Château-d'Olonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Le Château-d'Olonne redirige ici.
Château-d'Olonne
L'abbaye Saint-Jean d'Orbestier.
L'abbaye Saint-Jean d'Orbestier.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Les Sables-d'Olonne
Canton Les Sables-d'Olonne
Intercommunalité Communauté de communes des Olonnes
Maire
Mandat
Joël Mercier
2014-2020
Code postal 85180
Code commune 85060
Démographie
Gentilé Castelolonnais
Population
municipale
13 473 hab. (2011)
Densité 432 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 30′ 18″ N 1° 44′ 10″ O / 46.505, -1.73611111111 ()46° 30′ 18″ Nord 1° 44′ 10″ Ouest / 46.505, -1.73611111111 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 59 m
Superficie 31,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de Vendée
City locator 14.svg
Château-d'Olonne

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de Vendée
City locator 14.svg
Château-d'Olonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Château-d'Olonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Château-d'Olonne
Liens
Site web lechateaudolonne.fr

Château-d'Olonne ou Le Château-d'Olonne [Note 1]est une commune située au centre-ouest de la France, dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se situe sur la côte de Lumière, au milieu de la façade Atlantique : elle s’inscrit ainsi dans le prolongement naturel de la station balnéaire Les Sables-d’Olonne. C'est une composante du pays des Olonnes, deuxième pôle urbain et premier pôle touristique de la Vendée.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 3 122 hectares ; son altitude varie entre 0 et 59 mètres[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Elle est traversée par le Tanchet.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 9 665, alors qu'il était de 8 149 en 1999[I 1].

Parmi ces logements, 66,1 % étaient des résidences principales, 30,4 % des résidences secondaires et 3,5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 77,8 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 21,2 % des appartements[I 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants, était de 75,84 %, en hausse sensible par rapport à 1999 (71,9 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) a beaucoup diminué, passant de 6,1 % à 3,8 %, le nombre de logements sociaux étant passé de 332 à 242[I 3].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Château d'Olonne tient son nom du fait que la commune arbitait autrefois un château à la place de l'actuelle église Saint-Hilaire. Le château ayant été détruit au début du XVIIe siècle, l'église actuelle fût bâtie sur les ruines de l'ancien château avec les mêmes pierres.

En août 1944, au Château d'Olonne a lieu la bataille des portes. Le nom de cette bataille vient du fait que pour contrôler l'entrée et la sortie du Château d'Olonne les Allemands avaient installé d'immenses portes en bois. Au départ des Allemands les résistants s'emparèrent des portes. En août 1944 un convoi militaire fut repéré et signalé aux résistants par un appel provenant de la poste de Grosbreuil celui-ci se dirige vers la base sous-marine de la Palice. Les résistants l'interceptent et le détruisent après avoir . Mais quelques jours plus tard un autre convoi arriva il fut cette fois composé d'autos blindées et de canons anti-chars. Les affrontements durèrent une journée puis au soir les Allemands se rendirent, ils ont perdu trois hommes dont un officier . Les résistants eux ne comptent que des blessés légers .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 10 000 et 19 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 33[2].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Jean-Yves Burnaud[Note 2],[3] Divers droite  
mars 2014 en cours Joël Mercier UMP-UDI agent d'assurances
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune possède trois fleurs au concours des villes et villages fleuris[4] ; ce niveau a été atteint en 2009, le niveau « deux fleurs » en 2007.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 21 février 2014, Château-d'Olonne est jumelée avec[5] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 13 473 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
758 725 759 864 963 1 030 1 093 1 120 1 150
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 169 1 207 1 194 1 242 1 359 1 437 1 511 1 652 1 745
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 970 2 000 2 033 1 804 1 929 1 955 2 127 2 308 2 753
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
3 838 5 771 7 552 8 836 10 976 12 908 12 950 13 473 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (36,4 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,8 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 14,2 %, 15 à 29 ans = 12,3 %, 30 à 44 ans = 15,6 %, 45 à 59 ans = 23 %, plus de 60 ans = 34,8 %) ;
  • 52,8 % de femmes (0 à 14 ans = 12,6 %, 15 à 29 ans = 11,2 %, 30 à 44 ans = 15,3 %, 45 à 59 ans = 23,2 %, plus de 60 ans = 37,9 %).
Pyramide des âges au Château-d'Olonne en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
0,3 
10,8 
75 à 89 ans
13,5 
23,6 
60 à 74 ans
24,1 
23,0 
45 à 59 ans
23,2 
15,6 
30 à 44 ans
15,3 
12,3 
15 à 29 ans
11,2 
14,2 
0 à 14 ans
12,6 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La commune propose une grande diversité d'activités culturelles telles que des concerts en plein air à la scène des Vallées, des « Rencontres Cinéma » à thèmes à la salle culturelle La gargamoëlle ainsi que de nombreuses manifestations interculturelles et d'échanges régionaux avec le pays basque notamment.

