Châtaignier des cent chevaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

37° 45′ 00.7″ N 15° 07′ 49.4″ E / 37.750194, 15.130389

Châtaignier des cent chevaux

Le châtaignier des cent chevaux (italien : Castagno dei Cento Cavalli et sicilien : Castagnu dê Centu Cavaddi) est le châtaignier le plus grand et ancien connu et l'un des vingt arbres déclarés comme « monument national » en Italie.

Présentation[modifier | modifier le code]

Situé sur la route de Linguaglossa à Sant'Alfio, sur le versant oriental de l'Etna en Sicile.

Il est généralement considéré comme âgé de 2 000 à 4 000 ans.

Il s'agit d'un châtaignier commun (Castanea sativa). La circonférence de l'arbre faisait 57,9 mètres quand il a été mesuré en 1780.

L'arbre s'est depuis divisé en plusieurs gros troncs, mais ils partagent toujours les mêmes racines.

La reconnaissance par l’UNESCO[modifier | modifier le code]

En 2006 le Châtaigne des cents Chevaux a été déclaré par l’UNESCO, « Monument porteur d'une culture de paix » , avec la motivation suivante :

« Le châtaignier a été une destination convoitée de tous temps et le refuge pour les hommes et les femmes de toutes conditions, tous unis par le désir commun de se retrouver eux-mêmes dans le contact pacifique avec la Nature encore sauvage et donc potentiellement inspiratrice de messages surhumains et éternels qui, à travers l’arbre, font redécouvrir l’absolu qu’il y a en chacun de nous. Près de cet arbre on se sent en harmonie avec la Nature, en paix avec nos semblables et avec l’Univers entier, puisque les passions et les tourments intérieurs s’apaisent, les esprits retrouvent leur équilibre et les corps leur bien-être. L’endroit, admiré pour son allure sauvage par tous les visiteurs des XVIIIe et XIXe siècles, a été et continue d'être un symbole de fertilité. En effet, le châtaignier est le témoin de la puissance génératrice de la nature féconde et, lui-même fécond et fructueux à son tour, il est universellement célèbre pour être le symbole de la force de la vie qui naît et qui toujours se régénère. Tout autour de son tronc, il rassemble les couples d’amoureux venus du monde entier. Près de l’arbre le dialogue entre les hommes et la nature devient éternel et infini, dans une union sans fin qui associe la richesse et la fertilité de l’arbre et de la terre à l’activité admirable de l’homme. Rites et légendes sont liés au châtaignier millénaire. Un mythe plein de charme veut que, pendant une nuit orageuse, une reine de nom Jeanne a été aimée par les Cent Cavaliers de sa suite, lesquels avaient trouvé abri avec elle dans le tronc du majestueux arbre[1]. »

La légende[modifier | modifier le code]

Le nom de l'arbre provient d'une légende dans laquelle une reine d'Aragon et de son escorte de cent chevaliers sont pris, au cours d'un voyage à l'Etna, dans un violent orage. Tous auraient trouvé refuge sous l'arbre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Atti del Convegno Internazionale 'IT. L'Unesco e la Tutela dei Beni Ambientali per uno sviluppo sostenibile: IL CASTAGNO DEI CENTO CAVALLI", Sant'Alfio 29-30 Settembre - 1 Ottobre 2006 - United Nations Educational Scentific Cultural Organizations, con il patrocinio della Commissione Nazionale Italiana UNESCO.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Hundred Horse Chestnut » (voir la liste des auteurs).
  • (it) AA. VV., Un castagno, una Regina - la leggenda del Castagno dei Cento Cavalli nei racconti dei viaggiatori del '700 e '800, Catalogo della mostra (Sant'Alfio, Palazzo Comunale, agosto 1999), Santa Venerina 2000 (con indicazione delle fonti storiche).
  • (it) S. Arcidiacono, Guida naturalistica della provincia di Catania, Catania 2003, p. 110–113 (con indicazioni bibliografiche a p. 246).
  • (it) S. Boscarino, Il restauro in Sicilia in età borbonica 1734-1860, in «Restauro», a. XIV (1985), n. 79, p. 11.
  • (it) M. Caltabiano, Il Castagno dei Cento Cavalli, un monumento di sicilianità, in «La Sicilia», 23 agosto 2005, p. 40.
  • (it) F. Pelluzza, Cenni storici dell'origine del comune di Sant'Alfio, Catania, 1971.
  • (it) G. Recupero, Storia naturale e generale dell'Etna, Catania 1815.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]