Centre de stockage de l'Aube

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 23′ 49″ N 4° 40′ 23″ E / 48.39694, 4.67306 ()

Localisation du centre de stockage de l'Aube, terme du cycle de l'uranium

Le centre de stockage de l’Aube est situé à Soulaines-Dhuys en Champagne-Ardenne. Il s'agit du plus grand centre de stockage en surface de déchets radioactifs dans le monde.

Construit dans une clairière d'une centaine d'hectares de la forêt champenoise, le centre de stockage de l'Aube fonctionne depuis janvier 1992. Il a pris le relais du centre de stockage de la Manche, où ont été mis en stockage définitif plusieurs centaines de milliers de mètres-cubes de déchets radioactifs entre 1969 et 1994.

Le site est prévu pour réceptionner l'ensemble des déchets radioactifs produits en France, de faible et moyenne activité (FMA) à vie courte, c'est-à-dire dont la radioactivité décroît de moitié en moins de 31 ans (demi-vie inférieure à 31 ans). Il faut ainsi 300 ans pour que ces déchets perdent l'essentiel de leur radioactivité. Ils proviennent principalement de l'industrie nucléaire (blouses, bottes, gants ayant servi à des manipulations radioactives, pièces mécaniques...) mais aussi d'autres secteurs comme l'industrie minière, les laboratoires de recherche ou la médecine nucléaire.

En 2010, ce centre de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) a atteint 25 % de sa capacité de stockage. Conçu pour accueillir un million de mètres-cubes de déchets, il doit fonctionner une soixantaine d'années. Le centre de l'Aube jouxte le centre de stockage de Morvilliers, prévu pour accueillir les déchets de très faible activité.

Transport des déchets[modifier | modifier le code]

Le transport des colis de déchets radioactifs s'effectue soit

  • par la route depuis le producteur jusqu'au Centre de stockage de l'Aube,
  • par voie ferrée jusqu'au terminal ferroviaire de Brienne-le-Château. Après un contrôle, les colis sont acheminés au Centre de stockage de l'Aube, situé à 15km, par camion.

En 2004, 105 wagons ont été reçus au terminal ferroviaire, soit 310 rotations de camions entre le terminal et le centre, et 2 765 camions sont arrivés directement sur le centre. Cela correspond à un volume de plus de 14 camions par jour ouvré.

En 2008, 10382T de déchets TFA ont été envoyés par le CEA. Ils proviennent surtout des opérations d'assainissement et de démantèlement.

Conditionnement[modifier | modifier le code]

Les colis de déchets sont conditionnés sur le site en colis de stockage. Selon la nature des déchets, le conditionnement est différent. Les fûts métalliques sont compressés puis enfermés dans un surfût dans lequel du béton est coulé. D'autres déchets sont rassemblés dans des conteneurs parallélepipédiques dans lesquels du béton est coulé. Enfin, le centre de stockage accueille aussi les couvercles de cuve qui ne sont pas conditionnés.

Alvéoles de stockage[modifier | modifier le code]

Les colis de stockage sont empilés dans des casemates en béton. Du béton est aussi coulé afin de remplir les vides entre les colis. Une fois que l'alvéole de stockage est pleine, une dalle en béton armé, solidaire des parois, permet de fermer l'alvéole. L'ensemble de ces opérations est réalisé sous un toit mobile sur rails, déplacé d'une alvéole à l'autre au fur et à mesure de leur construction, remplissage et fermeture. Une galerie située sous les alvéoles permet de recueillir les eaux dans une cuve de rétention.

Impact de l'exploitation du centre[modifier | modifier le code]

Impact radiologique[modifier | modifier le code]

Selon l'ANDRA, depuis sa mise en service en 1992, le centre de stockage a un impact radiologique limité à une dose d'exposition du public inférieure à 0,1 μSv/an quand la limite considérée par l'Andra est de 250 µSv/an[1].

L'absence d'impact significatif du centre a été corroborée par une étude[2] menée en 2007 par l'ARCO (Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest, association adhérent au Réseau Sortir du nucléaire[3]) pour le compte de la commission locale d'information. L'institut de veille sanitaire a fait paraître un rapport en 2011 qui ne montre pas d'augmentation du nombre de cancers dans la zone de 15 km autour du centre de stockage[4].

Selon le Collectif contre l'enfouissement des déchets radioactifs (Cedra), le site de stockage de déchets nucléaires de Soulaines rejette des substances radioactives. Le Cedra dénonce un "mensonge" des autorités car dès l'ouverture (en 1992), il y a eu des rejets radioactifs liquides et gazeux, alors que l'enquête publique a certifié qu'il n'y aurait pas de rejets radioactifs[5].

Fermeture du centre[modifier | modifier le code]

À terme, la terre, excavée lors de la construction et conservée sur la verse, permettra de recouvrir les casemates, de façon à restituer l'aspect initial du site. Une période de surveillance post-fermeture est prévue afin d'évaluer l'évolution pérenne du stockage.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bilan annuel de la surveillance du centre et de son environnement - Centre CSFMA - Année 2006 ; pages 126 - 127 [1]
  2. [PDF] Analyse des niveaux de la radioactivité dans les environs du centre de stockage FMA-VC de l’Aube - Année 2007
  3. Réseau "Sortir du nucléaire" > Liste des groupes
  4. Rapport de l'InVS
  5. Déchets nucléaires : le site de Soulaines (Aube) est radioactif (étude) - 07/11/2006 - Agence France Presse

Liens externes[modifier | modifier le code]