Centre de lancement d'Alcântara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

2° 22′ 23″ S 44° 23′ 47″ O / -2.37306, -44.39639

Le lanceur brésilien VLS-1 à Alcântara.

Le centre de lancement d'Alcântara (CLA, en portugais : Centro de Lançamento de Alcântara) est une des deux centres de lancement de l'Agence spatiale brésilienne. Elle est à située à Alcântara, dans l'État du Maranhão au nord du Brésil. Depuis son inauguration en 1990 elle a été utilisée une quarantaine de fois pour lancer des fusées-sondes chargées d'étudier la haute atmosphère. Trois tentatives de tir du lanceur national VLS-1 se sont toutes soldées par des échecs. La base de lancement est placée sous le contrôle de la Force aérienne brésilienne (Comando da Aeronáutica). .

Historique[modifier | modifier le code]

Alcântara.
Le bâtiment d'assemblage de la VLS-1 détruit par l'accident de 2003
Le nouveau bâtiment d'assemblage de la VLS-1 est inauguré en juillet 2012 avec une maquette du lanceur.
Lancement d'une fusée-sinde VSB-30 depuis la base d'Alcantara.
Tir du lanceur VLS-1.

La base de lancement d'Alcântara est située à Alcântara, dans l'État du Maranhão, sur la côte atlantique au nord du Brésil[1]. La construction de la base qui occupe une superficie de 236 km2 est décidée par le gouvernement fédéral brésilien en 1979. Le Brésil dispose à l'époque du Centre de lancement de la Barreira do Inferno ouvert en 1965 mais le périmètre de sécurité de ce site est jugé insuffisant pour le tir d'un lanceur. Après un développement particulièrement lent les installations d'Alcântara sont étrennées le 21 février 1990 par le tir d'une fusée-sonde Sonda 2 XV-53.

Activités[modifier | modifier le code]

Lancement de fusées-sondes[modifier | modifier le code]

La base est utilisée pour le lancement de fusées-sondes transportant des charges utiles scientifiques et qui effectuent des vols suborbitaux dans la haute atmosphère. Les engins utilisés sont initialement des fusées-sondes d'origine étrangère puis le Brésil développe ses propres engins. Le 24 octobre 2004, le Brésil réussit le premier lancement d'une fusée-sonde VSB-30, résultat d'une collaboration entre l'agence spatiale brésilienne, le CTA (Centre technologique de l'aéronautique), et les Allemands de DLR-Moraba. Les premières tentatives de lancement en 1997 et 1999 avaient échoué. La VSB-30, entièrement construite et assemblée au Brésil, sera fournie en remplacement de la fusée-sonde Skylark 7 britannique au CSG pour les expériences en micro-gravité, à partir de novembre 2005.

Lancements de satellite[modifier | modifier le code]

La base d'Alcantara est le site utilisé pour tester le lanceur de satellites VLS-1 développé par le Brésil à compter de 1984. À cet effet le site comprend une tour d'assemblage mobile et un centre de contrôle. Les deux premiers essais, réalisés en 1997 et 1999, sont des échecs. Le 22 août 2003 l'explosion au sol de la troisième VLS-1 (XV-03), due à une mise à feu prématurée et accidentelle d'un des quatre accélérateurs d'appoint à propergol solide décime les équipes de lancement en faisant 21 morts et détruit les installations au sol. Le programme spatial brésilien subit un coup d'arrêt prolongé et la tour d'assemblage mobile (TMI ou Torre Móvel de Integração) de 33 mètres de haut n'est reconstruite qu'en 2012[2]. Elle devrait permettre d'assembler la quatrième fusée VLS-1 dont le lancement est prévu en 2014.

Le CLA est avec le centre spatial guyanais la base spatiale la plus proche de l'équateur (2°21 de latitude). Sa position lui confère un avantage (effet de fronde) pour le lancement de satellites géosynchrone. Toutefois le lanceur national VLS-1 n'a pas la capacité de placer en orbite de tels satellites et il n'existe aucun plan pour en lancer depuis Alcântara.

Projets[modifier | modifier le code]

Trois lanceurs sont en développement et devraient être lancés depuis la base de Alcântara :

  • Ciclone IV (Tsyklon-4) est un projet bi-national signé entre le Brésil et l'Ukraine pour le développement de la quatrième version de la fusée lanceur de satellite ukrainienne Ciclone, avec notamment la construction des infrastructures nécessaires.
  • VLS-1 pour Veículo Lançador de Satélites est un lanceur capable de placer en orbite basse des satellites pesant jusqu'à 350 kg à des altitudes de 250 à 1 000 km.
  • VLM est une version allégée du lanceur VLS-1 qui doit être utilisée pour placer en orbite des satellites de moins de 150 kg.

