Centre suisse d'électronique et de microtechnique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CSEM.

CSEM SA

Description de l'image CSEM SA logo.png.
Création 1984
Forme juridique S.A.
Slogan des technologies qui font la différence
Siège social Drapeau de Suisse Neuchâtel (Suisse)
Direction Mario El-Khoury (CEO), Claude Nicollier (Chairman)
Activité Micro-Nano Technologies, Microélectronique, Ingénierie des systèmes, technologies de l'information & communication , photovoltaïque
Filiales Alpnach, Landquart, Muttenz, Zurich (Suisse); CSEM Brasil (Brésil)
Effectif 440 [1]
Site web www.csem.ch
Chiffre d’affaires 76.4 mio CHF [1]

46° 59′ 51″ N 6° 56′ 51″ E / 46.9975, 6.9475


Le CSEM (Centre suisse d'électronique et de microtechnique) est un centre de recherche et développement (partenariat public-privé), spécialisé dans les microtechnologies, les nanotechnologies, la microélectronique, l’ingénierie des systèmes, le photovoltaïque et les technologies d’information et de communicatione. Le siège social de l'organisation est situé à Neuchâtel (Suisse).

Histoire[modifier | modifier le code]

L’histoire du CSEM commence au début des années 1980 lorsque le Conseil fédéral suisse prend conscience avec inquiétude que l’industrie helvétique cède du terrain face aux pays voisins dans le domaine des nouvelles technologies. Pour inverser la tendance, il décide de lancer un projet visionnaire, qu’il défendra farouchement : la création d’un centre privé de recherche et de développement. Neuchâtel, célèbre depuis longtemps pour sa tradition horlogère et sa maîtrise des microtechnologies, semble alors être le lieu idéal pour implanter ce nouveau centre d’innovation.

En 1984, trois institutions neuchâteloises actives dans le domaine de la microtechnologie – le Centre électronique horloger (CEH), la Fondation suisse pour la recherche en microtechnique (FSRM) et le Laboratoire suisse de recherches horlogères (LSRH) – fusionnent pour créer le Centre suisse d'électronique et de microtechnique (CSEM). Dès lors, nombre d’entreprises suisses de renom soutiennent le nouveau centre R&D, resserrant leurs liens avec lui au fur et à mesure de son évolution, devenant même pour la plupart actionnaires.

Depuis sa création, le CSEM s’engage pour la recherche et le développement appliqués à l’industrie et commandités par celle-ci. Cette fonction de passerelle entre l’économie et les sciences étant un aspect essentiel de l’entreprise, le CSEM ne cesse d’adapter ses axes de recherche aux besoins de l’industrie. Outre sa proximité originelle avec le secteur de l’horlogerie, il a développé ses propres domaines d’activité pour proposer aujourd’hui de très nombreuses technologies sur des marchés très variés.

Compétences et activités[modifier | modifier le code]

Le CSEM se distingue par son niveau élevé d’expérience en termes d’intégration et d’industrialisation, mais aussi par son approche pluridisciplinaire et orientée système, en œuvrant au sein de cinq programmes stratégiques (microsystèmes, systèmes, systèmes intégrés à très faible puissance, photovoltaïque et ingénierie des surfaces) qui correspondent aux domaines dans lesquels le centre a acquis une réputation nationale et internationale au fil des années [2].

Les technologies du CSEM répondent aux besoins de très nombreux marchés, qu’il s’agisse de la santé, de l’horlogerie, de l’aérospatiale et de la sécurité, ou encore de l’électronique grand public et des technologies propres (notamment la production et la gestion de l’énergie).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes and references[modifier | modifier le code]