Centre d'analyse, de prévision et de stratégie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Centre d’analyse, de prévision et de stratégie (CAPS, anciennement connu sous le nom de Direction de la prospective ou DP) est un groupe de réflexion du ministère des Affaires étrangères français, chargé de mener des missions d'analyse de l’environnement international, de faire des recommandations stratégiques et d'assurer une présence française dans les cercles de réflexion et de débat européens et internationaux. Il est l'équivalent du Policy Planning Staff du Département d'Etat des États-Unis. Son directeur actuel est l'historien Justin Vaïsse, nommé au poste par le ministre Laurent Fabius en mars 2013 [1].

Statut[modifier | modifier le code]

Le CAPS est chargé de trois fonctions principales:

-L'analyse des évolutions de la situation internationale et des problèmes qui pèsent sur elle dans les moyen et long termes, notamment les questions économiques, religieuses et démographiques. Cette analyse doit être conduite avec une approche combinant diverses sciences sociales (économie, stratégie militaire, géographie, science politique, histoire) et prospective.

-La recommandation au Ministre des actions qu'il juge nécessaire de prendre en gardant à l'esprit le développement sur plusieurs années de la situation internationale.

-Le maintien d'une certaine fluidité entre les milieux administratif et universitaire. Ses chargés de mission travaillent en lien étroit avec l'IFRI, l'IRIS, le CERI de Sciences Po et d'autres institutions françaises et européennes, mènent pour les administrateurs une recherche pertinente avec les objectifs de l'action publique et s'assurent de la bonne représentation des institutions françaises à l'étranger.

En dépit de sa petite taille, le CAPS a acquis depuis sa création une certaine réputation et est considéré comme étant une pépinière de jeunes intellectuels et diplomates. Son programme PIPA (Programme d'invitation des personnalités d'avenir), qui reçoit chaque année une centaine de jeunes dirigeants et universitaires d'une quarantaine de pays, cherche à présenter aux personnalités sélectionnées une image fidèle de la France contemporaine et à établir avec eux des liens durables [2].

Indépendance[modifier | modifier le code]

Le CAPS trouve son originalité dans la diversité de son équipe, composée de diplomates de carrière, d'universitaires mais aussi d'agents d'autres ministères, venus le plus souvent de Bercy ou du Ministère de la Défense. Sa spécificité réside aussi dans sa façon de traiter des problèmes: il utilise pour analyser les situations des données émanant non seulement des circuits diplomatiques conventionnels mais aussi des universités, think tanks ou services spécialisés en France et ailleurs. Il dispose aussi des ressources nécessaires pour demander des analyses expertes de sources externes à l'administration.

Ceci en fait une source d'analyses indépendantes et parfois mêmes critiques vis-à-vis des politiques de l'administration. Sa mission est ainsi de proposer des alternatives et des nouvelles idées au gouvernement en place. Le CAPS dispose également d'une certaine liberté d'expression en dehors de l'administration, et il n'est pas rare que ses agents publient ou prennent part à des conférences et colloques.

Historique[modifier | modifier le code]

Mis en place le 18 mai 1974, le Centre d'analyse et de prévision (CAP) est issu de la volonté du ministre des Affaires étrangères Michel Jobert de mettre en place un organe au sein de l'administration dont la compétence expresse soit la réflexion critique quant aux engagements de la France dans la politique internationale sur le long terme. Le décret qui l'établit fait état de sa mission comme étant de "contribuer à la préparation des décisions en matière de politique étrangère" en "procédant à l’analyse de problèmes internationaux d’actualité" et en "conduisant des études prévisionnelles sur l’évolution à moyen et long termes des relations internationales".

Directeurs[modifier | modifier le code]

Onze responsables, issus des milieux diplomatiques ou universitaires, ont dirigé le Centre depuis sa création :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. [2]
  3. Interview de Justin Vaïsse, directeur du CAPS