Centrale nucléaire de Hamaoka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale nucléaire de Hamaoka
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire de Hamaoka
Vue aérienne sur la centrale nucléaire de Hamaoka.
Administration
Pays Japon
Préfecture Shizuoka
Coordonnées 34° 37′ 16″ N 138° 08′ 40″ E / 34.62111, 138.144434° 37′ 16″ Nord 138° 08′ 40″ Est / 34.62111, 138.1444  
Opérateur compagnie électrique de Chūbu
Date de mise en service 1974 à 2005
Statut En arrêt provisoire
Réacteurs
Fournisseurs Toshiba
Type réacteurs à eau bouillante REB
Réacteurs actifs 5
Production d’électricité
Divers
Source froide Océan Pacifique

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Centrale nucléaire de Hamaoka

La centrale nucléaire de Hamaoka (浜岡原子力発電所, Hamaoka genshiryoku hatsudensho?) est située dans la préfecture de Shizuoka sur la côte pacifique au sud-est de Honshu, l'île principale du Japon.

Depuis sa mise en service en 1974, la centrale est exploitée par la compagnie électrique de Chūbu.

Description[modifier | modifier le code]

La centrale est équipée actuellement de cinq réacteurs dont deux arrêtés définitivement et trois réacteurs en arrêt provisoire :

  • Hamaoka 1 : 515 MWe, mis en service en 1974, arrêté en 2009.
  • Hamaoka 2 : 806 MWe, mis en service en 1978, arrêté en 2009.
  • Hamaoka 3 : 1056 MWe, mis en service en 1987, provisoirement arrêté en 2010.
  • Hamaoka 4 : 1092 MWe, mis en service en 1993, provisoirement arrêté en 2011.
  • Hamaoka 5 : 1325 MWe, mis en service en 2004[1], provisoirement arrêté en 2011.

Les quatre premiers réacteurs à eau bouillante (REB, BWR en anglais) de première génération ont été construits par Toshiba. Le cinquième réacteur est un réacteur à eau bouillante de conception avancée (ABWR en anglais) qui a été plus récemment construit.

Arrêt provisoire[modifier | modifier le code]

Le 6 mai 2011, le premier ministre du Japon Naoto Kan a ordonné la fermeture des deux derniers réacteurs en opération, en raison des très fortes probabilités (87 %) qu'un séisme de magnitude supérieure à 8 se produise dans les trente prochaines années[2]. Les 13 et 14 mai 2011, les réacteurs 4 et 5 sont arrêtés[3]. Le réacteur 3, actuellement arrêté pour vérifications, ne sera pas relancé, les unités 1 et 2 ayant été définitivement stoppées en 2009[3]. L'arrêt des réacteurs 3, 4 et 5 ne serait pas définitif, le temps de mettre en place des mesures sur les moyen et long termes, en particulier la construction d’un mur de protection d’une longueur de 1,8 km, qui devra résister à un tsunami d’une hauteur de 15 m[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Latest news related to PRIS and the status of nuclear power plants, IAEA, consulté le 2 novembre 2011
  2. Jérôme Cartillier, « Risque sismique: le Japon exige l'arrêt d'une centrale nucléaire », AFP sur Google News, le 6 mai 2011
  3. a et b Japon: arrêt de la centrale nucléaire de Hamaoka, AFP sur Google News, le 14 mai 2011
  4. Un mur anti-tsunami - DNA - 24/07/2011

Liens externes[modifier | modifier le code]