Centrale nucléaire de Paks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale nucléaire de Paks
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire de Paks
Deux blocs de la centrale nucléaire de Paks.
Administration
Pays Drapeau de la Hongrie Hongrie
Comitat Tolna
Localité Paks
Coordonnées 46° 34′ 21″ N 18° 51′ 15″ E / 46.5725, 18.854167 ()46° 34′ 21″ Nord 18° 51′ 15″ Est / 46.5725, 18.854167 ()  
Opérateur MVM
Année de construction 1967-1987
Date de mise en service 28 décembre 1982
Statut En fonction
Réacteurs
Réacteurs actifs 4
Puissance nominale 1 755 MW
Production d’électricité
Divers
Source froide Danube
Site web Site officiel

Géolocalisation sur la carte : Hongrie

(Voir situation sur carte : Hongrie)
Centrale nucléaire de Paks

La centrale nucléaire de Paks (en hongrois : Paksi atomerőmű) est située dans la région centrale de la Hongrie, à 5 km de Paks.

Description[modifier | modifier le code]

Cette centrale est l'unique centrale nucléaire construite en Hongrie. Elle comprend quatre réacteurs à eau pressurisée du type VVER-440/V213 de conception soviétique.

  • PAKS 1 : 437 MWe, début de construction en 1974, mise en service en 1982.
  • PAKS 2 : 441 MWe, début de construction en 1974, mise en service en 1984.
  • PAKS 3 : 433 MWe, début de construction en 1979, mise en service en 1986.
  • PAKS 4 : 444 MWe, début de construction en 1979, mise en service en 1987.

La puissance cumulée des quatre réacteurs permet de produire plus de 40 % de l'électricité du pays.
Les réacteurs VVER sont équipés de systèmes de refroidissement de secours et de systèmes évolués pour le traitement des défaillances.
Chaque réacteur contient 42 tonnes de combustible de dioxyde d'uranium légèrement enrichi. Après avoir été utilisé pendant quatre ans dans le réacteur, les barres de combustible sont stockées pendant 5 ans dans une piscine adjacente au réacteur avant d'être transférées vers un stockage définitif. Ces réacteurs devraient être démantelé entre 2032 et 2037 pour un coût estimé en 2013 à 1,31 milliard d'euro l'unité[1].

Futur[modifier | modifier le code]

Le 14 janvier 2014, un contrat est passé avec Rosatom pour la construction de deux réacteurs de 1 200 MW chacun d'ici 2023. Ce projet de 12 milliards d'euro sera financé par une ligne de crédit de l'État russe de 10 milliards d'euro sur 30 ans à faible taux d’intérêts[2];

Incident en 2003[modifier | modifier le code]

Un incident de niveau 3 (INES) s'est produit le 10 avril 2003 sur le réacteur n°2. L'incident s'est produit sur des barres de combustibles stockées sous eau dans un réservoir de nettoyage situé à côté de la piscine du combustible. Le réacteur avait été arrêté pour son rechargement annuel et les éléments de combustible ont été déchargés. L'incident provenait des assemblages de combustibles endommagés et présentant des fuites.
L'incident initialement classé en niveau 2 a été reclassé en niveau 3 par les autorités car avec les fuites de combustible, on pouvait craindre d'atteindre la masse critique au fond du réservoir de nettoyage. Cette fuite radioactive a vraisemblablement mis en danger la population environnante. Selon Istvan Kocsis, le directeur de la centrale, la cause évidente de ce grave incident, qui a eu lieu pendant le nettoyage des piles de combustion, est une faute de planification du système de contrôle et de refroidissement produit et opéré par Framatome ANP (AFP, 12 mai 2003). Pour réparer le réacteur endommagé, la société russe TVEL a été préférée à Framatome ANP.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Hongrie : Plan de démantèlement de la centrale nucléaire à Paks », sur UbiFrance,‎ 24 juillet 2013 (consulté le 28 janvier 2013)
  2. (en) Zoltan Simon, « Putin $14 Billion Nuclear Deal Wins Orban Alliance », sur Bloomberg,‎ 15 janvier 2014 (consulté le 28 janvier 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :