Centre informatique national de l'enseignement supérieur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Cines.
Logo du CINES
Fronton du CINES

Le Centre Informatique National de l'Enseignement Supérieur (CINES), basé à Montpellier, offre un service informatique utilisé pour l'enseignement supérieur en France. C'est un des grands centres pour l'offre en puissance de calcul pour la recherche en France.

C'est un établissement public à caractère administratif placé sous la tutelle du ministère de la Recherche. Créé par décret en 1999, il a trois missions :

  • le calcul à haute performance sur superordinateur,
  • l'archivage pérenne
  • l'hébergement de matériels informatiques à vocation nationale.

Mission calcul[modifier | modifier le code]

Le CINES participe depuis longtemps aux moyens de calcul proposés à la communauté des chercheurs français.

La machine jade est classée au 27e rang mondial des calculateurs du TOP500 de novembre 2010[1], c'est la 6e machine européenne et la première machine française pour la recherche publique.

En janvier 2011 le CINES dispose de plusieurs machines pour le calcul intensif :

  • une machine SGI Altix ICE 8200 EX[2] ;
  • une machine IBM P1600 + Cluster POWER5 ;
  • un cluster Bull (avec GPU pour calcul hybride).
Machine Jade au CINES

La machine Jade (SGI Altix ICE 8200 EX) d'une puissance de 267 Tflops

  • 1 536 nœuds bi-socket équipées de processeurs Intel Xeon E5472 à 32 Go de RAM
  • 1 344 nœuds bi-socket équipées de processeurs Intel Nehalem X5560 à 36 Go de RAM
  • Infiniband DDR et QDR 4x dual plane
  • 700 To de disques (Lustre)

La machine IBM d'une puissance de 1,85 + 0,6 TFlops

  • 9 nœuds Power4 à 32/64 Go de RAM
  • switch Federation
  • 4 To de disques (GPFS)
  • 5 nœuds P575 à 32 Go
  • Infiniband.

Classement dans le TOP500[modifier | modifier le code]

Chaque six mois a lieu le classement mondial des supercalculateurs le TOP500.

Année-mois Nombre de systèmes Meilleur rang Nombre de processeurs R_{max}

(TéraFLOPS/s)

R_{peak}

(TéraFLOPS/s)

lien TOP500
1995-06 1 142 32 0.0058 0.008512 http://www.top500.org/site/311/list/5
1995-11 1 179 32 0.0058 0.008512 http://www.top500.org/site/311/list/6
1996-06 1 77 79 0.01412 0.021014 http://www.top500.org/site/311/list/7
1996-11 1 109 79 0.01506 0.021014 http://www.top500.org/site/311/list/08
1997-06 1 172 79 0.01506 0.021014 http://www.top500.org/site/311/list/09
1997-11 1 112 79 0.0273 0.03792 http://www.top500.org/site/311/list/10
1998-06 1 137 107 0.03655 0.05136 http://www.top500.org/site/311/list/11
1998-11 1 121 127 0.0431 0.06096 http://www.top500.org/site/311/list/12
1999-06 1 95 207 0.0678 0.09936 http://www.top500.org/site/311/list/13
1999-11 3 98 256+112+207=575 0.24020 0.35236 http://www.top500.org/site/311/list/14
2000-06 3 127 256+112+207=575 0.24020 0.35236 http://www.top500.org/site/311/list/15
2000-11 4 132 224+256+207+96=783 0.3714 0.52866 http://www.top500.org/site/311/list/16
2001-06 4 44 472+160+256+207=1095 0.814 1.12096 http://www.top500.org/site/311/list/17
2001-11 3 56 472+320+256=1048 0.874 1.1816 http://www.top500.org/site/311/list/18
2002-06 2 90 472+320=792 0.753 1.028 http://www.top500.org/site/311/list/19
2002-11 3 90 472+512+256=1240 0.753 1.028 http://www.top500.org/site/311/list/20
2003-06 2 192 472+512=984 0.98996 1.22 http://www.top500.org/site/311/list/21
2003-11 2 347 472+512=984 0.98996 1.22 http://www.top500.org/site/311/list/22
2008-11 1 14 12288 128.4 146.74 http://www.top500.org/system/9830
2009-06 1 20 12288 128.4 146.74 http://www.top500.org/system/9830
2009-11 1 28 12288 128.4 146.74 http://www.top500.org/system/9830
2010-06 1 18 12288+10752=23040 237.8 267.88 http://www.top500.org/system/10558
2010-11 1 27 12288+10752=23040 237.8 267.88 http://www.top500.org/system/10558
2011-06 1 30 12288+10752=23040 237.8 267.88 http://www.top500.org/system/10558
2011-11 1 30 12288+10752=23040 237.8 267.88 http://www.top500.org/system/10558
2012-06 1 75 12288+10752=23040 237.8 267.88 http://www.top500.org/system/10558

Sur ce diagramme on voit le classement successif des machines qui sont passées successivement au CNUSC puis au CINES. On voit une grosse coupure, puis une reprise très forte depuis 2008 avec la machine jade.

