Centre d'histoire de Montréal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 30′ 04″ N 73° 33′ 20″ O / 45.50111, -73.5556

Le Centre d'histoire de Montréal est situé dans une ancienne caserne d'incendie à la place d'Youville dans le Vieux-Montréal.

Le Centre d'histoire de Montréal, situé au 335 place d'Youville dans le Vieux-Montréal, est un lieu consacré à l'histoire de la ville. Il a été créé en 1983, afin de permettre à la ville d'interpréter son patrimoine et son histoire.


De la caserne au Centre d'histoire[modifier | modifier le code]

Sculpture originale de l'amiral Nelson qui était au sommet de la colonne Nelson de la place Jacques-Cartier.

Le Centre est installé dans une ancienne caserne centrale d'incendie, construite sur la place D'Youville en 1903. Ses architectes, Joseph Perrault et Simon Lesage, se sont inspirés de plusieurs styles architecturaux pour lui donner son caractère unique et un profil flamand peu commun dans l'architecture montréalaise de l'époque[1]. Son architecture comprend de la pierre de taille couleur chamois, de la brique rouge, un toit mansardé avec lucarne, ainsi qu'une tour carrée couronnée d'un toit à quatre versants.

Les pompiers s'y installent en 1904 avec chevaux et pompes à vapeur. En 1908, la caserne se transforme en simple poste de quartier, et les chevaux sont remplacés par des véhicules à moteur en 1931. La caserne est désaffectée en 1972.

Dans les années 1970, La Ville de Montréal et le Ministère des affaires culturelles du Québec signent une entente sur le développement culturel pour la réhabilitation du quartier historique. Celle-ci possède plusieurs volets : fouilles archéologiques, revitalisation de l'ouest du quartier après l'abandon des zones industrielles[2]... L'installation du Centre d'histoire de Montréal en 1983 dans le bâtiment pour assurer une fonction muséale[3] s'inscrit dans ce contexte. D'abord administré par la Société d'archéologie et de numismatique de Montréal, le musée est rattaché en 1987 au réseau des maisons de la culture de Montréal de la Ville de Montréal[4].

Son exposition permanente a profité d'un renouvellement complété en 2001, année du tricentenaire de la Grande paix de Montréal.

Le Centre d'histoire de Montréal a pour but de faire découvrir les multiples identités de Montréal. Sur trois étages, dont deux d'expositions temporaires, il présente l'historique de la métropole.

Musée et centre d'animation et de diffusion en histoire et en patrimoine, le Centre d'histoire déploie aussi ses expositions, visites guidées, services et multiples activités dans les quartiers avec la collaboration d'associations, de lieux de diffusions municipaux, d'institutions et de citoyens[5].

Mémoire des Montréalais[modifier | modifier le code]

Depuis 2001, le Centre d'histoire de Montréal a la volonté d'élargir son propos et d'évoquer non plus seulement l'histoire de la ville mais les histoires des Montréalais. Il s'inscrit dans le courant de la muséologie sociale et citoyenne[6].

Ainsi en 2003 le projet « Encontros »[7] associe le Centre d'histoire et le carrefour des jeunes lusophones du Québec à l'occasion du 50e anniversaire de l'arrivée de la communauté portugaise à Montréal. Plus qu'une simple exposition, ce projet a permis la réalisation d'une recherche approfondie ainsi qu'une collecte et une mise en valeur du patrimoine des Québécois d'origine portugaise.

En 2004, le Centre d'histoire est à l'origine de la création du Musée de la personne Montréal, un musée virtuel qui est spécifiquement dédié à la collecte des histoires de vies[8]. Le musée de la personne réalise des activités éducatives comme le projet Vous faites partie de l'histoire ! qui s'adresse aux élèves en classe de francisation, nouvellement arrivés à Montréal. Cette activité a reçu un prix d'Excellence dans la catégorie Éducation de l'Association des musées canadiens en 2011[9].

En 2011, le Centre d'histoire de Montréal décide de fermer cet OBNL, d'intégrer l'équipe du Musée de la personne et de faire du Patrimoine immatériel[10] et de l'histoire orale un des axes de développement du musée.

La mission redéfinie du musée stipule donc que : « Le Centre d'histoire de Montréal est l’organisme public municipal qui contribue à connaître, reconnaître et faire connaître l'histoire et le patrimoine collectif des Montréalais en donnant une voix aux citoyens pour l’enrichir, la faire vivre et évoluer. » Pour collecter ces histoires de vie, le musée organise des cliniques et des cartographies de mémoire[11].

