Cesáreo Onzari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cesáreo Onzari
Onzari 1929.jpg
Onzari en équipe nationale
Biographie
Nom Cesáreo Juan Onzari
Nationalité Drapeau de l’Argentine Argentine
Naissance 1er février 1903
Lieu Buenos Aires (Argentine)
Décès 7 janvier 1964 (à 60 ans)
Lieu Buenos Aires (Argentine)
Période pro. 19211933
Poste ailier gauche
Parcours junior
Saisons Club
0000–1920 Drapeau : Argentine Sportivo Boedo
1920–1921 Drapeau : Argentine General Mitre
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1921–1933 Drapeau : Argentine Huracán 212 (67)
1925 Drapeau : Argentine Boca Juniors 019 0(4)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1922–1924 Drapeau : Argentine Argentine 015 0(5)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 10 janvier 2013

Cesáreo Onzari (né le 1er février 1903 à Buenos Aires et mort le 7 janvier 1964) est un footballeur argentin qui jouait au poste d'ailier gauche. Auteur du premier « but olympique (es) » en match international, il fait la majeure partie de sa carrière au club de Huracán de 1921 jusqu'à sa retraite en 1933.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière en club[modifier | modifier le code]

Onzari débute le football au Sportivo Boedo[1]. En 1920, il côtoie Luis Monti au General Mitre[2], mais le club de Mar del Plata est exclu de l'Asociación Amateurs de Football (es) l'année suivante et Onzari part pour Huracán.

Arrivé dans la formation rouge et blanche de la capitale pendant la Copa Campeonato 1921 (it) organisée par l'Asociación Argentina de Football, Onzari ne joue que deux matchs, marquant un but, car le poste d'ailier gauche titulaire est tenu par Francisco Marchioli[3]. La saison suivante voit Onzari s'imposer en équipe première, faisant 15 apparitions et devenant le meilleur buteur du club avec 8 buts[4]. Dans le championnat de 1923, Onzari joue 28 matchs et inscrit 10 buts ; Huracán atteint la finale du tournoi, mais perd contre Boca Juniors[5]. En 1924, Onzari apparaît à 12 reprises et marque 4 buts[6].

Il ne joue qu'un match de la Copa Campeonato 1925 (it)[7], puisqu'il répond favorablement à Boca Juniors, qui invite certains joueurs pour une tournée européenne programmée au printemps 1925[8]. Outre Onzari, Boca obtient les prêts d'internationaux argentins de renom, parmi lesquels Manuel Seoane, Roberto Cochrane (it), Octavio Díaz et Luis Vaccaro (it)[9].

À son retour chez Huracán pour la Copa Campeonato 1926 (it), il joue 14 matchs et marque 7 buts. À la suite du regroupement des deux associations de football argentines, pour former l'AAAF, un nouveau championnat voit le jour et Onzari joue 29 matchs, signant neuf buts. Huracán remporte l'édition suivante dont Onzari dispute 28 rencontres et marque 13 buts aux côtés de Guillermo Stábile, Adán Loizo (it), Juan Manuel Spósito (it) et Ángel Chiesa (it)[10]. Au cours de Concurso Estímulo 1929 (it), Onzari est aligné à une occasion, la première journée contre Atlanta. Il prend part à la dernière saison du championnat amateur en 1930, au cours de laquelle il joue 27 matchs pour 11 buts. Onzari participe ensuite à la première édition du championnat argentin professionnel, organisé par Liga Argentina de Football (es), comptant 29 apparitions et marquant 6 buts[11]. En 1933, il se retire du monde du football après 212 matchs et 67 buts avec Huracán[10]. Le club nomme en son honneur une zone de la tribune Miravé du stade Tomás Adolfo Ducó (en)[1],[2],[10].

Carrière internationale[modifier | modifier le code]

Le « but olympique » d'Onzari.

