Centre de recherches pour le développement international

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) (International Development Research Centre (IDRC) en anglais) est une société d’État canadienne qui appuie des travaux de recherche dans les pays en développement afin d’y favoriser la croissance et le développement. Il veut ainsi susciter des solutions locales novatrices et durables dans le but de créer des sociétés en meilleure santé, plus équitables et plus prospères[1].

Établi en vertu de la Loi portant création du Centre de recherches pour le développement international que le Parlement du Canada a adoptée en 1970, le CRDI a pour mission de « lancer, d’encourager, d’appuyer et de mener des recherches sur les problèmes des régions du monde en voie de développement et sur la mise en œuvre des connaissances scientifiques, techniques et autres en vue du progrès économique et social de ces régions »[2].

Pour remplir cette mission, le CRDI incite les chercheurs des pays en développement à exécuter des recherches dans leurs propres établissements et régions, et il leur apporte une aide à cette fin. Ce faisant, il soutient la création de réseaux, le renforcement des capacités et la mise en commun des connaissances par la communauté scientifique, le monde universitaire et le milieu du développement, tant au Canada que dans les pays en développement[3].


Recherche[modifier | modifier le code]

Le CRDI subventionne la recherche dans quatre grands domaines.

Agriculture et environnement – activités axées sur la salubrité de l’environnement et l’amélioration de la santé humaine, l’agriculture durable et la sécurité alimentaire, l’adaptation aux changements climatiques et l’économie de l’environnement[4].

Politiques de santé mondiale – activités visant à assurer l’égalité d’accès à la santé, l’amélioration des politiques de santé et de la prestation des soins, ainsi qu’une meilleure compréhension des maladies émergentes et des maladies chroniques[5].

Science et innovation – travaux portant sur les moyens de parvenir à une croissance partagée et à un développement stimulés par la science, la technologie et l’innovation et sur le rôle que peuvent jouer des universités et des industries de la création vigoureuses[6].

Politique sociale et économique – activités ayant pour but de favoriser un débat éclairé sur les grandes questions de politiques publiques reliées à la réduction de la pauvreté, à l’équité sociale et à la primauté du droit[7].

Le CRDI concourt à la réalisation des objectifs de la politique étrangère du gouvernement du Canada et de certaines des priorités en matière de développement et certains des objectifs du Millénaire pour le développement, et ce, entre autres, par les recherches qu’il subventionne dans le cadre du Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale, du programme Innovation pour la santé des mères et des enfants d’Afrique et de l’Initiative de recherche en santé mondiale.

Tablant sur plusieurs décennies de travaux sur les rapports hommes-femmes, les relations internationales et la gouvernance mondiale, ainsi que sur le rôle des technologies de l’information et de la communication dans le développement, le CRDI intègre ces aspects dans tous les domaines de son action.

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Le Conseil des gouverneurs oriente le travail du CRDI. L’honorable Monte Solberg, C.P., qui a été ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration et ministre des Ressources humaines et du Développement social du Canada, est président du Conseil des gouverneurs par intérim. Le CRDI rend compte au Parlement par l’entremise du ministre des Affaires étrangères[8].

Avec l’aide du Comité de la haute direction, le président du Centre, Jean Lebel, dirige les activités du CRDI. L’ont précédé à ce poste David M. Malone (de 2008 à 2013), Maureen O'Neil (de 1997 à 2008), Keith A. Bezanson (de 1991 à 1997), Ivan L. Head (de 1978 à 1991) et W. David Hopper (de 1970 à 1978).

Bureaux[modifier | modifier le code]

Le siège du CRDI est dans la capitale nationale du Canada, à Ottawa, en Ontario. Le Centre a aussi quatre bureaux régionaux, au Kenya, en Égypte, en Inde et en Uruguay[9].

Le bureau de Nairobi a été établi en 1975, et il dessert l’Afrique subsaharienne.

Le bureau du Caire a lui aussi été établi en 1975, et il dessert le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

Le bureau de New Delhi a été établi en 1983, et il dessert l’Asie.

Le bureau de Montevideo dessert l’Amérique latine et les Caraïbes depuis 1989; de 1973 à 1989, ce bureau régional était à Bogota, en Colombie.

Partenariats[modifier | modifier le code]

Outre le crédit que lui accorde le Parlement du Canada, le CRDI reçoit des sommes d’autres bailleurs de fonds canadiens et étrangers œuvrant à l’échelle internationale. Ainsi, il a établi des partenariats avec des entités gouvernementales, dont Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada et le Department for International Development du Royaume-Uni.

Il reçoit également des fonds de certains bailleurs de fonds privés, dont la Fondation Bill-et-Melinda-Gates et la Fondation William et Flora Hewlett. Certains des projets du CRDI sont exécutés en partenariat avec des chercheurs d’universités et d’autres établissements de différents endroits au Canada, dont l’Association des universités et collèges du Canada, le Perimeter Institute for Theoretical Physics, l’Université McGill, l’Université Memorial, l’Université Simon Fraser, l’Université Western, l’Université de l’Alberta, l’Université de la Colombie-Britannique, l’Université de Guelph, l’Université Laval, l’Université de la Saskatchewan et l’Université de Toronto.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]