Centre hospitalier universitaire de Yopougon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Centre hospitalier universitaire de Yopougon, est une formation sanitaire ivoirienne installée à Abidjan et ouverte au public depuis 1990. Il est subdivisé en trois blocs dont deux sont consacrés aux services de médecine interne, de chirurgie générale, de l'imagerie et de neurologie tandis qu'un bloc est réservé au couple mère-enfant et rassemble les services de gynécologie-obstétrique, de pédiatrie médicale, de néonatologie et de chirurgie pédiatrique[1].

Organisation[modifier | modifier le code]

Le Centre hospitalier universitaire de Yopougon a notamment pour missions de dispenser des soins d’urgence, de proposer des examens de diagnostic ainsi que des consultations et des traitements. Il offre en outre des possibilités d'hospitalisation aux malades. Diverses initiatives de développement d'actions de médecine préventive sont également visées par cette formation qui participe à Abidjan avec les CHU de Cocody et de Treichville à l’enseignement universitaire et post-universitaire de type médical mais aussi, à la formation pharmaceutique, odontologique et paramédicale. Le CHU de Yopougon reste en outre, un centre de recherche médicale, pharmaceutique et odontologique.

Critiques[modifier | modifier le code]

Malgré le fait qu'il compte parmi les hôpitaux publics les plus récents d'Abidjan, le CHU de Yopougon est critiqué notamment en raison du mauvais accueil et traitement des urgences. N'ayant pas été conçu à l'origine pour être un hôpital universitaire, ces urgences dites « porte », regroupant le service des urgences de chirurgie, de médecine et de pédiatrie, sont jugés exigus, inadapté, sous-équipés et sous-entretenus[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « CHU de Yopougon Abidjan », sur Site du Cidmed (consulté le 27 juillet 2008)
  2. Urgences des CHU Cocody, Yopougon, Treichville, ce que l’État cache aux Ivoiriens - article de Connection Ivoirienne.net publié le 10 avril 2014.