Cercle social

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Cercle social (club révolutionnaire)

Notion de cercle chez Simmel[modifier | modifier le code]

Georg Simmel fut un des premiers sociologues à s'intéresser à la notion de cercle. Il consacre un chapitre entier de Sociologie, Étude sur les formes de la socialisation sur ce sujet. Dans ce chapitre intitulé « le croisement des cercles sociaux »[1] Il s'intéresse au processus d'individualisation par rapport aux associations spacio-temporellement situées auquel un individu appartient. Il explique qu'un individu débute sa vie en appartenant à un cercle social, la famille, et qu'au cours de sa socialisation, il sera amené à fréquenter d'autres cercles sociaux. Pour illustrer sa thèse, prenons pour exemple un homme. Cet homme peut se trouver dans plusieurs cercles sociaux à la fois : celui de sa famille, celui de son travail, celui de ses amis. Ce que cet homme juge acceptable lorsqu'il est dans le cercle de ses amis, peut être jugé par lui-même inacceptable dans le cercle de sa famille. Chaque cercle social est ici conceptualisé comme un univers, un espace-temps. Ces univers se caractérisent entre autres par l'ensemble des valeurs et des normes qui y prévalent. Comme une multitude de cercles sociaux s'entrecroisent, l'individualité se développe selon les cercles auxquels l'individu appartient :

« Ce qui donne aussi à l'individualisation la possibilité de croître à l'infini, c'est le fait que dans les différents cercles auxquels elle appartient simmultanément, la même personne peut avoir des positions relatives différentes »[2]

En suivant le raisonnement de Simmel, le principe selon lequel le dernier devient le premier, tend à s'appliquer dans la notion de cercle sociaux. Ainsi, les valeurs auxquels un individu accordera le plus d'importance se trouveront en lien avec celles du dernier cercle dans lequel l'individu s'inscrira et aura le sentiment d'appartenir. Par exemple, l'adolescent qui s'aventure hors du cercle de la famille et qui rejoint un cercle d'amis, risque d'accorder plus de valeurs aux idéaux et normes de ce dernier cercle, qu'au cercle précédent.

Types de cercles sociaux[modifier | modifier le code]

Simmel distinguera trois types particuliers de cercles sociaux :

Selon la perspective de l'analyse de réseaux[modifier | modifier le code]

Actuellement, la notion de cercles s'emploie en analyse des réseaux sociaux, sans se distinguer significativement de la conception première de Simmel qui est considéré comme un précurseur de cette approche[3].

Types de cercles[modifier | modifier le code]

  • Cercles locaux
  • Cercles sociaux

Références[modifier | modifier le code]

  1. SIMMEL, G. (1999). Sociologie, Étude sur les formes de la socialisation, Paris, PUF (Chapitre : Le croisement des cercles sociaux - 1908, p 407-452)
  2. SIMMEL, G. Sociologie, Étude sur les formes de la socialisation. p. 424
  3. DEGENNE, A. FORSÉ, M. (2004) Les réseaux sociaux, pp. 15

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • SIMMEL, G. (1999). Sociologie, Étude sur les formes de la socialisation, Paris, PUF
  • DEGENNE, A. & FORSÉ M. (2004). Les réseaux sociaux, 2e Édition, Paris, Armand Colin, Collection U