Centrale nucléaire de Penly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale nucléaire de Penly
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire de Penly
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Commune Saint-Martin-en-Campagne et Penly
Coordonnées 49° 58′ 34″ N 1° 12′ 43″ E / 49.97611, 1.21194 ()49° 58′ 34″ Nord 1° 12′ 43″ Est / 49.97611, 1.21194 ()  
Opérateur Électricité de France
Année de construction 1982 (Penly 1) et 1984 (Penly 2)
Date de mise en service 1990 (Penly 1) et 1992 (Penly 2)
Direction Alban Verbecke
Réacteurs
Fournisseurs Areva NP, Alstom
Type REP
Réacteurs actifs 2 x 1 300 MW
Puissance nominale 2 600 MW
Production d’électricité
Production annuelle d'électricité 19,418 TWh (année 2006)
Production moyenne 17,970 TWh (5 dernières années)
Production totale 272 TWh
Divers
Source froide Manche
Site web EDF : Penly

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Centrale nucléaire de Penly

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Centrale nucléaire de Penly

La centrale nucléaire de Penly est située sur les communes de Saint-Martin-en-Campagne et Penly sur la côte de la Manche, entre Le Tréport (à 20 kilomètres au nord-est) et Dieppe (à 15 km au sud-ouest), et à 70 kilomètres de Rouen, en Seine-Maritime. Le début de la construction date de 1982 et 1984 (selon les tranches 1 et 2) par EDF, qui est autorisée à l'exploiter depuis 1990 et 1992[1].

Caractéristiques du site[modifier | modifier le code]

Le site de la centrale de Penly occupe une superficie de 230 ha dont 70 gagnés sur la mer, au bord de la Manche, où la centrale puise l'eau pour son refroidissement[2]. La centrale a été initialement conçue pour être équipée de 4 réacteurs, bien que deux emplacements soient inutilisés[3].

L'impact du site nucléaire sur le paysage est limité, car les bâtiments sont à peine visibles lorsque l’on s’achemine vers la centrale.[réf. nécessaire]

Géologie[modifier | modifier le code]

La centrale est construite au débouché de la valleuse de Penly[4]. Les bâtiments de la centrale sont construits au pied de falaises en craies d’âge turonien[5]. Selon EDF, la zone a été choisie pour ses caractéristiques géologiques favorables[2].

Caractéristiques des réacteurs[modifier | modifier le code]

Le site est doté de deux réacteurs à eau pressurisée de 1 300 MW chacun, mis en service en 1990 et 1992[6]. Ils sont refroidis par l'eau de la Manche.

Penly emploie environ 670 salariés d'EDF et 170 salariés d'entreprises prestataires.

Les caractéristiques des réacteurs en service sont les suivantes[7].

Nom du réacteur Modèle Capacité [MW] Exploitant Constructeur Début constr. Raccord. au réseau Mise en service comm.
Thermique (MWt) Brute (MWe) Nette (MWe)
Penly-1[8] P'4 REP 1 300 3 817 1 382 1 330   EDF Framatome sept. 1982 mai 1990 déc. 1990
Penly-2[9] P'4 REP 1 300 3 817 1 382 1 330   EDF Framatome août 1984 fév. 1992 nov. 1992

Incidents[modifier | modifier le code]

Clôture de la centrale, franchie par des militants de Greenpeace en décembre 2003, avant de monter sur le bâtiment réacteur et sur des cheminées de la centrale[10]
En bas de cette photo, on aperçoit les bâtiments et les digues du canal d'amenée de la centrale

Le 9 juin 2004, des rejets faiblement radioactifs ont été déversés en mer en raison d'une fuite au niveau d'un des réservoirs de collecte du circuit secondaire des réacteurs[11].

Le 11 octobre 2011, un agent d’une entreprise prestataire a été contaminé au niveau du visage[12].

