Cité internationale de la bande dessinée et de l'image

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Logo de la Cité BD
Logo de la Cité BD
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Angoulême
Coordonnées 45° 39′ 11″ N 0° 09′ 02″ E / 45.65306, 0.1505645° 39′ 11″ Nord 0° 09′ 02″ Est / 45.65306, 0.15056  
Informations générales
Date d’inauguration 2008 (musée en juillet 2009)
Collections Bandes dessinées, planches originales
Nombre d’œuvres 8 077 planches, 58 000 albums, 120 200 périodiques
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 59 485 (2010)
Site web http://www.citebd.org

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cité internationale de la bande dessinée et de l'image

Géolocalisation sur la carte : Charente

(Voir situation sur carte : Charente)
Cité internationale de la bande dessinée et de l'image

La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image (la Cité BD), située à Angoulême (Charente) est un établissement public de coopération culturelle (EPCC) à caractère industriel et commercial créé par le Département de la Charente, le ministère de la Culture français, la Ville d’Angoulême et la Région Poitou-Charentes, consacré à la bande dessinée et aux images. Il réunit musée, bibliothèque, résidence d’artistes, cinéma d’art et d’essai, lieu d’exposition, librairie, centre de soutien technique multimédia. La CIBDI organise de nombreuses expositions (19 en 2010), des rencontres hebdomadaires avec des auteurs, et fait de la médiation culturelle.

Selon le ministère de la Culture, le Musée de la bande dessinée est classé « Musée de France », au sens de la loi no 2002-5 du 4 janvier 2002. Ce musée a accueilli 59.485 visiteurs (dont 50 % gratuits) en 2010.

Histoire de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image[modifier | modifier le code]

La façade du bâtiment Castro et ses reflets
La cité BD.

En 1974, est lancé le Festival international de la bande dessinée, à Angoulême en Charente. Dans les années 1970 et 1980, des collections de planches originales sont rassemblées et conservées au musée des beaux-arts d'Angoulême. En 1983, le musée ouvre la galerie Saint-Ogan, nommée ainsi en hommage d’un des pères de la bande dessinée française, auteur de la série Zig et Puce. Cette galerie présente la collection de planches originales dans une muséographie moderne, réalisée par le groupe de plasticiens Art Edbus.

En 1984, Jack Lang, ministre de la Culture, annonce que, dans le cadre des grands travaux du président de la République François Mitterrand, un Centre national de la bande dessinée et de l'image (CNBDI) à Angoulême destiné à abriter un musée, mais aussi une médiathèque et un centre d'imagerie numérique va être construit. En 1985, l’équipe formée par Roland Castro et Jean Remond emporte le concours d’architectes. Elle prévoit la réhabilitation d’un bâtiment industriel désaffecté (celui des Brasseries Champigneulles) choisi par la ville d’Angoulême, sur un site déjà tourné vers la culture et la communication, puisque s’y sont implantés l’École européenne supérieure de l’image et l’Atelier-Musée du papier.

En 1989, est créé le Département d’imagerie numérique (D.I.N.) qui deviendra en 1996 le Laboratoire d’imagerie numérique (L.I.N.).

Le CNBDI est inauguré en 1990 en même temps qu’est ouverte la bibliothèque de la bande dessinée et l’on peut découvrir la plus importante exposition jamais présentée au CNBDI et à Angoulême, en termes de superficie et de scénographie, « Le musée des ombres ». Elle occupe l'’espace dévolu au futur Musée de la Bande dessinée, qui est ouvert en 1991.

En janvier 2008, l’association CNBDI et l’association Maison des Auteurs sont dissoutes pour donner naissance à l’EPCC Cité internationale de la bande dessinée et de l'image (la Cité), impliqué dans une importante collaboration avec « Magelis, le Pôle image d’Angoulême ». En 2008 il est doté de deux salles de cinéma entièrement rénovées, classées « Art et Essai », « Recherche » et « Europa Cinémas ». En juin 2009, le nouveau Musée de la Bande dessinée ouvre ses portes dans un nouveau bâtiment, d’anciens chais rénovés par Jean-François Bodin[1] sur l’autre berge de la Charente.

Expositions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Revue des Musées de france, octobre 2009, p. 27

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]