Installations[modifier | modifier le code]

  • Tour d'assemblage mobile pour lanceur VLS-1 : hauteur 33 mètres, poids 380 tonnes.
  • Centre de contrôle

Liste de lancements[modifier | modifier le code]

Date Fusée/N° vol Type Mission / Charge utile Résultat
21 février 1990 Sonda 2 XV-53 Fusée-sonde Alcântara : Étude de l'ionosphère Altitude : 101 km
26 novembre 1990 Sonda 2 XV-54 Fusée-sonde Manival : Étude de l'ionosphère Altitude : 91 km
9 décembre 1991 Sonda 2 XV-55 Fusée-sonde Aguas Belas : Étude de l'ionosphère Altitude : 88 km
1er juin 1992 Sonda 3 XV-24 Fusée-sonde Aéronomie Altitude : 282 km
31 octobre 1992 Sonda 2 XV-56 Fusée-sonde Ponta de Areia : Étude de l'ionosphère Altitude : 32 km
22 mars 1993 Sonda 2 XV-57 Fusée-sonde Maruda : Étude de l'ionosphère Altitude : 102 km
2 avril 1993 VS-40 PT-01 Fusée-sonde Test en vol de la VS-40 Altitude : 950 km
19 août 1994 Nike Orion Fusée-sonde MALTED/CADRE : Étude de l'ionosphère Altitude : 140 km
20 août 1994 Nike Orion Fusée-sonde MALTED/CADRE : Étude de l'ionosphère Altitude :140 km
24 août 1994 Nike Orion Fusée-sonde MALTED/CADRE : Étude de l'ionosphère Altitude : 140 km
25 août 1994 Nike Orion Fusée-sonde MALTED/CADRE : Étude de l'ionosphère Altitude : 140 km
9 septembre 1994 Black Brant Fusée-sonde Étude de l'ionosphère Altitude : 250 km
21 septembre 1994 Black Brant Fusée-sonde Étude de l'ionosphère Altitude : 250 km
23 septembre 1994 Nike Tomahawk Fusée-sonde Étude de l'ionosphère Altitude : 270 km
23 septembre 1994 Nike Tomahawk Fusée-sonde Étude de l'ionosphère Altitude : 270 km
24 septembre 1994 Nike Tomahawk Fusée-sonde Étude de l'ionosphère Altitude : 270 km
24 septembre 1994 Nike Tomahawk Fusée-sonde Étude de l'ionosphère Altitude : 270 km
6 octobre 1994 Black Brant Fusée-sonde Étude de l'ionosphère Echec (250 km)
14 octobre 1994 Black Brant Fusée-sonde Guará H.Alt Spread F : Étude de l'ionosphère Altitude : 956 km
15 octobre 1994 Black Brant Fusée-sonde Étude de l'ionosphère Altitude : 250 km
28 avril 1997 VS-30 XV-01 Fusée-sonde Test en vol de la VS-30 Altitude : 128 km
2 novembre 1997 VLS-1 V01 Lanceur Premier test du lanceur brésilien VLS-1 V01 Échec : dysfonctionnement du premier étage peu après le lancement
21 mars 1998 VS-40 Fusée-sonde Test en vol de la VS-40 Altitude : 900 km
15 mars 1999 VS-30 XV-04 Fusée-sonde Operação San Marcos : expérience de microgravité Altitude : 128 km
11 décembre 1999 VLS-1 V02 Lanceur Second test du lanceur brésilien VLS-1 V02 Échec : dysfonctionnement du second étage
6 février 2000 VS-30 XV-05 Fusée-sonde Lençóis Maranhenses : expérience de microgravité Altitude : 148 km
21 août 2000 VS-30/Orion XV-01 Fusée-sonde Baronesa : expérience de microgravité Altitude : 315 km
23 novembre 2002 VS-30/Orion XV-02 Fusée-sonde Piraperna : étude de l'ionosphère Altitude : 434 km
1er décembre 2002 VS-30 XV-06 Fusée-sonde Cumã : expérience de microgravité Échec (145 km)
22 août 2003 VLS-1 XV-03 Lanceur Troisième test du lanceur brésilien VLS-1 V03 (satellite SATEC et UNOSAT) Destruction avant le lancement à la suite d'une fausse manœuvre 21 morts.
23 octobre 2004 VSB-30 XV-01 Fusée-sonde Cajuana : test Altitude : 100 km
23 octobre 2004 VSB-30 V01 Fusée-sonde Test en vol de la VSB-30 Altitude : 259 km
19 juillet 2007 VSB-30 V04 Fusée-sonde Cumã II : expérience de microgravité Altitude : 242 km
29 mai 2009[3] Orion Fusée-sonde Maracati 1 : test Altitude : 93 km
6 décembre 2010 Orion Fusée-sonde Maracati 2 : test préparatoire de MICROG 1A Altitude : 103 km
12 décembre 2010 VSB-30 V07 Fusée-sonde MICROG 1A : expérience de microgravité Altitude : 242 km [4]
Source : Encyclopedia Astronautica[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • F. Verger, R Ghirardi, I Sourbès-Verger, X. Pasco, L'espace nouveau territoire : Atlas des satellites et des politiques spatiales, Belin,‎ 2002 (ISBN 978-2-7011-3194-4[à vérifier : isbn invalide])
  • (en) Brian Harvey, Henk H F Smid et Theo Pirard, Emerging space powers : The new space programs of Asia, the Middle East ans South America, Springer Praxis,‎ 2010 (ISBN 978-1-4419-0873-5)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]