Expositions et Collection[modifier | modifier le code]

Au rez-de-chaussée, l'exposition permanente Montréal en cinq temps fait revivre le passé de la ville par une approche multimédia honorant les événements, les lieux et les Montréalais et Montréalaises qui ont fait l'histoire. C'est ainsi qu'on peut y voir des reproductions de cartes anciennes et de nombreuses photographies, mais également une collection variée d'objets uniques. De plus, le visiteur a l'opportunité de visionner des extraits de films et d'entendre des chansons et des narrations.

Les deux autres étages du CHM sont consacrés à des expositions temporaires dont le contenu change régulièrement. Ces expositions deviennent parfois itinérantes[12]. Le Centre d'histoire réalise aussi des expositions virtuelles à partir d'anciennes expositions, de ses activités éducatives[13] ou de son travail de collecte de mémoire[14].

La collection du Centre d'histoire de Montréal est constituée de plus de 4000 artefacts, datés principalement du XXe siècle. Elle comprend entre autres des objets provenant de l'Expo 67 et du fonds du 350e anniversaire de Montréal. Ces collections sont disponibles sur le site d'Artefacts Canada.

Activités éducatives[modifier | modifier le code]

Le musée vu de nuit.

Le CHM organise des activités les écoliers des premier, deuxième et troisième cycles du primaire. Il existe également des visites du centre pour des étudiants du niveau secondaire, collégial ou universitaire.

La visite « Passé Composé », destiné aux adultes apprenant le français, introduit à l'histoire de Montréal[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pour plus de précisions sur l'architecture du bâtiment et ses spécificités, le site du Vieux-Montréalpropose une analyse complète.
  2. LAUZON, Gilles, dir. et Madeleine Forget, dir. L'histoire du Vieux-Montréal à travers son patrimoine. Montréal; Québec, Publications du Québec; Société de développement de Montréal; Ville de Montréal; Min. de la Culture et des Comm. du Québec, 2004
  3. Centre d'histoire de Montréal, Guide de visite, 2004
  4. Ville de Montréal, Centre d'histoire de Montréal - Vocation et champs d'intervention, Montréal, septembre 1993
  5. Ainsi en 2011, le Centre d'histoire coordonne le projet Raconte-moi ton parc extension pour souligner le centième anniversaire de l'arrondissement montréalais. Ce projet propose la réalisation d'une exposition dans la mairie de l'arrondissement à partir de témoignages recueillis auprès des citoyens. Le musée soutient aussi la réalisation d'expositions dans le réseau Accès culture en parallèle de son exposition temporaire Quartiers Disparusen 2011 et 2012.
  6. Pour plus d'informations sur la muséologie dite sociale, citoyenne, communautaire ou altermuséologie, vous pouvez vous référer aux travaux de Pierre Mayrand et du MINOM, un des comités internationaux de l'ICOM
  7. Encontros a été primé par le prix Jean Collard 2004 de la Société du patrimoine d'expression du Québec
  8. L'idée originale du Musée de la personne naît en 1991 à Sao Paulo, Brésil. Sa mission est de garantir à tous et chacun d'avoir son histoire de vie préservé.
  9. http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=2497,3629789&_dad=portal&_schema=PORTAL
  10. Martin Drouin et Marie-Blanche Fourcade, « Pardon ? Vous avez bien dit : Patrimoine immatériel montréalais ? », Téoros [En ligne], 26-2 | 2007, mis en ligne le 1er février 2011, Consulté le 27 avril 2011
  11. Pour comprendre ces démarches de recherche en sciences sociales, consulter le blog de Jean-françois Leclerc, chercheur et muséologue.
  12. Le musée met ses expositions à disponibilité des membres du réseau montréalais des maisons de la culture, des bibliothèques et de lieux d'expositions. L'exposition Le Thé, une boisson qui étanche toutes les soifs circule depuis 1996 dans différentes bibliothèques municipales.
  13. Le site Internet Jeannot et la roulotteest issu de l'exposition de 2006 du Centre d'histoire et d'un programme éducatif sur La Roulotte
  14. L'exposition virtuelle Les habitations Jeanne-Mance, 50 ans d'histoires, mis en ligne en 2009, présente les témoignages recueillis lors d'une collecte de mémoire du musée.
  15. « Centre d'histoire de Montréal », sur museevirtuel.ca (consulté le 27 avril 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :