Châssis (peinture)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Châssis.
Toile carrée de petit format montée sur châssis.

Un châssis, généralement en bois ou parfois en aluminium est une armature qui sert à tendre une toile de peinture.

Par métonymie on appelle également châssis tout support de peinture tendu sur un cadre.

Fabrication[modifier | modifier le code]

Le châssis est un rectangle formé par quatre montants assemblés à angle droit, par tenons et mortaises. Dans les grands formats, on y ajoute des traverses de manière à en assurer la rigidité. Les assemblages ne sont ni collés ni cloués, afin de permettre un ajustement final par des clés de tension, enfoncées dans les angles des assemblages. L’épaisseur des éléments du châssis est fonction de la dimension totale et de la résistance de l’ensemble. Cette épaisseur reçoit les clous (semences) ou les agrafes qui maintiennent la toile. Les montants sont biseautés vers l’intérieur, côté toile, de manière à ce qu’ils n’entrent pas en contact avec la toile, ce qui pourrait provoquer des traces visibles lorsque le pinceau s’y appuie.

Utilisation[modifier | modifier le code]

La toile sur châssis est considérée comme le meilleur support pour la peinture : c’est un support léger, facilement transportable et malgré sa relative fragilité, facile à réparer en cas de détérioration. Des peintures anciennes peuvent être entièrement rentoilées, la couche picturale étant reportée sur une toile neuve. La plupart des artistes peintres peignent directement sur la toile tendue sur son châssis. Certains préfèrent peindre sur la toile mise à plat sur un support plein, puis la tendre à la fin de l’exécution de l’œuvre. Des mouvements de peinture contemporains, comme Supports/Surfaces ont remis en cause le principe même de la toile sur châssis, préférant peindre sur des toiles non tendues, comme des bâches ou des supports divers.

Lorsque la toile est tendue sur le châssis, on parle de « toile montée sur châssis » ou de « châssis entoilé ». Sauf rares exceptions, la toile reçoit un enduit à base de colle et de pigments blancs ou colorés, afin d’offrir une surface propre à recevoir la peinture en fonction de la technique employée et de l’effet recherché. Les toiles employées sont le lin, le coton, ou des textiles synthétiques.

La bonne tension de la toile sur le châssis peut résulter de plusieurs actions :

  • la tension manuelle de la toile brute ou déjà préparée, en utilisant au besoin une pince à tendre, et le clouage ou l’agrafage.
  • la tension due à l’application de l’enduit, selon différentes formules : la toile détrempée par l’humidité de la préparation commence à se détendre, puis elle se tend à mesure que la préparation sèche et la colle contenue dans l’enduit assure la rigidité et le maintien des fibres textiles entre elles. Il peut arriver qu’une préparation trop vigoureuse ou trop chargée en colle entraîne un voilage de l’ensemble châssis-toile.
  • enfin, les clés du châssis assurent une tension complémentaire. Les clés, petits triangles en bois, sont enfoncés à l’aide d’un marteau dans les différents angles du châssis (aux angles de la toile et des traverses).

Si elle est suffisamment et correctement tendue, la toile doit évoquer le son d'un tambour lorsque l'on frappe dessus.

Formats[modifier | modifier le code]

On peut observer dans les angles, les encoches dans lesquelles seront enfoncées les clés permettant la bonne tension de la toile.

Traditionnellement en peinture occidentale, la peinture sur toile, quel que soit le médium, est tendue et clouée, avec des « semences » (clous utilisés en tapisserie), sur un châssis de bois de manière à être rigide. L'ensemble (le tableau) est ensuite entouré par un cadre décoratif plus ou moins ornementé. Ce cadre est au même format que le châssis qui porte la toile.

De nos jours, les semences sont souvent remplacées par des agrafes, enfoncées à l’aide d’une agrafeuse-cloueuse : c’est souvent le cas des toiles préparées industriellement. L’usage de semences ou d’agrafes n’est donc pas un signe que la toile a été préparée par l’artiste lui-même, ce qui constituerait un plus selon certains collectionneurs.

