Centre international de recherches sur l'anarchisme (Lausanne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Centre international de recherches sur l'anarchisme.
CIRA

Le Centre international de recherches sur l'anarchisme (CIRA) de Lausanne a été fondé en 1957 à Genève. Il s'agit de la plus grande (par le nombre de documents conservés) bibliothèque spécialisée en Europe dans le domaine de l'anarchisme.

Collection[modifier | modifier le code]

Le bulletin du CIRA

La bibliothèque conservait, fin 2008, environ 18 000 ouvrages (brochures, monographies, travaux universitaires) et 4 000 périodiques dont 200 actifs. L'ensemble de la collection est catalogué et le catalogue est accessible en ligne depuis 2007. À côté de cette collection, le CIRA conserve également quelques fonds d'archives, dont une collection iconographique (affiches, cartes postales, photographies) relativement importante.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est de la rencontre à Genève d'un objecteur de conscience italien, Pietro Ferrua, d'un exilé bulgare et d'un anarchiste suisse, André Bösiger, qu'est née en 1956 l'idée du CIRA.

Il existe à l'époque quelques fonds de documentation en sommeil qui constitueront la base de la collection du CIRA : les archives du Réveil socialiste-anarchiste[1] de Luigi Bertoni[2], celles du groupe « Germinal », les archives personnelles de Jacques Gross et divers périodiques reçus par le biais d'échanges.

En 1961, en relation avec une action antifranquiste contre le consulat d'Espagne à Genève, Pietro Ferrua, principal animateur du centre, est expulsé de Suisse. Marie-Christine Mikhaïlo[3] prend alors en charge la bibliothèque avec sa fille Marianne Enckell.

En 1964, le CIRA est transféré à Lausanne dans la pension de famille de Beaumont que tient Marie-Christine Mikhaïlo. La bibliothèque retourne à Genève entre 1975 et 1989, date à laquelle la collection est installée à nouveau à Lausanne, dans un bâtiment construit spécifiquement par des sympathisants et des proches.

En 2007, le CIRA lance une campagne de recherche de fonds pour pouvoir rester durablement dans ce bâtiment. Cette campagne est un succès grâce à la mobilisation de proches de la bibliothèque et de nombreux groupes, organisations et individus anarchistes.

Dès sa fondation, le CIRA édite un bulletin qui présente la vie du centre, les nouvelles acquisitions et des articles sur l'histoire du mouvement anarchiste.

Fonctionnement de la bibliothèque[modifier | modifier le code]

La bibliothèque du CIRA utilise un index matières systématique conçu sur mesure dès 1985. Son catalogue a été informatisé en 1995. Elle est gérée principalement par des bénévoles et ne dispose d'aucun budget d'acquisition. Les frais de fonctionnement sont couverts par des dons et les cotisations des lecteurs et les ouvrages sont donnés par leurs auteurs, leurs éditeurs et des militants anarchistes de tous pays.

La bibliothèque est accessible à chacun, mais seuls les membres s'étant acquitté de leur cotisation peuvent emprunter des ouvrages. Le CIRA pratique le prêt direct (envoi des ouvrages par la poste) avec ses membres résidant à l'étranger.

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Le CIRA est membre fondateur de la Fédération internationale des centres d'étude et de documentation libertaires (FICEDL). Il est également membre de l'International Association of Labour History Institutions (de) (IALHI), association au sein de laquelle il côtoie des bibliothèques et centres d'archives spécialisés dans l'histoire du mouvement ouvrier.

Par ailleurs, il a existé ou il existe encore des CIRA au Brésil, au Japon ou encore à Marseille.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Pietro Ferrua, « Appunti per una cronistoria del Centro Internazionale di Ricerche sull'Anarchismo », in Rivista storica dell'anarchismo (2000) 2, 99-108.
  • Marianne Enckell, « Le Centre International de Recherches sur l'Anarchisme », in Alda de Giorgi, Charles Heimberg et Charles Magnin (éds.), Archives, histoire et identité du mouvement ouvrier, Genève, Collège du travail, 2006.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]