5 avril 2012 : Incendie et fuite d'eau du circuit primaire au réacteur no 2[modifier | modifier le code]

Le 5 avril 2012, à 12 h 20, un incendie se produit sur le réacteur numéro 2 et conduit à l'arrêt automatique du réacteur[13],[14],[15]. À 13 h 15, soixante pompiers interviennent sur le site avec une dizaine de véhicules d'intervention et maîtrisent l'incendie[16],[17].

Dans l'après-midi, une fuite d’eau se déclare sur le joint de l'une des quatre pompes de refroidissement du circuit primaire de ce même bâtiment réacteur no 2, probablement en lien avec l'incendie[18],[19]. En réduisant la pression d’eau dans le circuit primaire, EDF a réduit la fuite d’autant. Le débit de la fuite est ainsi passé de 2,3 m³/h en début de soirée à 0,1 m³/h plus tard dans la soirée[20].

Vers 4 h 30, la situation était stabilisée[14]. EDF va attendre un refroidissement complet du réacteur avant d'intervenir[21].

Le vendredi 6 avril, l'Autorité de sûreté nucléaire, comme elle le fait toujours à la suite d’événement d’exploitation, a réalisé une inspection sur le site.

Selon Jean-Christophe Niel, directeur général de l'Autorité de sûreté nucléaire, une personne a été légèrement brûlée pendant l'intervention dans le bâtiment réacteur et aucune contamination radioactive n'a été décelée sur les 29 personnes qui sont entrées dans le bâtiment réacteur pour éteindre les départs de feu. Il a également indiqué que l'eau radioactive a été récupérée dans des bacs prévus à cet effet et que l'incident n'a eu aucun impact sur l'environnement[22]. L'Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest, un laboratoire indépendant en matière de contrôle nucléaire, a indiqué avoir effectué trois prélèvements d'air à deux kilomètres de la centrale pour vérifier l'absence de rejets radioactifs[23].

Selon l’ACRO [24], « aussitôt l'incident à la centrale de Penly connu, des préleveurs volontaires de l'ACRO ont effectué 3 prélèvements d'herbe sous les vents dominants de la centrale. Les résultats d'analyse n'ont pas mis en évidence de contamination artificielle à 2 km de la centrale. Nous regrettons que nos préleveurs n'aient pas eu le droit de prélever plus près. »

L'incident a été classé provisoirement au niveau 1 de l'échelle INES par l'Autorité de sûreté nucléaire[25].

Lors de la réunion plénière de la CLIN (commission locale d'information sur le nucléaire Paluel-Penly) du mercredi 18 avril 2012 à Saint Martin en Campagne (près de Penly), Alban Verbecke, le directeur du site, déclare que 1200 litres d'huile ont été répandu au pied de la pompe primaire et que les flammes mesuraient de 15 à 50 centimètres de haut au plus fort du sinistre. Il présente plusieurs images sur lesquelles on peut voir que des chemins de câbles avec des câbles de couleurs verte et bleue ont été touchés par le début d'incendie. Il déclare également que l'arrêt coûte de un million et demi à deux millions d'euros chaque jour.

Lors d'une réunion publique de la CLIN, le 19 décembre 2012 à Dieppe, on apprend que la véritable origine du sinistre est due à une erreur humaine commise le 04 avril à 03h41 du matin par un opérateur d'EDF qui s'est trompé. En croyant arrêter un ventilateur, il a mis en marche une pompe de graissage haute pression qui fonctionnera plus de 30 heures[26]. Un joint mal monté (serrage insuffisant) fuira et l'huile coulera sur les canalisations du circuit primaire avec les conséquences connues le 05 avril, cf rapport de présentation au HCTISN le 21 juin 2012 et disponible en ligne[27]. Le directeur de la centrale confirmera cette information(ref nécessaire).

Funiculaire[modifier | modifier le code]

Le site a la particularité d'abriter le seul funiculaire à usage industriel en France encore en état de fonctionnement. Il permet l'accès rapide aux installations depuis l'entrée du site située en haut de falaise. Son dénivelé est de 100 mètres pour 30,7 % et sa ligne forme une grande courbe avec un croisement au centre.

