Centrales Sir Adam Beck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrales Sir Adam Beck 1 et 2
Image illustrative de l'article Centrales Sir Adam Beck
Les deux centrales. Sir Adam Beck 1 est située au Nord (la plus rapprochée) et Sir Adam Beck 2 est en arrière plan, au Sud.
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Subdivision Ontario
Coordonnées 43° 08′ 51″ N 79° 02′ 41″ O / 43.1475, -79.044743° 08′ 51″ Nord 79° 02′ 41″ Ouest / 43.1475, -79.0447  
Cours d'eau Niagara (rivière)
Objectifs et impacts
Vocation production électrique
Propriétaire Ontario Power Generation
Date de mise en service 1922 et 1954
Barrage
Réservoir
Centrale hydroélectrique
Nombre de turbines 26 (10 à Sir Adam Beck 1 et 16 à Sir Adam Beck 2)
Puissance installée 1 997 MW

Géolocalisation sur la carte : Ontario

(Voir situation sur carte : Ontario)
Centrales Sir Adam Beck 1 et 2

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Centrales Sir Adam Beck 1 et 2

Les centrales Sir Adam Beck 1 et 2 sont deux centrales hydroélectriques situées à Niagara Falls (Ontario), Canada.

Les deux barrages Adam Beck (à gauche), et le barrage américain Robert Moses (à droite), qui partagent l'eau du Niagara.

Le centrale Sir Adam Beck 1 est mise en service en 1922 et développe aujourd'hui 498 MW à l'aide de 10 turbines[1]. Elle porte le nom de centrale Queenston Chippawa jusqu'en 1950 où on la renomme en l'honneur du politicien Adam Beck, 25 ans après sa mort.

La centrale Sir Adam Beck 2 est mise en service en 1954 directement au sud de la première centrale. Avec 16 turbines, elle développe 1 499 MW. Elle a nécessité un accord entre les États-Unis et le Canada pour le détournement des eaux de la rivière Niagara[2] et est la première centrale hydroélectrique à réserve pompée au Canada[3]. Elle est responsable de la panne américaine du 9 novembre 1965.

L'aménagement est désigné lieu historique national du Canada en 1990 étant « le premier véritable méga-aménagement hydroélectrique au monde » et en raison de « la conception des installations de Queenston-Chippawa [qui] a présenté des difficultés uniques et [qui] a nécessité des engins de chantier, des groupes turbo-alternateurs et un canal usinier d'une taille jamais vue auparavant[4] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Niagara Plant Group sur Ontario Power Generation
  2. Michel Veyron, Dictionnaire canadien des noms propres, Louiseville (Québec), Larousse,‎ 1989, 764 p. (ISBN 2-920318-06-3), p. 13
  3. L'Association canadienne de l'hydroélectricité, L'hydroélectricité au Canada - Passé, présent et avenir, Bibliothèque et Archives Canada,‎ 2008, 24 p. (ISBN 978-0-9810346-0-7, lire en ligne)
  4. « Lieu historique national du Canada de l'Aménagement-Hydroélectrique-de-Queenston-Chippawa », sur Lieux patrimoniaux du Canada

Liens externes[modifier | modifier le code]