Centre culturel international de Cerisy-la-Salle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Cerisy-la-Salle
Image illustrative de l'article Centre culturel international de Cerisy-la-Salle
Présentation
Propriétaire société privée
Protection Logo monument historique Classé MH (1995)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Commune Cerisy-la-Salle
Localisation
Coordonnées 49° 01′ 19″ N 1° 17′ 19″ O / 49.022077, -1.288506 ()49° 01′ 19″ Nord 1° 17′ 19″ Ouest / 49.022077, -1.288506 ()  

Géolocalisation sur la carte : Manche

(Voir situation sur carte : Manche)
Château de Cerisy-la-Salle

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Cerisy-la-Salle

Le Centre culturel international de Cerisy-la-Salle (CCIC), qui siège dans un château situé dans la commune française de Cerisy-la-Salle (Manche), est, depuis 1952, un lieu de rencontres intellectuelles où se déroulent les « Colloques de Cerisy », qui font suite aux Décades de Pontigny de l'entre-deux-guerres. Chaque année, de juin à septembre, ils réunissent des artistes, chercheurs, enseignants, étudiants, acteurs économiques et sociaux, ainsi qu’un vaste public intéressé par les échanges culturels et scientifiques, au sein duquel figure une forte proportion d’étrangers attirés par la culture française.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château[modifier | modifier le code]

Construit entre 1613 et 1625, après l’édit de Nantes, par une famille de la noblesse protestante, les Richier, le château, entre place forte et demeure de plaisance, adopte le plan bastionné des manoirs de la fin du XVIe siècle. Le corps de logis est flanqué de quatre pavillons d’angle, trois côtés étant protégés par des douves sèches. L’alignement de la façade nord et les ponts datent de 1756. D’un style grave et noble, les éléments décoratifs se limitent aux lucarnes des pavillons, aux bandeaux horizontaux et à la polychromie des matériaux (grès rouge et granit).

À l’intérieur, on note l’escalier monumental, les cheminées en granit, l’ancienne salle basse avec son plafond peint Louis XIII, ainsi que le salon de boiserie, le grand salon, l’ancienne cuisine, les combles.

La ferme, contemporaine du château, avec quelques éléments antérieurs, adopte un plan en L, tandis que d’autres bâtiments (les écuries, l’orangerie, les serres) sont postérieurs.

À l’ouest et au nord, les ruines du manoir précédent, avec une échauguette, ainsi que le platane bicentenaire dominent un étang remplaçant d’anciens viviers et ayant servi de déversoir au moulin.

À la Révolution, le dernier des Richier a émigré et le château a été déclaré bien national. Acheté en 1819 par Joseph Savary, né à Notre-Dame-de-Cenilly et ancêtre des propriétaires actuels, il accueille depuis 1952 le Centre culturel international.

Le site est classé Monument historique « en raison de la qualité architecturale et de la grande cohérence de l’ensemble, en tant que haut lieu de la culture et de l’histoire, y compris celle de la pensée moderne ».

L'association[modifier | modifier le code]

  • De 1910 à 1939 (début de la guerre), Paul Desjardins organise à l’abbaye de Pontigny, en Bourgogne, les Décades, qui ont réuni les plus éminentes personnalités de l’époque pour débattre de thèmes artistiques, littéraires, philosophiques, politiques et sociaux.
  • En 1952, Anne Heurgon-Desjardins, sa fille, crée le Centre culturel de Cerisy, remet le château et les bâtiments annexes en état et, grâce au soutien des Amis de Pontigny-Cerisy, poursuit l’oeuvre de son père en lui donnant une impulsion nouvelle.
  • De 1977 à 2006, ses petites-filles, Édith Heurgon et Catherine Peyrou, reprennent le flambeau et donnent une nouvelle ampleur aux activités du Centre. Les sujets des colloques se diversifient, les installations et l’organisation se modernisent.
  • Aujourd’hui, après la disparition de Catherine Peyrou, Cerisy continue avec Édith Heurgon, avec l'aide de Jacques Peyrou et de ses enfants, groupés dans la Société civile du château de Cerisy, de Jean Ricardou (pour la programmation et l’édition) ainsi que d’une équipe animée par Philippe Kister.