Les clefs servent à améliorer la tension déjà donnée à la toile lorsqu'elle est accrochée à la pince à tendre les toiles. Elles ont également la faculté de pouvoir être ajustées lorsque le bois du châssis se déforme en fonction des variations de température et d'humidité de l'endroit où la toile est située.

En règle générale, le portrait s'exécute sur un tableau vertical dit « Figure » ou F, les paysages sur un format horizontal (les batailles par exemple) dit « Paysage » ou P, et les marines sur un format horizontal, panoramique, dit « Marine » ou M. À chaque dimension correspond un numéro de 0 à 120 dit point. On parlera donc d'une toile de 6 F ou 10 P ou 25 M… sans avoir à en donner la dimension métrique aussi bien chez le marchand de couleurs, la galerie ou l'encadreur. Le point étant parfois imprimé sur le dos du châssis, on le retrouve parfois de nos jours sur une étiquette cartonnée lorsque le châssis pré-entoilé est conservé et vendu sous cellophane

Les formats des châssis et toiles en France sont calculés pour le format P (paysage) sur la porte d'harmonie et pour les formats F (figure) et M (marine) sur le nombre d'or. F étant la superposition de deux formats M. Mais ces rapports sont approximatifs, ils varient selon les dimensions finales (les dimensions standard des montants peuvent s’appliquer indifféremment aux largeurs et aux hauteurs des châssis).

Formats standard français[modifier | modifier le code]

Éléments de châssis en bois
Détails du pliage d'une toile sur le coin d'un châssis
Superposition des trois formats

Il faut savoir qu'en peinture, lors de la définition du format, on donne toujours la hauteur avant la largeur.

No  Figure (cm) Paysage (cm) Marine (cm)
0 18 × 14 18 × 12 18 × 10
1 22 × 16 22 × 14 22 × 12
2 24 × 19 24 × 16 24 × 14
3 27 × 22 27 × 19 27 × 16
4 33 × 24 33 × 22 33 × 19
5 35 × 27 35 × 24 35 × 22
6 41 × 33 41 × 27 41 × 24
8 46 × 38 46 × 33 46 × 27
10 55 × 46 55 × 38 55 × 33
12 61 × 50 61 × 46 61 × 38
15 65 × 54 65 × 50 65 × 46
20 73 × 60 73 × 54 73 × 50
25 81 × 65 81 × 60 81 × 54
30 92 × 73 92 × 65 92 × 60
40 100 × 81 100 × 73 100 × 65
50 116 × 89 116 × 81 116 × 73
60 130 × 97 130 × 89 130 × 81
80 146 × 114 146 × 97 146 × 89
100 162 × 130 162 × 114 162 × 97
120 195 × 130 195 × 114 195 × 97

Ainsi, un châssis 20P aura un format de 73 × 54 cm (20P signifie « 20 points en format Paysage »). Pour le châssis rond ou ovale, appelé aussi Tondo, c'est le rayon qui sert de mesure. On le compare alors au point du format F.

Formats métriques (en centimètres)[modifier | modifier le code]

On trouve les formats suivant en Belgique, en Allemagne et en Italie :

  • 40 × 30
  • 50 × 40
  • 60 × 40
  • 60 × 50
  • 70 × 50
  • 70 × 55
  • 70 × 60
  • 80 × 60
  • 80 × 65
  • 80 × 70
  • 90 × 60
  • 90 × 70
  • 100 × 70
  • 100 × 80
  • 100 × 90
  • 120 × 100
  • 150 × 100
  • 150 × 120

Formats américains (en centimètres)[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale, les peintres américains se sont affranchis des formats européens, privilégiant des châssis et des formats en rapport avec la taille physique du peintre et en particulier l'écartement des bras.

Les formats dits « américains » sont du type : 200 × 160, 240 × 200, etc.