Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centre européen de prévention et de contrôle des maladies
Image illustrative de l'article Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies
Map indique la localisation de l'agence
Paris plan pointer b jms.svg
Coordonnées 59° 20′ 53″ N 18° 01′ 13″ E / 59.348125, 18.02028259° 20′ 53″ Nord 18° 01′ 13″ Est / 59.348125, 18.020282  
Agence européenne
Localisation Stockholm, Suède
Formation
Signée Mars 2004
Établie Mars 2005
Pilier Communauté européenne
Directeur Drapeau des Pays-Bas Marc Sprenger
Site Web www.ecdc.europa.eu
Siège du CEPCM à Stockholm

Établi en 2005 en tant qu’Agence indépendante de l’Union européenne, le Centre européen de prévention et contrôle des maladies (CEPCM, ou en anglais : European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC) a pris des responsabilités croissantes dans le renforcement des défenses de l’Europe contre les maladies infectieuses. Sa phase de développement touche à sa fin avec des progrès notables dans le lancement des activités scientifiques. Dès 2007, le CEPCM disposait d’experts capables de couvrir les 49 maladies infectieuses dont la déclaration est obligatoire au niveau de l’Union européenne. 2008 représente le début d’une nouvelle phase. Le Centre est situé à Stockholm, Suède.

Histoire[modifier | modifier le code]

La coopération dans le domaine de la santé publique s'inscrit dans le contexte d’une collaboration européenne accrue, synonyme d’intégration économique toujours renforcée et de frontières de plus en plus ouvertes. Si les experts européens de santé publique avaient envisagé pendant un certain nombre d’années de créer un Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, l’épidémie de SRAS en 2003 et sa rapide diffusion à l’échelle internationale a confirmé la nécessité de créer rapidement une institution dédiée à la coopération européenne en matière de santé publique. Le CEPCM a ainsi été créé en un temps record pour une agence européenne : dès juillet 2003, la Commission européenne présenta un projet de législation qui déboucha sur une régulation fondatrice, adoptée au printemps 2004. Le Centre débuta ses activités au printemps 2005. Alors que le Centre commençait ses activités, un nouveau risque – la grippe aviaire H5N1 – arrivait dans le voisinage de l’UE. La crainte que le virus puisse s’adapter ou muter et déclencher une nouvelle pandémie de grippe humaine confirma l’adéquation de la mission du Centre.

Structure[modifier | modifier le code]

La structure du Centre repose sur des fonctions clés et comprend quatre unités techniques (Conseil scientifique, Surveillance, Préparation et Réponse et, enfin, Communication), soutenues par une unité administrative. Le Cabinet du Directeur est responsable de la coordination générale et des relations externes. Des programmes transversaux aux quatre unités techniques gèrent les activités spécifiques sur les maladies. Le CEPCM a établi à ce jour six programmes transversaux, à savoir: infections des voies respiratoires (grippetuberculose); maladies sexuellement transmissibles (MST) y compris le VIH et les virus à transmission sanguine; maladies à prévention vaccinale ; résistance aux antibiotiques et infections liées aux soins ; maladies d’origine hydrique et alimentaire et, enfin, les zoonoses, les maladies émergentes et celles liées aux vecteurs.

Publications[modifier | modifier le code]

Le CEPCM publie des rapports scientifiques et techniques sur des thèmes variés liés à la prévention et au contrôle des maladies infectieuses, incluant des rapports de réunions clés techniques et scientifiques. Le CEPCM a publié son premier rapport épidémiologique annuel sur les maladies infectieuses en Europe en juin 2007. Ce rapport contient un volume considérable de données épidémiologiques sur 49 maladies infectieuses (ainsi que sur les infections liées aux soins et les résistances aux antibiotiques). Ces données – se rapportant à l’année 2005 – ont été collectées dans les 25 États membres de l’Union européenne ainsi que la Norvège et l’Islande. Des données de différentes sources ont été combinées pour produire des tableaux par pays ou maladies qui ont ensuite été soumis aux États membres pour validation. Ce n’est qu’après que ces données aient été approuvées que le rapport a été rédigé. Un deuxième exercice de validation a ensuite été conduit avec tous les États contributeurs pour s’assurer que l’interprétation des données dans le rapport était aussi exacte que possible. Malgré des problèmes notables de comparabilité des données, un certain nombre de conclusions sur l’épidémiologie des maladies infectieuses en Europe a cependant pu être tiré.

Eurosurveillance[modifier | modifier le code]

Revue scientifique européenne de pointe consacrée à l’épidémiologie, la surveillance, la prévention et le contrôle des maladies infectieuses, Eurosurveillance est publiée par le CEPCM depuis mars 2007. De nouveaux numéros sont disponibles gratuitement en ligne à l’adresse www.eurosurveillance.org chaque jeudi.

Rôle de CEPCM pour 2007–2013[modifier | modifier le code]

La phase de démarrage du CEPCM est maintenant terminée et une nouvelle étape commence en 2008. Depuis sa création en mai 2005, le CEPCM a posé de solides bases en termes d’organisation, de personnel et d’activités et peut maintenant se concentrer entièrement sur ses tâches scientifiques.

États membres[modifier | modifier le code]

Le réseau de le CEPCM compte les États membres suivants :

Les 27 États membres de l’UE :

Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède.

Les États membres de l’EEE/AELE :

Islande, Liechtenstein, Norvège.

Budget[modifier | modifier le code]

Le CEPCM devrait disposer d’une équipe d’environ 300 personnes et d’un budget de plus de 50 millions d’euros vers la fin de la décennie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]