Il a une longueur de 287 m, a été construit par la société Skirail en 1981 et fut inauguré en 1992. Sa vitesse est de 8 m/s et il transporte 55 personnes en 55 s. Son fonctionnement est entièrement automatisé et il est ouvert 24 h/24. Si le vent dépasse 31 m/s, les cabines sont immobilisées dès leur arrivée en station jusqu'à ce que le vent chute au-dessous de cette valeur pendant plus de 3 minutes. Le départ est géré par un programme aux heures de pointe et par appel aux heures creuses. Les deux cabines roulent sur un viaduc métallique qui culmine jusqu'à 11 mètres sur le talus[28].

Projet Penly 3[modifier | modifier le code]

Un troisième réacteur EPR a été en projet à la centrale de Penly.

Le 19 septembre 2008, alors que les conseillers municipaux de Dieppe procèdent au vote à main levée de la motion sur l'EPR , un groupe de militants antinucléaires s'interposent et manifestent leur mécontentement. Le maire, Sébastien Jumel, doit à plusieurs reprises suspendre le conseil municipal, qui adoptera finalement la motion pour le projet EPR[29].

Le , le président Nicolas Sarkozy a retenu le site de Penly pour accueillir le deuxième réacteur EPR français. EDF serait alors investisseur et opérateur majoritaire[30].

Le 29 mars 2010 à Dieppe, commence la première des 13 réunions publiques qui se sont tenues pendant 3 mois et demi, la dernière se déroulant à Saint-Martin-en-Campagne. Elles étaient retransmises en direct sur Internet, ont toutes été enregistrées en vidéo et sont disponibles dans certaines bibliothèques [31]. Ces 13 interventions ont donné lieu à la réalisation de 33 cahiers d'acteurs.

Le 18 mai à Caen, des perturbateurs non identifiés rendront le débat impossible malgré la médiation de certains opposants au projet qui tenaient à assister à ce débat. Parmi les associations antinucléaires, le collectif "Stop à l’EPR ni à Penly ni ailleurs" qui rayonne sur la Haute-Normandie avait appelé à participer au débat tandis que son homologue bas-normand avait appelé à manifester, mais en dehors de la salle[32].

Le 26 mai 2011, les collectifs « Stop EPR, Ni à Penly, Ni ailleurs » et « Sortir du nucléaire » ont déposé un recours auprès du tribunal administratif de Rouen[33].

En mai 2011, Christophe de Margerie, PDG de Total et investisseur du projet Penly III, a annoncé peu de temps après la catastrophe de Fukushima que « La réflexion sur le projet a été apparemment stoppée. »[34]. Stéphane Beaufils, secrétaire général de la CGT de Dieppe a annoncé le 1er juin qu'il « faut attendre le retour d’information de l’accident de Fukushima et cela prendra le temps que cela prendra... »[35].

L'enquête publique sur ce projet de réacteur nucléaire EPR, qui devait débuter en juin 2011, a été reportée une première fois à octobre 2011, puis à la demande d'EDF jusqu'à une date indéterminée en 2012[36],[37].

Pendant la campagne présidentielle 2012, François Hollande se prononce contre la construction au cours du mandat 2012-2017, mais n'indique pas avoir décidé un arrêt définitif[38].

En juillet 2012, la ministre de l'écologie Delphine Batho a annoncé qu'"On ne construit pas l'EPR à Penly"[39]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. EDF, « Penly » (consulté le 21 mai 2009)
  2. a et b Débat public de Penly 3 : Dossier du maître d'ouvrage
  3. Réponse de EDF du 1er avril 2010 lors du Débat Public Penly 3
  4. La gestion du trait de côte p. 72 - Ministère de l'écologie - Éditions Quæ, 2010
  5. IFREMER - Février 1976 : Etude écologique d'avant projet sur le site de Penly
  6. ASN, « Centrale nucléaire de Penly » (consulté le 19 décembre 2009)
  7. (en) « Reactors in operations, 31 dec 2009 », sur www-pub.iaea.org/ (consulté le 28 avril 2011)
  8. (en) « Nuclear Power Reactor Details - PENLY-1 », sur www.iaea.org (consulté le 7 avril 2012)
  9. (en) « Nuclear Power Reactor Details - PENLY-2 », sur www.iaea.org (consulté le 7 avril 2012)
  10. Nouvel Obs - 5/12/2003 : Greenpeace investit une centrale
  11. ASN - 31/08/2004 : Rejets faiblement radioactifs en mer
  12. ASN - 24/10/2011 : Contamination externe au visage d’un agent lors d’une intervention
  13. Michel Alberganti, « Incidents radioactifs: que s'est-il passé à Penly? », sur le site de Slate.fr,‎ 6 avril 2012 (consulté le 9 avril 2012)
  14. a et b Morgane Bertrand, « La centrale nucléaire de Penly ? R.A.S. », sur le site du Nouvel Observateur,‎ 6 avril 2012 (consulté le 7 avril 2012)
  15. ASN - 5 avril 2012 : Départ de feu à la centrale nucléaire de Penly
  16. Le Parisien - 5/04/2012 : Incendie: la centrale de Penly à l'arrêt
  17. Centrale nucléaire de Penly: un incendie en cours, Huffingtonpost du 5 avril 2012
  18. RTL.be - 6/04/2012 : Fuite à Penly: l'eau n'a jamais quitté le "circuit primaire" du réacteur
  19. La chaudière des réacteurs à eau sous pression : 7.3.2. Système d'étanchéité d'arbre
  20. Penly: le réacteur 2 en cours de refroidissement malgré une fuite d'eau sur Le Point.fr. Publié le 5 avril 2012.
  21. AFP, « Penly : pas d'intervention sur le réacteur ce week-end », sur le site de Romandie.com,‎ 6 avril 2012 (consulté le 7 avril 2012)
  22. AFP, « Centrale nucléaire de Penly: "il n'y a plus de fuite" depuis 4H00 », sur le site de orange.fr,‎ 6 avril 2012 (consulté le 7 avril 2012)
  23. « Retour à la normale à la centrale nucléaire de Penly », sur le site du Monde,‎ 7 avril 2012 (consulté le 7 avril 2012)
  24. http://www.acro.eu.org/
  25. AFP, « Centrale nucléaire de Penly: EDF annonce un "retour à la normale" sur le refroidissement du réacteur », sur le site de orange.fr,‎ 6 avril 2012 (consulté le 7 avril 2012)
  26. NUCLEAIRE Incident de PENLY- Dieppe - 05 avril 2012 Une erreur humaine à 150 millions d’euros
  27. [PDF] Rapport du HCTISN hctisn.fr, 21 avril 2012
  28. Jean Gennesseaux, Funiculaires et crémaillères de France, La vie du rail et des transports, Paris, 1992, 232 p. (ISBN 2-902808-42-9)
  29. Reportage vidéo de France 3 Haute-Normandie : Dieppe et le nucléaire, attention sujet sous haute tension
  30. EDF construira son réacteur nucléaire de nouvelle génération à Penly Le Figaro Jacques-Olivier Martin et Frédéric de Monicault 29/01/2009
  31. catalogue SUDOC
  32. AFP - 18 mai 2010 : Une réunion sur l’EPR de Penly annulée à Caen en raison d’une manifestation
  33. Stop-EPR - 26 mai 2011 : Un recours devant le tribunal
  34. Challenges - 4/05/2011 : Margerie : La réflexion sur Penly apparemment stoppée
  35. Journal Télévisé du 19-20 sur France 3 Haute-normandie - 1er juin 2011
  36. EPR Penly : l'enquête publique est reportée à 2012 Le Monde/AFP 04/10/2011
  37. L'Expansion - 5/10/2011 : Le projet nucléaire EPR de Penly encore repoussé
  38. Mediapart - 15 février 2012 : Nucléaire : recul de François Hollande sur l’EPR de Penly
  39. Le réacteur EPR à Penly est-il un mirage ?, France 3 Haute Normandie du 13 juillet 2012