Cetinje

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Cetinje
Blason de Cetinje
Héraldique
Vue générale de Cetinje
Vue générale de Cetinje
Administration
Pays Monténégro Monténégro
Municipalité Cetinje
Maire Milovan Janković
Code postal 81250
Indicatif téléphonique international +(382)
Indicatif téléphonique local 86
Immatriculation CT
Démographie
Population 15 137 hab. (2005)
Densité 17 hab./km2
Population de l'agglomération 18 482 hab. (2005)
Géographie
Coordonnées 42° 23′ 19″ N 18° 55′ 13″ E / 42.38861, 18.9202842° 23′ 19″ Nord 18° 55′ 13″ Est / 42.38861, 18.92028  
Altitude 670 m
Superficie 89 900 ha = 899 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Europe

Voir sur la carte administrative d'Europe
City locator 14.svg
Cetinje

Géolocalisation sur la carte : Monténégro

Voir la carte administrative du Monténégro
City locator 14.svg
Cetinje

Géolocalisation sur la carte : Monténégro

Voir la carte topographique du Monténégro
City locator 14.svg
Cetinje
Liens
Site web http://www.cetinje.me

Cetinje (en serbe cyrillique : Цетиње ; en italien : Cettigne ; on écrivait autrefois « Cettigné » en français[1]) est une ville et une municipalité du sud-ouest du Monténégro. En 2003, la ville comptait 15 137 habitants et la municipalité 18 482[2].

L'héritage culturel de Cetinje en fait la capitale historique du pays, à laquelle on attribue souvent le titre de capitale du trône (en monténégrin : prestonica). Elle accueille aujourd'hui la résidence principale du président de la république du Monténégro.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cetinje est située dans le sud du Monténégro, à 30 km à l'ouest de la capitale administrative, Podgorica.

La ville se trouve logée sur une petite plaine karstique entourée de montagnes calcaires dont l'imposant mont Lovćen, la montagne noire de laquelle le Crna Gora (latinisé en Monténégro) tire son nom.

Histoire[modifier | modifier le code]

La fondation de Cetinje s'inscrit dans le contexte historique, politique et économique du XVe siècle. Les guerres menées par les turcs forcèrent Ivan Crnojević, seigneur de l'ancienne région de Zeta, à déplacer la capitale de son pays de la ville foritifiée de Žabljak vers Obod, en 1475, et peu après vers les contreforts du Mont Lovćen. Il y construisit sa demeure ainsi qu'un monastère. La ville fut nommée Cetinje d'après la rivière Cetina, toute proche. Le nouveau monastère devint un centre religieux régional important. La ville quant à elle ne devint pas seulement le centre de la vie séculaire, mais aussi un centre spirituel, où Đurađ Crnojević, le fils d'Ivan, fonda la première imprimerie du sud des Balkans.

Mémorial Lovćen devant l'église Vlach à Cetinje

L'expansion de Cetinje sous le règne de la dynastie Crnojević s'interrompit dès la fin du XVe siècle. À cette époque, la Zeta perdit son indépendance. En 1499, l'unique zone libre du pays, dès lors nommée Monténégro, se situait entre la rivière Crnojević et la baie de Kotor.

Les deux siècles qui suivirent furent une longue période de stagnation pour Cetinje. La ville subit à plusieurs reprises les attaques venitiennes et ottomanes. Au XVIe siècle, la cour et le monastère de la dynastie Crnojević furent détruits. Ce ne fut qu'à la fin du XVIIe siècle que la ville reprit son essor, sous l'égide de la dynastie Petrović et du prince-évêque Danilo I Šćepčev Petrović-Njegoš, son fondateur.

La libération du pays de l'emprise ottomane et le renforcement de l'unité nationale furent les deux grandes préoccupations de Danilo Ier et de ses successeurs. Peu de temps fut consacré à l'expansion de la ville durant leurs règnes. Ce ne fut que lorsque Petar II prit le pouvoir qu'un réel progrès vit le jour. En 1838, il construisit à Cetinje sa nouvelle résidence, la Biljarda, aujourd'hui transformée en musée. Cetinje connut alors une période d'urbanisation conséquente.

L'indépendance monténégrine fut reconnue par le Congrès de Berlin en 1878, permettant à Cetinje de devenir la capitale d'un état européen. Des bâtiments modernes furent érigés afin d'accueillir les consulats étrangers, grâce aux récentes relations diplomatiques nouées par le pays. Les consulats de la France, de la Russie, du Royaume-Uni ou encore de l'Italie comptèrent alors parmi les plus beaux exemples de cette architecture civile de la fin du XIXe siècle.

La ville connut une nouvelle période d'urbanisation durant le règne de Nicolas Ier. On construisit le premièr hôtel de la ville, appelé Lokanda, mais aussi l'hôpital municipal et le nouveau palais princier.

En 1910, le Monténégro fut proclamé royaume. Ceci eut un réel effet sur son développement. La nouvelle maison du gouvernement, symbole du pouvoir de l'État, fut construite. La plus petite capitale du monde (5 895 habitants) connut un fort essor démographique. Elle devint un centre culturel et intellectuel, où des personnalités de renom vinrent en nombre.

Durant l'entre-deux-guerres, la territoire de Cetinje s'étendit peu à peu. Toutefois, il apparut rapidement pour les autorités en place que la ville ne pouvait assumer son rôle de capitale régionale. Décision fut donc prise de déplacer le parlement du Monténégro et l'ensemble des organes administratifs vers Titograd (l'ancien nom de Podgorica). Le rayonnement de Cetinje connut par la suite un fort déclin. Elle devint peu à peu une cité industrielle et négligea le développement de son potentiel traditionnel, culturel et touristique.

Ces dernières années, avec l'accession du pays à l'indépendance et l'apparition de nouvelles politiques de développement, la ville semble retrouver peu à peu son statut de pôle culturel majeur du Monténégro. Elle abrite aujourd'hui cinq institutions de la république : la Bibliothèque nationale centrale « Djurdje Crnojevic », le Musée national du Monténégro, les Archives du Monténégro, l'Institut de la République pour la préservation du patrimoine culturel, et le Théâtre royal national « Zetski dom ». Ces institutions constituent un trésor culturel d'importance mis à la disposition du public.

En décembre 2005, la nouvelle résidence officielle du président de la république du Monténégro a été inaugurée à Cetinje.

Localités de la municipalité de Cetinje[modifier | modifier le code]

La municipalité de Cetinje
Le vieux pont de Rijeka Crnojevića dans la municipalité de Cetinje

La municipalité de Cetinje compte 94 localités :

Démographie[modifier | modifier le code]

Ville[modifier | modifier le code]

Évolution historique de la population dans la ville[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1948 1953 1961 1971 1981 1991 2003
9 038 9 102 9 359 11 876 14 088 15 946 15 137[2]


En 2008, la population de Cetijne était estimée à 14 668 habitants.

Pyramide des âges (2003)[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges de la ville de Cetinje
Pyramide des âges de la ville de Cetinje en 2003 (population totale : 15 137 - n.c. 59)[3] :
Hommes Classe d’âge Femmes
172 
75 et plus
388 
217 
70-74
267 
285 
65-69
396 
312 
60-64
363 
342 
55-59
421 
520 
50-54
567 
569 
45-49
591 
535 
40-44
600 
514 
35-39
589 
513 
30-34
512 
540 
25-29
525 
652 
20-24
650 
658 
15-19
608 
558 
10-14
598 
471 
5-9
452 
354 
0-4
339 

Répartition de la population par nationalités dans la ville[modifier | modifier le code]

Répartition de la population par nationalités (2003)[4]
Nationalités Nombre %
Monténégrins 13 814 91,25
Serbes 660 4,36
Croates 45 0,29
Albanais 43 0,28
Yougoslaves 19 0,12
Roms 18 0,11
Musulmans 18 0,11
Macédoniens 17 0,11
Slovènes 13 0,08
Italiens 13 0,08
Hongrois 5 0,03
Bosniaques 5 0,03
Russes 1 0,00
Allemands 1 0,00
Autres/Inconnus 543 3,59

Municipalité[modifier | modifier le code]

Répartition de la population par nationalités dans la municipalité (2003)[modifier | modifier le code]

Répartition de la population par nationalités (2003)[4]
Nationalités Nombre %
Monténégrins 16 758 90,67
Serbes 853 4,62
Roms 129 0,16
Inconnus/Autres 0 0,00

Politique[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

À la suite de la Seconde Guerre mondiale, Cetinje devint une ville industrielle. Elle développa, notamment, la manufacture de chaussures et les usines d'électroménager. Dès la fin des années 1980 et la chute du régime communiste, les autorités prirent peu à peu conscience de la richesse culturelle que constituait la ville, richesse pour le moins négligée jusque là. Dès lors, l'économie de la ville s'orienta davantage vers le tourisme. Des efforts significatifs furent entrepris à cet effet (amélioration du cadre de vie, aménagement de musées...).

Transports[modifier | modifier le code]

Transport routier[modifier | modifier le code]

Cetinje est reliée à Budva et Podgorica par une route à grande circulation, en partie à trois voies. Chacune de ces deux villes sont à environ 30 km de Cetinje. Il existe également une route historique vers Kotor, qui n'est pas de qualité optimale, mais qui offre une vue étonnante sur la fameuse baie de Kotor.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Tivat, qui propose des lignes régulières vers Zurich et Belgrade, est à 50 km de Cetinje. Celui de Podgorica est à 55 km et propose plusieurs liaisons aériennes vers de nombreuses destinations en Europe.

Culture[modifier | modifier le code]

Plavi Dvorac, le palais bleu

Imprimeries[modifier | modifier le code]

Cetinje possède un riche héritage en matière d'imprimerie et de publications. L'importance de l'imprimerie Crnojevići (1492-1496) et des livres qui y furent publiés fut considérable pour la culture monténégrine et pour le patrimoine culturel des peuples des Balkans. Elle fut notamment reconnue pour avoir diffusé l'alphabet cyrillique et avoir ainsi été le maillon fort d'une vaste culture littéraire. D'autres imprimeries poursuivirent cette tradition, comme l'imprimerie Njegoš, entre 1833 et 1839, et l'imprimerie d'état, fondée en 1858. Elle fut renommée Obod en 1952.

Depuis leur fondation jusqu'à aujourd'hui, les imprimeries de Cetinje ont publié plus de 3 000 ouvrages, ce qui constitue un apport majeur pour le patrimoine national monténégrin. La première publication annuelle scientifique et littéraire du pays, Grlica, fut publiée en 1835, tandis que le premier journal, Le Monténégrin, imprima sa première une en 1871. Depuis, 60 journaux et plus de 30 magazines ont été édités. En 1914, alors que la ville comptait moins de 6 000 habitants, elle imprimait pas moins de 6 quotidiens différents.

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

Les plus anciennes bibliothèques monténégrines, tout comme les plus anciens ouvrages imprimés, se trouvent à Cetinje. À ce sujet, la ville est reconnue à l'échelon international. La bibliothèque doyenne est celle du Monastère de Cetinje, fondée à la fin du XVe siècle, en même temps que l'imprimerie de Crnojevići. Aujourd'hui, elle comporte 75 anciens manuscrits écrits en cyrillique, 4 incunables et plusieurs ouvrages liturgiques. La première salle de lecture publique, connue sous le nom de salle de lecture de Cetinje, fut fondée en 1896. Le succès de cette institution fut maintenu par la Bibliothèque municipale et par la salle de lecture Njegoš, qui propose environ 63 000 livres et périodiques.

Cette tradition est également perpétuée par les bibliothèques scolaires de la ville. La plus ancienne remonte à 1834.

Musées[modifier | modifier le code]

Les différents musées de Cetinje sont les suivants :

  • Musée de l'État,
  • Musée Petar I Petrović-Njegoš,
  • Musée d'ethnographie
  • Musée d'histoire
  • Musée artistique
  • Musée du Monastère de Cetinje,
  • Musée de l'industrie électrique

Ils sont tous, à l'exception des deux derniers, intégrés au Musée national du Monténégro. Ce nombre important de musées et une quantité conséquente d'objets culturels ont donné à Cetinje une réputation de "ville-musée". Tous les deux ans, enfin, une exposition internationale se tient dans la ville, la Biennale de Cetinje. Elle fut fondée par le prince Nikola Petrović-Njegoš, petit-fils du roi Nicolas Ier.

Religion[modifier | modifier le code]

Cetinje est le siège de la Métropole du Monténégro et du littoral, elle-même dépendante de l'Église orthodoxe serbe.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Cetinje est récipiendaire de l'Ordre du Héros national.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Autriche-Hongrie y compris Cettigné, Belgrade et Bucarest : manuel du voyageur par Karl Bædeker, 1911 »
  2. a et b (sr) Књига 9, Становништво, упоредни преглед броја становника 1948, 1953, 1961, 1971, 1981, 1991, 2003, подаци по насељима, Републички завод за статистику, Подгорица, септембар 2005, COBISS-ID 8764176
  3. (sr) Књига 2, Становништво, пол и старост, подаци по насељима, Републички завод за статистику, Подгорица, октобар 2004, COBISS.CG-ID 8489488
  4. a et b (sr) Књига 1, Становништво, национална или етничка припадност, подаци по насељима, Републички завод за статистику, Подгорица, септембар 2004, ISBN 86-84433-00-9

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]