Centre d'Interprétation de la Côte-de-Beaupré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centre d'Interprétation de la Côte-de-Beaupré
Centre d'Interprétation de la Côte-de-Beaupré
Centre d'Interprétation de la Côte-de-Beaupré
Informations géographiques
Pays Drapeau du Canada Canada
Ville Château-Richer
Adresse 7976 avenue Royale
Château-Richer
Coordonnées 46° 58′ 08″ N 71° 01′ 07″ O / 46.969001, -71.018485 ()46° 58′ 08″ Nord 71° 01′ 07″ Ouest / 46.969001, -71.018485 ()  
Informations générales
Date d’inauguration 1984
Protection Monument historique cité (2008)
Informations visiteurs
Site web http://www.histoire-cotedebeaupre.org/

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Centre d'Interprétation de la Côte-de-Beaupré

Le Centre d’Interprétation de la Côte-de-Beaupré (CICB), situé à Château-Richer sur l’avenue Royale, est reconnu comme lieu de diffusion du patrimoine par la M.R.C de La Côte-de-Beaupré depuis 1996. Il fait également partie du regroupement de la Route de la Nouvelle-France, une des plus vieilles routes du Québec.

Mission[modifier | modifier le code]

Le Centre d’Interprétation de la Côte-de-Beaupré a pour mission de faire connaître l’histoire et le patrimoine régional de la Côte-de-Beaupré par l’entremise d’expositions et d’activités éducatives et culturelles.

Historique[modifier | modifier le code]

Créé en 1984 à l’instigation de la MRC, le Centre d’Interprétation de la Côte-de-Beaupré est un organisme à but non lucratif, reconnu et soutenu par le Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec. D’abord établi au Moulin à eau du Petit-Pré de Château-Richer, le CICB acquiert, en 2000, le vieux couvent de Château-Richer et s’y installe après une restauration, quadruplant ainsi sa superficie d’accueil et d’exposition.

Le Centre d’Interprétation de la Côte-de-Beaupré offre aux visiteurs l’opportunité de découvrir les aspects géographique, historique, socio-économique, culturel et patrimonial de la région de la Côte-de-Beaupré.

Expositions[modifier | modifier le code]

Le Centre d'Interprétation de la Côte-de-Beaupré offre plusieurs expositions permanentes à ses visiteurs qui leur permettent de bien comprendre l'histoire de la Côte-de-Beaupré et du Couvent de Château-Richer.

  • Regard, la côte des beaux prés dans tous ses éclats trace un portrait thématique de la région, de sa découverte à nos jours.
  • Le Site historique et archéologique des Vieux Couvents de Château-Richer retrace l'emplacement des trois couvents de Château-Richer grâce à des fosses archéologiques accessibles en tout temps.
  • La classe d'antan est une reconstitution d'une classe du début du XXe siècle où tous les visiteurs peuvent apprendre comment se déroulait l'école à cette époque.

Le CICB offre également des expositions temporaires.

Histoire des couvents de Château-Richer[modifier | modifier le code]

Premier couvent de Château-Richer[modifier | modifier le code]

Avant la construction du premier couvent, il y avait, sur le site, un moulin à vent qui a été construit en 1655. Des fouilles archéologiques ont permis, en 1998, de retrouver les vestige du moulin.

En 1694, Monseigneur François Montmorency de Laval, seigneur de la Côte-de-Beaupré, ayant à cœur l’éducation des jeunes filles, ordonne la construction du premier couvent de Château-Richer. Les religieuses de la Congrégation de Notre-Dame, dont la supérieure était Marguerite Bourgeoys, prennent en charge les cours dispensés. Trois religieuses, une mère supérieure et deux sœurs enseignantes, enseignent aux jeunes filles à lire, à écrire, à compter, l’histoire, la géographie, le catéchisme ainsi que la bienséance. L’instruction des jeunes garçons se donnait depuis 1674 à l’intérieur des murs du manoir seigneurial, toujours sous la recommandation de Monseigneur de Laval. En 1759, Québec et la Côte-de-Beaupré sont assiégées par l’armée britannique qui cherche à prendre possession de la Nouvelle-France. Le général James Wolfe commande à ses troupes la réquisition des ressources de la Côte-de-Beaupré et de brûler tout le reste, dont le couvent de Château-Richer.

Deuxième couvent de Château-Richer[modifier | modifier le code]

Deuxième couvent de Château-Richer, 1830

En 1829, on entreprend la construction du deuxième couvent de Château-Richer sur les mêmes fondations du premier couvent incendié. Dès 1830, se succèderont à l’instruction des jeunes filles une institution laïque (1830-1870), la Congrégation des Sœurs du Bon-Pasteur (1870-1890), une autre institution laïque (1890-1903) et finalement la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours. Malgré de nombreuses réparations effectuées, le bâtiment se détériore rapidement à cause des infiltrations d’eau et du mauvais drainage. Comme les maladies chez les couventines et les religieuses à cause de l’insalubrité deviennent de plus en plus fréquentes, on démolit le deuxième couvent de Château-Richer en 1906.

Troisième couvent de Château-Richer[modifier | modifier le code]

Troisième couvent de Château-Richer

Dès 1907, la construction du troisième couvent est amorcée, en vue d’accueillir les deux écoles du village, modèle et élémentaire. Il contient donc six classes, trois pour garçon, trois pour filles, une chapelle, un théâtre, une cuisine, un dortoir pour les pensionnaires et la résidence des Sœurs. Sa mission éducative perdure jusqu'en 1972. Le baby-boom d’après-guerre fait pratiquement doubler le nombre d’élèves et le couvent ne peut tous les accueillir, les lieux étant trop petits. L’établissement ferme ses portes à l’éducation, suite à la construction d’une nouvelle école primaire et d’une polyvalente, pour devenir un centre communautaire et, en 2002, accueille le Centre d’Interprétation de la Côte-de-Beaupré.

Liens externes[modifier | modifier le code]