Centre de consultation médicale maritime

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le système français d'aide médicale en mer a été conçu pour tenter d'apporter aux gens de mer une possibilité de soins médicaux se rapprochant le plus possible, malgré leur particularité d'isolement, du standard existant à terre. Le Centre de consultation médicale maritime (CCMM) est intégré au SAMU 31 du fait de la proximité de l'hôpital Purpan de Toulouse avec l'ancienne station radio maritime de Saint Lys. L'hôpital était consulté par le passé à chaque fois qu'un navire en faisait la demande. Il s'est créé un savoir-faire local.

Particularisme[modifier | modifier le code]

La mer peut être considérée comme un milieu hostile, l'isolement, l'absence sauf exceptions (paquebot ou navire de guerre) de personnel médical ou paramédical entraîne des délais dans les réactions et les soins à apporter au blessé ou au malade. On constate que la population des gens de mer (au sens large du terme : marin de commerce, marin pêcheur, marin plaisancier ou de course au large) revendique le taux d'accident et de mortalité le plus grand.

Télécommunications maritimes[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, les progrès techniques dans les communications permettent des contacts très rapides entre le navire et la terre. L'isolement est rompu, que le navire se trouve près des côtes ou au milieu de l'océan Atlantique. Un système a été mis en place: Le système mondial de détresse et de sécurité en mer. Dans tous les cas il est possible de joindre le CROSS et d'obtenir par la suite une conversation à trois incluant le médecin urgentiste du CCMM.

Moyens d'appel:

VHF[modifier | modifier le code]

MF et HF[modifier | modifier le code]

GSM[modifier | modifier le code]

  • Joindre le CROSS: 112
  • Joindre le CCMM: +33 (0)5 61 39 33 33

Important: il n'y a pas de consultation médicale par GSM, secret médical non respecté, de même que par courriel.

Inmarsat[modifier | modifier le code]

  • Code d'accès rapide : 32 = avis médical ou 38 = consultation d'urgence

Toute consultation en Europe est gratuite.

L'inmarsat standard C ne permet que le transfert d'information de type telex.

Procédure d'appel définie[modifier | modifier le code]


Zones SMDSM 1999 Fréquence d'appel
en ASN
Fréquence de détresse et d'appel en radiotéléphonie
Zone A1. canal 70 (156,525 MHz) puis appel sur le Canal 16 (156,8 MHz) en FM.
Zone A2. 2187,5 kHz puis appel sur 2 182 kHz en USB
Zone A3. 1645,5 à 1646,5 MHz puis message Inmarsat B ou C.
Zone A4 et

Zone A3 sans le
service Inmarsat

4207,5 kHz puis appel sur 4125 kHz en USB Supplémentaire à 8 414,5 kHz
6312 kHz puis appel sur 6215 kHz en USB Supplémentaire à 8 414,5 kHz
8414,5 kHz puis appel sur 8291 kHz en USB
12557 kHz puis appel sur 12290 kHz en USB Supplémentaire à 8 414,5 kHz
16804,5 kHz puis appel sur 16420 kHz en USB Supplémentaire à 8 414,5 kHz

Soins à bord[modifier | modifier le code]

Le lien étant fait entre le navire et la terre, il est nécessaire d'entreprendre des soins. Le capitaine bien que n'étant pas médecin (il ne peut ni prescrire certains médicaments ni bien évidemment diagnostiquer) est malgré tout responsable des soins ce, sous les conseils éclairés du médecin urgentiste.
Pour le faire, les navires disposent d'une dotation médicale (liste de médicaments et matériels de soins ou composition de la trousse de secours pour la plaisance)[1],[2], et les officiers ont reçu un enseignement théorique et pratique à caractère médical [3].
Le médecin urgentiste apporte donc une aide au diagnostic, à la prescription thérapeutique ainsi qu'à la prise de décision d'un éventuel détournement du navire vers un port et/ou d'une évacuation médicale par de moyens SAR.

Typologie des situations[modifier | modifier le code]

  • Type 1 : Soins à bord sans déroutement et suivi du patient par consultations itératives[4] (MEDICO)
  • Type 2 : Soins à bord et déroutement du navire[4] pour débarquement du patient
  • Type 3 : Urgence nécessitant une évacuation sanitaire non médicalisée (EVASAN)[4]
  • Type 4 : Urgence nécessitant une intervention médicalisée à bord (EVAMED)[4] suivie ou non d’une évacuation du patient
  • Type 5 : Urgence en relation avec un accident survenu en plongée
  • Type 6 : Situation impliquant un nombre potentiellement élevé de victimes appelant la mise en œuvre du dispositif ORSEC.

Consultation télémédicale[modifier | modifier le code]

Le CCMM répond 24H/24 aux demandes urgentes d'assistance médicale et assure en outre aux heures ouvrables françaises une activité de télé-consultation comparable à l'activité d'un cabinet de médecine générale.

La télé-consultation médicale peut aujourd'hui s'appuyer sur la transmission d'images numériques ou d'électrocardiogrammes, rendant les diagnostics à distance plus aisés. On peut attendre d'un avenir proche une possibilité d'utilisation de flux vidéo (webcam).

Le médecin du CCMM, situé au cœur d'un CHU, peut faire appel à ses collègues spécialistes pour résoudre les cas plus complexes ou plus rares.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]Division 217
  2. [PDF]Division 240 pour la plaisance voir article 240-3-17
  3. Arrêté du 29 juin 2011 relatif à la formation médicale des personnels embarqués à bord des navires armés avec un rôle d’équipage
  4. a, b, c et d Dominique Savary, Guide pratique du secours en milieu périlleux, Issy-les-Moulineaux, ESTEM,‎ 2006, 423 p. (OCLC 182912147, lire en ligne), p. 34

Liens externes[modifier | modifier le code]