Cercles de l'Enfer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les cercles de l'Enfer sont neuf zones circulaires concentriques et superposées constituant l' Enfer imaginé par Dante Alighieri et décrit dans la première partie de la Divine Comédie. Dans chaque cercle sont punis ceux dont la vie fut entachée d'un type bien défini de péché. La subdivision en neuf zones se réfère aux pensées aristotélicienne et thomiste. Dante expose dans le Chant XI cette vision de l'Enfer qu'il découvre lors de son voyage imaginaire dans l'au-delà .

Ante-enfer[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Enfer, Chants I, II, III et Vestibule de l'Enfer.

Avant d'accéder aux cercles de l' Enfer proprement dits, Dante se trouve égaré dans une forêt située sur une colline, « au milieu du chemin de notre vie » (« nel mezzo del cammin di nostra vita ») : derrière cette colline se trouve la cité de Jérusalem, sous laquelle est creusé l'immense gouffre de l'Enfer. On y entre en passant la Porte de l'Enfer, pénétrant tout d'abord dans l'Ante-enfer, le Vestibule de l'Enfer. Franchissant le fleuve Achéron sur la barque de Charon, on entre enfin dans l'Enfer lui-même.

Premier cercle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Enfer - Chant IV.

Il s'agit des Limbes dans lequel se trouvent les personnes qui, n'ayant pas reçu le baptême et se trouvant privées de la foi, ne peuvent jouir de la vision de Dieu mais ne sont néanmoins pas punis pour un quelconque péché. Leur condition sous terre a de nombreuses similitudes avec la conception classique des Champs Élysées.

Selon la doctrine catholique, quelques âmes pourront cependant sortir des Limbes et accéder au Paradis : il s'agit des grands patriarches comme et d'autres encore (parmi lesquels on retrouvera dans la troisième partie, le païen Riphée). Ceux-ci ont vécu avant l'avènement du Christianisme mais le Christ les a libérés après sa mort en signe de sa victoire sur le mal et provoquant entre autres des dégâts à l'Enfer (en faisant par exemple s'écrouler tous les ponts de la Malebolge comme l'explique Malacoda à Virgile dans le chant XXI).

Se trouvent dans ce premier cercle : Homère, Horace, Ovide, Lucain, Électre, Hector, Énée, César, Camille, Penthésilée, Latinus, Lavinia, Lucius Junius Brutus, Lucrèce, Julia, Marzia, Cornelia, Saladin, Aristote, Socrate, Platon, Démocrite, Diogène de Sinope, Anaxagore, Thalès, Empédocle, Héraclite, Zénon d'Élée, Dioscoride, Orphée, Cicéron, Linos, Sénèque, Euclide, Ptolémée, Hippocrate, Avicenne, Galien, Averroès.

Dans le chant XXII du Purgatoire Virgile nomme ses autres compagnons du Limbe dans une conversation avec le poète latin Stace : Terence, Caecilius Statius, Plaute, Varron), Perse, Euripide, Antiphon, Simonide de Céos, Agathon, Antigone, Déiphile, Argie, Ismène, Hypsipyle, Manto (Dante parle ici de la « fille de Tirésias » : il semble que le poète se soit mépris car il l'a précédemment située avec les devins dans le chant XXVI de l'Enfer), Thétis, Déidamie.

Deuxième cercle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Enfer - Chant V.

Huitième cercle[modifier | modifier le code]

Malebolge est le nom donné par Dante dans la Divine Comédie au huitième cercle de l'Enfer, dans lequel sont punis les fraudeurs.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Umberto Bosco et Giovanni Reggio, La Divina Commedia - Inferno, Le Monnier 1988 ;
  • (it) Andrea Gustarelli et Pietro Beltrami, L'Inferno, Carlo Signorelli éditeur, Milan 1994 ;
  • (it) Anna Maria Chiavacci Leonardi, Zanichelli, Bologne 1999
  • (it) Vittorio Sermonti, Inferno, Rizzoli 2001 ;
  • (it) Francesco Spera (sous la direction de), La divina foresta. Studi danteschi, D'Auria, Naples 2006 ;
  • (it) autres commentaires de la Divina Commedia : Anna Maria Chiavacci Leonardi (Zanichelli, Bologne 1999), Emilio Pasquini e Antonio Quaglio (Garzanti, Milan 1982-2004), Natalino Sapegno (La Nuova Italia, Florence 2002).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • [PDF] L'Enfer, traduction d'Antoine de Rivarol
  • [audio] L'Enfer, traduction d'Antoine de Rivarol

Source[modifier | modifier le code]