement rénovée : le donjon est la seule partie habitée, la chapelle castrale entièrement rafraîchie accueille parfois des expositions. Une autre réalisation du propriétaire est la transformation de la bergerie et de la brasserie en salle de réception.

Le domaine expose souvent le travail d'artistes et d'artisans qui sont, accessoirement, autant d'occasion de découvrir l'architecture du bâtiment. L'immense grange accueille un marché de Noël chaque année.

La chapelle castrale[modifier | modifier le code]

En face du presbytère, se trouve une chapelle dédiée à saint Antoine de Padoue. Cette chapelle est indépendante des prêtres de Roly.

La face ouest de la chapelle, aujourd’hui amputée de son clocher, et couverte d’une croupette d’éternites, est percée d’une porte en plein cintre, flanquée de quatre canonnières. La toiture repose sur une corniche biseautée en tuf. Derrière l’autel de pierre qui pourrait remonter au XIVe siècle, on a pu retrouver les fondations d’un chœur semi-circulaire ; serait-ce la trace de l’ancienne chapelle castrale déjà citée en 1485 ?

La chapelle fut complètement remaniée dans les années 1880, voûtée en bardeau et peinte dans le goût de l’époque. Sur la face sud, on a retrouvé sous les plâtras des fresques représentant des fleurs et des soleils ocre, rouges et bleus à rayons sinusoïdaux, peinture originale de la détrempe du XVIe siècle (aujourd’hui invisibles suite à la rénovation du bâtiment). Quant à la porte percée vis-à-vis dans le mur nord, elle date des transformations de 1880, comme le prouve sa situation à l’extérieur de l’enceinte, source d’insécurité, la taille des marches et l’arc à deux grands claveaux.

La tradition veut que dans le temps, il y avait un aumônier au château qui y disait la sainte messe. La clé de la porte donnant accès à la chapelle face à la place (façade extérieure) était conservée par le garde particulier (M. Mambourg en 1877). La clé de l’autre porte donnant dans la cour de la ferme (dans la façade intérieure) était gardée par le maître des lieux.

La seigneurie de Roly[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • 1049 : Le premier chevalier de Roly connu est Théodoricus de Roslier
  • 1067 : Existence d'une tour à Roly de Gossuinus de Roslier.
  • 1078 : Théodoricus de Roslier
  • av 1180 : Wiscendis, femme de Bernardus de Rolliers
  • 1119 : Walterus de Rosliers
  • XIIIe : Construction de la nouvelle tour de Roly en dur (calcaire et tuf)
  • vers 1218 : Gertrudis de Rolliers
  • vers 1235 : Herbrand de Roliers
  • 1270 : Huart de Roliers
  • av 1301 : Herbrand de Rolliers
  • 1302 : Jaquemart dit le Roussiaus de Rollier à la bataille de Courtrai
  • 1325 : Jean de Rollier, écuyer, seigneur de la tour de Rollier, fils du précédent
  • 1346 : Existence d'une tour et d'un manoir appartenant à Jakemins de Roliers
  • 1350 : Jacquemars de Roliers ou Rollier, grand écuyer
  • 1356 : Albert de Rollier, fils du précédent
  • 1388 : Philippe de Roly, fils d'Albert de Rollier
  • 1438 : Jean de Fontenelle vend la seigneurie à Jéhan de Walin
  • 1455 : Philippe de Roly, fils du même nom est tué à Belgrade
  • 1467 : Renard ou Renaud de Roly, fils du précédent
  • 1489 : Godefroid Lambert dit de Roly
  • 1499 : Jean Lambert, fils de Godefroid
  • 1554 : L'armée française ruina partiellement le château et dépendances sous Antoine Lambert, fils de Jean.
  • 1574 : Jean Lambert dit de Roly, fils d'Antoine
  • 1580 : Jean de Roly premier seigneur en possession de toute la seigneurie. Démolition et reconstruction des dépendances en dur.
  • 1602 : Gérard de Roly, fils aîné de Jean
  • 1616 : Reconstruction du château (suite au démantèlement de 1554) par Gérard Lambert de Roly
  • 1651 : Jean ou Jean-Pierre de Roly, fils de Gérard (baron de Roly)
  • 1701 : Charles, baron de Roly. Celui-ci renonça à ses droits sur le château en faveur de Jean-Baptiste Fréderic de Lierneux et de Mariane de Roly.
  • 1723 : À la suite d'un procès entre M de Liernieux et le comte de Groesbeeck, ce dernier racheta la terre de Roly
  • 1724 : Jacques-François, comte de Groesbeeck, de Wemmeling et du Saint Empire, dit comte d'Aublin et de Franc-Waret suite à son mariage
  • 1744 : Alexande-François comte de Groesbeeck, fils du précédent
  • 1750 : Transformation de l'intérieur de la tour par le marquis Alexandre de Crois
  • 1791 : Charles Lidwine, marquis de Croix, petit-fils d'Alexandre
  • Ernest, marquis de Croix, fils de Charles (1803-1874)
  • Blanche de Croix (1841-1929)
  • Louise Marie d'Andigné, fille de Blanche (1870-1959)
  • Par la suite d'héritages successifs, la propriété passa aux mains du marquis Albert-Amédée-Ernest-Osven de Kerouartz (1898 -1975)
  • 1989 : La famille du marquis de Kerouartz revend le château à M. Geevaert, propriétaire du château de Samart
  • 1995 : Après un abandon et un pillage important, le château deviendra le 11 mai la propriété de M. et Mme Léone.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]