Les acteurs[modifier | modifier le code]

La Société Civile du château de Cerisy est propriétaire des lieux et les met à la disposition de l'Association des Amis de Pontigny-Cerisy, reconnue d'utilité publique en 1972. Un conseil d'administration présidé par Jean-Baptiste de Foucauld chapeaute l'association et est assisté par un comité de soutien qui est composé de plusieurs personnalités œuvrant dans diverses disciplines du monde scientifique et artistique.

Une Commission de coordination régionale permet d'inscrire dans la durée la coopération entre les divers partenaires culturels et scientifiques de la région bas-normande, aussi bien pour l'organisation de rencontres touchant la Normandie que pour l’ensemble des activités du Centre.

Les principaux colloques[modifier | modifier le code]

Depuis sa création, le Centre culturel international de Cerisy a organisé plus de 500 colloques [réf. nécessaire]. Parmi les plus notoires, on peut mentionner, en toute diversité :

  • Genèse et Structure (1959),
  • Les chemins actuels de la critique (1966),
  • L'Enseignement de la Littérature (1969),
  • Nouveau Roman: hier, aujourd'hui (1971),
  • Nietzsche aujourd'hui (1972),
  • L'Auto-organisation (1981),
  • Approches de la cognition (1987),
  • Écrire le livre : autour d'Edmond Jabès (août 1987),
  • La Littérature fantastique (1989),
  • La modernité en question : Habermas et Rorty (1993),
  • Pessoa (1997),
  • La Différence culturelle (1999),
  • Les Calendriers (2000),
  • Pontigny, Cerisy, dans le S.I.E.C.L.E. (2002),
  • Les sens du mouvement (2003),
  • Littérature de jeunesse (2004),
  • La Nuit en questions (2004),
  • Paris-Berlin-Moscou (2004),
  • Intelligence de la complexité (2005),
  • Tocqueville entre l’Europe et les Etats-Unis (2005),
  • L’Anthropologie historique de la raison scientifique (2006),
  • Science-fiction et imaginaires contemporains (2006),
  • Littérature et photographie (2007),
  • L’activité marchande sans le marché ? (2008),
  • Individualisme contemporain et individualités (2008),
  • La sérendipité (2009),
  • Ce que nous savons des animaux (2010),
  • Kafka après son « siècle » (2010),
  • Pontigny, Cerisy : un siècle de rencontres au service de la pensée (2010),
  • L’Empathie (2011),
  • Retour sur la société du risque (2011),
  • Agricultures et alimentations dans un monde globalisé (2011),
  • Swann, le centenaire (2012),
  • Le moment du vivant (2012).

Chaque saison permet également d’accueillir le Séminaire annuel de textique et une régulière Rencontre de prospective.

Les publications[modifier | modifier le code]

La plupart des Colloques de Cerisy font l’objet de publications chez différents éditeurs. Plus de 400 ouvrages ont ainsi paru [réf. nécessaire]. Ces publications peuvent se diviser en trois groupes :

  • Cerisy/Pontigny, qui fait connaître les ouvrages ayant pour thème soit Cerisy lui-même, soit les liens de Cerisy avec Pontigny, avec, en particulier, les actes du colloque organisé à l'occasion du centenaire des décades De Pontigny à Cerisy (1910-2010): des lieux pour "penser avec ensemble", Editions Hermann, 2011.
  • Cerisy Archives, qui rééditent (aux éditions Hermann) des ouvrages anciens, mémorables, devenus introuvables
  • Cerisy/Normandie, qui comprend les actes des colloques portant plus spécifiquement sur la Normandie.

Liens externes[modifier | modifier le code]