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Située sur la Côte de Lumière, la commune aux plages de sable bénéficie d'une météo au fort taux d'ensoleillement, ce qui contribue au tourisme durant la période estivale.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Puits d'enfer (2012).
La Baie de Cayola (2012).

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

La commune compte un monument inscrit à l'inventaire des monuments historiques[10] et aucun lieu ou monument répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[11]. Par ailleurs, elle ne compte aucun objet répertorié à l'inventaire des monuments historiques[12] ni à l'inventaire général du patrimoine culturel[13].

Les parties encore existantes de l'abbaye Saint-Jean d'Orbestier, abbaye bénédictine fondée en 1107 par Guillaume, comte de Poitou et duc d'Aquitaine, sont inscrites depuis le 28 janvier 1935[14].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

On peut également citer :

  • la résidence du Fenestreau (privée) ;
  • l'église Saint-Hilaire ;
  • le lac et la plage de Tanchet ;
  • le puits d'Enfer et la côte rocheuse ;
  • le bois Saint-Jean ;
  • la baie de Cayola.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La côte sauvage[modifier | modifier le code]

Lieu de balade sur le front de mer depuis la plage de Tanchet jusqu'au bois Saint-Jean, en y parcourant un chemin aménagé (pour une partie) le long de la falaise. En poursuivant jusqu'à la forêt on découvre quelques criques de galets à l'air iodé.

La plage[modifier | modifier le code]

L'exposition de la plage de Tanchet, au pied du lac du même nom, est un spot de surf, tout en restant une plage familiale. Les rochers qui la bordent abritent quelques spécimens de la faune aquatique du bord de mer (crevette, anémone de mer, bigorneau, crabe, etc.)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Notice communale du Château-d'Olonne, consultée le 4 juillet 2013
    Bien que le nom initial de la commune soit « Le Château-d'Olonne » tel que reporté sur la carte de Cassini (aller voir), il est orthographié par erreur « Chateau d'Ollonne » en 1793 (an II) selon le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque. Puis, il est orthographié « Le Château-d'Olonne » et « Château-d'Olonne » en 1801 selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine. L'INSEE à retenu la graphie « Château-d'Olonne » dans le Code officiel géographique de la République française, [lire en ligne] pour les statistique officielles, toute fois les documents municipaux et d'autres agences de l'État utilisent le nom « Le Château-d'Olonne ».
  2. Réélu en 2008.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]
  2. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  3. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  4. « Je recherche une ville ou un village », sur le site du concours des villes et villages fleuris (consulté le 21 février 2014).
  5. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 21 février 2014).
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  8. « Résultats du recensement de la population du Château-d'Olonne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 juin 2013).
  9. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 mai 2011).
  10. « Liste des monuments historiques de la commune de Château-d'Olonne », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Liste des lieux et monuments de la commune de Château-d'Olonne à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Liste des objets historiques de la commune de Château-d'Olonne », base Palissy, ministère français de la Culture.
  13. « Liste des objets de la commune de Château-d'Olonne à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  14. « Abbaye de Saint-Jean d'Orbestier », base Mérimée, ministère français de la Culture.