Centrale nucléaire de Lemoniz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale nucléaire de Lemoniz
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire de Lemoniz
Centrale nucléaire de Lemoiz
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Coordonnées 43° 25′ 52″ N 2° 52′ 24″ O / 43.431111, -2.87333343° 25′ 52″ Nord 2° 52′ 24″ Ouest / 43.431111, -2.873333  
Réacteurs
Puissance nominale 2 x 900 MW
Production d’électricité
Divers

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Centrale nucléaire de Lemoniz

La centrale nucléaire de Lemóniz (Lemoiz en Basque) est une centrale nucléaire en Biscaye, au nord de l'Espagne, qui n'a jamais fonctionné. La construction de cette centrale nucléaire a été arrêtée à la suite des attentats répétés de l'ETA.

Opposition des nationalistes basques[modifier | modifier le code]

Les violences institutionnelles ont conduit au durcissement du mouvement antinucléaire qui va devenir le spectateur d’une lutte sans merci entre les deux forces historiques opposées, le gouvernement espagnol et les nationalistes basques.

Le 5 février 1981, l'ETA a procédé à l'enlèvement de l’ingénieur en chef de la centrale de Lemoiz, José María Ryan, tué par ses ravisseurs, près de Bilbao. Avant de l'exécuter, Euskadi ta Askatasuna ou ETA a exigé la destruction de la centrale qui a été refusée par le gouvernement espagnol.

Les nationalistes appuyant ETA sont tous antinucléaires[réf. nécessaire]. À l’inverse, les socialistes en viennent à se prononcer pour ce qu’ils condamnaient la veille pour ne pas céder au chantage d’ETA.

Coût de la fermeture[modifier | modifier le code]

Après l'abandon de la construction en 1981 pour arrêter les attentats d'ETA, le coût cumulé, année par année, de la fermeture du chantier de la centrale nucléaire s'est élevé à l'équivalent de 5,8 milliards d'euros (il faut compter 3,5 milliards pour la décennie 1994-2003).[réf. nécessaire]

En particulier, les contribuables espagnols devront payer durant 25 ans les indemnités octroyées par l'État à la société d'électricité Iberduero (aujourd'hui Iberdrola), promotrice de la centrale de Lemoiz.

Une centrale abandonnée[modifier | modifier le code]

La centrale est devenue aujourd'hui un vaste ensemble industriel qui tombe en ruine dans un site préservé du littoral biscaïen. Fermin Muguruza y voit un imaginaire parc thématique de l'euskara et il a repris ce thème dans la chanson Inkomunika-zioa.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]