Centre d'entraînement commando

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Centre d'entraînement commando (CEC) de Givet, dans les Ardennes françaises, était un centre d'instruction et d'entraînement commando de l'armée de terre.

Premier CEC créé en France en 1961 par la 61e Compagnie du génie aéroporté (61e CGAP) de la 11e Division légère d'Intervention (11e DLI), division parachutiste, il constitua le prototype des 10 centres d'entraînement commando qui furent mis par la suite en activité en France métropolitaine et en Allemagne.

Sa devise : "Croire et vaincre".

Il dépendait du Commandement de la formation de l'armée de terre (COFAT).

Le CEC de Givet a été dissous en 2009.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avec le retour en 1961 des troupes françaises d'Algérie, les méthodes d'instruction des troupes de choc sont reconnues pour leur efficacité en matière d'aguerrissement. Ainsi, conçu et réalisé en 1961, mis en fonction en 1962, le CEC de Givet est le premier centre d'entraînement commando créé en France.

  • Le CEC de Givet est installé dans le Fort de Charlemont, par et pour, la 11e Division légère d’intervention (11e DLI), division parachutiste créée en 1961 à partir des unités des 10e et 25e Divisions parachutistes (DP) d'Algérie.

En conséquence, la réalisation du CEC est confiée au 1er Commando parachutiste et aux Sapeurs parachutistes de la 61e Compagnie du génie aéroporté (61e CGAP) de retour d'Algérie.

Cette compagnie est issue du 17e Bataillon du génie aéroporté (17e BGAP). La Section de base de la 61e CGAP devient en octobre 1961 "Centre d'entraînement commando de la 11e Division légère d'intervention" comprenant une escouade de manœuvre et d'entretien et le groupe des instructeurs commando. En 1963, la 61e CGAP rejoint le 17e Régiment du génie aéroporté (17e RGAP) à Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne). Pour sa part, le Centre commando subsiste à Givet.

  • Ainsi de 1964 à 1982 le CEC de Givet prend l'appellation "Centre d'entraînement commando n° 2" (CEC n° 2) et reçoit désormais en stage des unités élémentaires de toutes armes de l'armée de terre.
  • En 1982 le 9e Régiment de zouaves (9e RZ) est réactivé au CEC de Givet. Ainsi de mars 1982 au 3 mars 2006, le CEC assure les traditions des unités zouaves. Après dissolution du 9e RZ, le drapeau du régiment quitte le CEC le 29 septembre 2006 pour rejoindre l’École d’Application d’Infanterie (EAI) de Montpellier dans le département de l'Hérault.

Ainsi, le CEC de Givet sera appelé successivement :

  • "Centre d'entraînement commando de la 11e DLI" (1961),
  • "Centre d'entraînement commando n° 2" (1964),
  • "Centre d'entraînement commando-9e Régiment de zouaves" (1982),
  • "Centre d'entraînement commando" (2006 à 2009).

Dans le cadre d'une nouvelle restructuration de la défense, le CEC de Givet est dissous le 1er août 2009.

Missions[modifier | modifier le code]

D’une capacité d'environ 550 stagiaires, le CEC de Givet avait pour but :

  • d'instruire et d'endurcir les individus et renforcer la cohésion des unités ;
  • de faire acquérir ou de perfectionner les savoir-faire et techniques des unités ;
  • de développer l’esprit de décision et la capacité d'adaptation des chefs face à des situations inhabituelles.

Ceci à travers :

  • des stages d'aguerrissement commando d’une durée de trois semaines et demi comprenant apprentissages et restitutions, mettant en avant les qualités physiques et psychologiques des stagiaires ;
  • des stages adaptés de une à deux semaines, axés sur un thème particulier tel que le franchissement opérationnel ou le combat en zone urbaine.

Les parcours du CEC, nommés PAR, comportaient des parcours d'aguerrissement, d’escalade, d’évasion, de combat urbain...

Il existait 5 "pistes du risque" homologuées : noire, rouge, bleue, jaune et verte.

Diverses spécialités étaient enseignées : mines, pièges, explosifs, survie, navigation, secourisme....

Chaque année dix stages étaient organisés, chacun d'eux mobilisant trois unités élémentaires de toutes armes.

L'instruction était effectuée par tout temps, de jour comme de nuit.

Organisation[modifier | modifier le code]

  • La "division instruction" était le cœur du CEC de Givet.

Elle comprenait 50 personnels, dont 30 instructeurs commando, qui pouvaient former jusqu'à 5 commandos à l'instruction, de la valeur d'une compagnie chacun. Elle regroupait les sections : "piste-TIOR" (techniques d'interventions opérationnelles rapprochées), "franchissement vertical", "combat" (LOC et forêt), "explosif" et "franchissement humide".

  • La "division soutien" était la compagnie administrative et de soutien du CEC.

Voir aussi[modifier | modifier le code]