Onzari fait ses débuts en équipe nationale le 22 janvier 1922 contre l'Uruguay (1–3) avec l'équipe « dissidente » formée par l'Asociación Amateurs de Football[12]. Il honore sa première cape officielle le 22 octobre 1922 lors d'un match amical avec le Chili (1–0). L'année suivante, il joue contre les Uruguayens (0–0) pour le compte de la Copa Lipton[13] puis est convoqué pour la Copa América 1923[14]. Dans cette compétition, Onzari débute le 29 octobre contre le Paraguay (4–3) sur l'aile gauche[14]. Il marque son premier but international contre le Brésil (2–1) le 18 novembre, puis joue contre l'Uruguay le 2 décembre (0–2), au même poste[14]. Onzari est retenu pour l'édition suivante et joue contre le Paraguay le 12 octobre (0–0), puis contre le Chili le 25 octobre (2–0) et l'Uruguay le 2 novembre (0–0)[15], sa dernière apparition internationale.

En dépit d'une brillante carrière footballistique, Onzari reste célèbre pour un but marqué le 2 octobre 1924, lors d'un match amical entre l'Argentine et l'Uruguay (2–1) joué au stade Iriarte y Luzuriaga (it). À la 15e minute de jeu, il inscrit un but en bottant un coup de pied de coin, sans qu'aucun autre joueur ne touche le ballon. Il surprend le gardien de but Andrés Mazali, pourtant fraîchement médaillé d'or aux Jeux olympiques de 1924 à Paris[2],[16]. Un tel but n'aurait pas été validé quelque temps auparavant, puisque l'International Board a modifié le règlement le 14 juin de la même année[2]. Par la suite, chaque but marqué de cette façon en Amérique du Sud est dit « como Onzari a los olímpicos » (« comme Onzari aux [champions] olympiques ») ; au fil du temps le nom donné à ce type de but est devenu « gol olímpico » (« but olympique »)[17]. Toutefois, Onzari n'est pas le premier buteur sur corner direct : le Britannique Billy Alston a marqué un but semblable le 21 août 1924 en deuxième division écossaise[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) Luis Carlos Ruiz, « CESAREO ONZARI », huracanysugente.com.ar (consulté le 10 janvier 2013)
  2. a, b, c, d et e (es) Oscar Barnade, « El gol olímpico cumple 80 », Clarín,‎ 2 octobre 2004 (lire en ligne)
  3. (es) Pablo Viviani, « Campeonato de 1921 », enciclopediadehuracan.com (consulté le 10 janvier 2013)
  4. (es) Pablo Viviani, « Campeonato de 1922 », enciclopediadehuracan.com (consulté le 10 janvier 2013)
  5. (es) Pablo Viviani, « Campeonato de 1923 », enciclopediadehuracan.com (consulté le 10 janvier 2013)
  6. (es) Pablo Viviani, « Campeonato de 1924 », enciclopediadehuracan.com (consulté le 10 janvier 2013)
  7. (es) Pablo Viviani, « Campeonato de 1925 », enciclopediadehuracan.com (consulté le 10 janvier 2013)
  8. (es) « Onzari, Cesáreo », historiadeboca.com.ar
  9. Martínez de León 2005, p. 40
  10. a, b et c (es) Pablo Viviani, « Cesáreo Onzari, el Olímpico », enciclopediadehuracan.com,‎ février 2010 (consulté le 10 janvier 2013)
  11. (es) Luis Colussi, Carlos Guris et Víctor Kurhy, « Liga Argentina de Football - 1ª División - 1931 », estadisticasfutbolargentino.com (consulté le 10 janvier 2013)
  12. (en) « “Dissident” Argentina national team - List of matches 1912-1934 », RSSSF (consulté le 10 janvier 2013)
  13. (en) « Argentina national team archive », RSSSF (consulté le 10 janvier 2013)
  14. a, b et c (en) « Southamerican Championship 1923 », RSSSF (consulté le 10 janvier 2013)
  15. (en) « Southamerican Championship 1924 », RSSSF (consulté le 10 janvier 2013)
  16. (es) Malva Marani, « Barracas al sur, América », Tiempo Argentino,‎ 10 juillet 2011 (lire en ligne)
  17. (es) « El gol olímpico cumple 85 años », canchallena.lanacion.com.ar,‎ 2 octobre 2009 (consulté le 10 janvier 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Hugo Martínez de León, El Superclásico. Boca-River: Historia y secretos de una pasión, LibrosEnRed,‎ 2005 (ISBN 1597540765)

Lien externe[modifier | modifier le code]