Le CAPE de Jérusalem (Centre des Affaires Publiques et de l'État)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le bâtiment du CAPE de Jérusalem à Katamon

Le CAPE de Jérusalem (Centre des Affaires Publiques et de l'État) est le nom français du Jerusalem Center for Public Affairs, un centre de recherche israélien indépendant basé à Jérusalem. Ses travaux se concentrent sur la politique extérieure israélienne, les relations israélo-palestiniennes, les questions de Défense et de Sécurité au Moyen-Orient, ainsi que les actes d'Israël selon le droit international dans le contexte du conflit israélo-arabe. Le CAPE de Jérusalem a été fondé en 1976 par Daniel J. Eleazar. Il est actuellement présidé par Dore Gold (en), ancien Ambassadeur d'Israël à l'ONU et conseiller diplomatique du Premier ministre Benjamin Nétanyahou. Depuis 2008, le CAPE de Jérusalem se trouve sous la direction de Freddy Eytan, diplomate et journaliste-écrivain, qui fut le premier Ambassadeur d'Israël en Mauritanie.

Le logo du CAPE de Jérusalem s'inspire du Trèfle de Bunting

Le CAPE de Jérusalem publie des analyses, des enquêtes mais également des recueils d'articles. On lui doit notamment d'avoir mis au jour un document secret signé du négociateur palestinien Saeb Erekat, daté de mars 2014, pour torpiller le processus de paix avec Israël. En août 2013, le CAPE de Jérusalem a révélé que le nouveau ministre iranien de la Guerre, Hossein Dehghan (en), n'était autre que le cerveau de l'attentat contre les Marines et les Paras de Beyrouth, du 23 octobre 1983, qui avait tué 241 Marines, 74 soldats français et fait des dizaines de blessés. En mars 2015, le CAPE de Jérusalem a publié une étude fouillée sur la guerre de Gaza de l'été 2014 (Opération "Bordure Protectrice"), signée de plusieurs spécialistes israéliens du terrorisme et de la guerre assymétrique, mais également en rapportant le témoignage du Colonel britannique Richard Kemp (en).

Amb. Dore Gold, président du CAPE de Jérusalem

Depuis 2005, le CAPE de Jérusalem publie des sondages d’opinion sur le processus de paix avec les Palestiniens. Le dernier sondage, effectué des 12 au 14 octobre 2014 avec l’Institut Shivoukim-Panorama, révèle que les trois quarts de la population juive israélienne continuent à s’opposer à un retrait d’Israël de la vallée du Jourdain et à un partage de Jérusalem. Le CAPE de Jérusalem organise également des colloques sur les relations diplomatiques entre Israël et l'Europe ou encore sur la montée de l'antisémitisme en Europe.

Chercheurs du centre[modifier | modifier le code]

Voici une liste de certains des chercheurs qui sont apparus dans les publications du CAPE :

  • Lt.-Gén. Moshe (Bogie) Yaalon, ancien chef d'État-major de Tsahal, ministre de la Défense.
  • Maj.-Gén. Aharon Zeevi Farkash, ancien chef des renseignements de Tsahal.
  • Maj.-Gén. Benny Gantz, ancien chef d'État-major de Tsahal.
  • Maj.-Gén. Yair Naveh, chef du commandement Centre de Tsahal.
  • Maj.-Gén. (Rés.) Giora Eiland, chef du Conseil de Sécurité Nationale d'Israël et responsable du plan de désengagement de Gaza.
  • Gén. Yossef Kuperwasser, chef de la Section des recherches de Tsahal, ancien directeur général du ministère des Affaires stratégiques.
  • Amb. Freddy Eytan, directeur du CAPE de Jérusalem
    Ambassadeur Uri Lubrani, Conseiller au Ministère de la Défense, ancien Ambassadeur d'Israël en Iran, et Conseiller aux Affaires arabes du Premier ministre Ben Gourion.
  • Ambassadeur Alan Baker, ancien Ambassadeur d'Israël au Canada
  • Prof. Shlomo Avineri de l'université hébraïque, ancien directeur-général du Ministère des Affaires étrangères.
  • Professeur Bernard Lewis, Université de Princeton, historien et expert de l'Islam.
  • Dr. Uzi Arad, Directeur de l'Institut de Politique et de Stratégie, Interdisciplinary Center Herzliya.
  • Dr. Ephraim Kam, Vice-président du Jaffee Center for Strategic Studies à l'université de Tel Aviv.
  • Professeur Mordechai Abir, Professeur Emeritus d'études islamiques à l'université hébraïque de Jérusalem.
  • Ambassadeur Zvi Mazel, ancien ambassadeur d'Israël en Égypte et en Suède.
  • Khaled Abu Toameh, journaliste qui enquête sur les affaires palestiniennes depuis 1989.

Liens externes[modifier | modifier le code]