Centre de la mémoire d'Oradour-sur-Glane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centre de la mémoire
d'Oradour-sur-Glane
Le centre de la mémoire
Le centre de la mémoire
Informations géographiques
Pays France
Département Haute-Vienne
Ville Oradour-sur-Glane
Adresse L'Auze, 87520 Oradour-sur-Glane
Coordonnées 45° 55′ 45″ N 1° 02′ 08″ E / 45.929112, 1.035419 ()45° 55′ 45″ Nord 1° 02′ 08″ Est / 45.929112, 1.035419 ()  
Informations générales
Date d’inauguration 16 juillet 1999
Informations visiteurs
Site web http://www.oradour.org/

Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne

(Voir situation sur carte : Haute-Vienne)
Centre de la mémoired'Oradour-sur-Glane

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Centre de la mémoired'Oradour-sur-Glane

Le Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane s’est fixé comme but de rappeler aux visiteurs les crimes commis par la deuxième division blindée de la Waffen-SS « Das Reich » à Oradour-sur-Glane, d'informer et d’être un mémorial pour les générations à venir. Il est situé à proximité du village martyr, sous la forme d'un musée-mémorial.

Origine[modifier | modifier le code]

Sur l'initiative de Jean-Claude Peyronnet, président du conseil général de la Haute-Vienne et avec l’accord de l'Association nationale des familles martyres, le projet est présenté en 1989 au président de la République François Mitterrand.

En 1992, la gestion du projet est fixée lors d’un avis de concours international et reçoit le soutien du ministère de la Culture, du secrétariat aux anciens combattants et victimes de guerre, ainsi que de la région Limousin et de la CEE.

En 1994, un directeur chargé des recherches historiques, de la coordination du projet est engagé. En même temps, il est décidé de transférer la responsabilité pour l'architecture et la construction à Yves Devraine et son équipe.

Activités[modifier | modifier le code]

Le 16 juillet 1999, le Centre de la mémoire est inauguré par Jacques Chirac et la ministre de la Culture, Catherine Trautmann. En 2002, le Centre accueille déjà 300 000 visiteurs qui peuvent regarder l’exposition permanente consacrée au contexte historique (prémisses puis déroulement et bilan de la guerre) et au massacre, ainsi que des expositions temporaires.

Le Centre de la mémoire a notamment présenté une exposition sur les jeunesses hitlériennes, la guerre d'Espagne, Anne Frank et en 2009, les attentats du 11 septembre 2001.

L’architecture[modifier | modifier le code]

D’après le concept d’Yves Devraine, le Centre de la Mémoire est censé former une symbiose avec le paysage et être ainsi une sorte de « non-architecture. » Cette dite « non-architecture » est composé d'un toit/terrasse dans le prolongement du niveau du sol, à partir duquel on peut jeter un regard sur la vallée de la Glane, les ruines et le nouveau village ; de surcroît, elle est soulignée par une déchirure centrale qui traverse le bâtiment et qui est suggérée par des lames en acier rouillées. Cette déchirure est censée symboliser la destruction par sa forme, démontrer le temps qui passe par son matériel et offrir ainsi le caractère du vieilli.

La structure générale de ce musée a été descendu en grande partie dans le sol, pour ne pas détourner le regard des ruines ou, pire, les couvrir. Dans le hall d'entrée circulaire, le visiteur est confronté avec deux photographies extrêmement symboliques : d'une part Hitler en train de tenir un discours aux masses lors du congrès du parti du Reich à Nuremberg, de l'autre, la phrase « Souviens-toi » qui se trouve aussi à l'entrée des ruines d’Oradour.(voir la photo)

Centre de la mémoire vue d'ensemble

Muséographie[modifier | modifier le code]

L'exposition permanente est également tenue dans ce style de contradictions. Ainsi, à l'aide des couleurs noires et rouges, le nazisme et le parcours de la division « das Reich » sont décrits. Par contre, la description de la vie quotidienne à Oradour avant le massacre est représentée à l'aide de couleurs et de matériaux doux et lumineux.

En bas, se trouve le centre de documentation qui permet de recevoir des groupes d'élèves ainsi que des enseignants ou pédagogues dans des conditions optimales grâce à ses salles modifiables. Au début, cette vaste documentation contenant des archives, des photographies, des films, des publications et des revues français et étrangers avait été destinée à soutenir les recherches historiques pendant la préparation de l'exposition permanente.

La sobriété fournie par l'aspect extérieur permet à chacun de suivre ses propres réflexions, la superficie de la surface vitrée qui reflète le paysage invite le visiteur à un voyage du passé à l'avenir qui se trouve de l'autre côté du miroir.

Le Service autrichien de la Mémoire soutient le Centre de la Mémoire d'Oradour, en y envoyant des volontaires.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Penaud, Oradour-sur-Glane - Un jour de juin 1944 en Enfer, Geste éditions, 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]