Top500 CNUSC CINES.png

MaxTflops CNUSC CINES.png

Avant d'être le CINES, le CNUSC avait déjà des machines classées au TOP500[3].

Mission archivage pérenne[modifier | modifier le code]

L’archivage des données numériques étant un facteur essentiel de succès de toute politique de dématérialisation et de numérisation des informations, la seconde mission stratégique nationale confiée au CINES porte sur le développement et la mise en œuvre d’une solution performante pour la conservation à long terme du patrimoine numérique.

À côté des moyens exceptionnels et des équipements de pointe dans le domaine du calcul intensif, le CINES dispose donc par l’intermédiaire de PAC – Plateforme d’Archivage du CINES – de l’une des toutes premières plateformes françaises en production qui soit consacrée à l’archivage de données numériques. Les documents candidats à un archivage pérenne dans PAC sont :

  • Des données scientifiques issues d’observations, de mesures, de simulations ou de calcul ;
  • Des données patrimoniales telles que les thèses soutenues en France, les données pédagogiques, les publications (articles parus notamment sur la plateforme HAL) ou encore les collections de revues scientifiques numérisées ;
  • Des données administratives des universités.

Le schéma suivant présente quelques-unes des problématiques posées dans le cadre de l’archivage numérique pérenne, qui sont autant de risques inéluctables pour lesquels des procédures doivent être mises en place pour en atténuer l’impact le jour où ils se réaliseront :

Archivage.jpg

Pour répondre à chacun de ces défis, le CINES s’appuie sur l’utilisation de standards nationaux (NF Z42-013, Afnor X578 :2005 - Fascicule de documentation FD X50-176 - outils de management : gestion par les processus, Standard d’échange de Données pour l’Archivage, …) et internationaux (modèle OAIS - ISO 14721, ISO 9001, Dublin Core, ISAD-G, ISAAR-CPF, méthodologie ITIL…) ainsi que sur une approche qualité faisant appel à une gestion proactive des risques, et une démarche pour la certification du service.

Le CINES dispose également d’une cellule d’expertise sur les formats de données et possède une grande expérience informatique et archivistique qui lui permet d’être l’un des leaders de l’archivage numérique pérenne en Europe.

Des articles dans la presse explique cette mission, d'archivage pérenne[4].

Mission hébergement de matériels informatiques[modifier | modifier le code]

La nouvelle mission du CINES est d'apporter de l'aide au communauté de la recherche qui ont des besoins en espace pour faire tourner leurs gros environnements informatique.

Le but est d'apporteer aux organismes en manque d'espace en salle machine, la possibilité d'augmenter leurs capacités en nombre de racks. Il est bien souvent difficile de stocker plusieurs racks avec toutes les dépendances qui en découlent (énergie, climatisation, maintenance 24/24). Le CINES peut apporter cet environnement technique, car il dispose de tous les environnements adapatés pour accueillir de l'informatique en "quantité industrielle".

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1981 fut créé le Centre National Universitaire Sud de Calcul (CNUSC) à Montpellier, chargé d'héberger des applications scientifiques pour la communauté des chercheurs. Fin décembre 1999 le CNUSC mit fin à ses fonctions et fut remplacé par un nouvel établissement, le CINES actuel, créé par décret n°99-318 du 20 avril 1999. Le changement apporta de nouvelles missions, ainsi qu'un changement de statut[5].

Le 6 mars 2014, les statuts du CINES ont été modifié par décret[6]parue au journal officiel. Ce décret fait apparaître une nouvelle mission, l'hébergement de matériels informatiques à vocation nationale.

Durant toutes ces années, le nombre de salariés au sein de l'établissement a tourné autour d'une quarantaine de techniciens et ingénieurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

43° 38′ 07″ N 3° 50′ 29″ E / 43.63528, 3.84139