Centrale nucléaire d'Olkiluoto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale nucléaire d'Olkiluoto
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire d'Olkiluoto
L'île d'Olkiluoto avec les deux réacteurs nucléaires en service et le projet de réacteur EPR
Administration
Pays Drapeau de la Finlande Finlande
Province Finlande-Occidentale
Région Satakunta
Municipalité Eurajoki
Coordonnées 61° 14′ 13″ N 21° 26′ 27″ E / 61.23694, 21.44083 ()61° 14′ 13″ Nord 21° 26′ 27″ Est / 61.23694, 21.44083 ()  
Opérateur TVO
Année de construction 1973
Date de mise en service 1979
Statut En fonction
Réacteurs
Fournisseurs Areva NP, Alstom
Type REP
Réacteurs actifs 2 x 860 MW
Puissance nominale 1 720 MW
Production d’électricité
Divers
Source froide Mer de Botnie

Géolocalisation sur la carte : Finlande

(Voir situation sur carte : Finlande)
Centrale nucléaire d'Olkiluoto

La centrale nucléaire d'Olkiluoto est située sur l'île d'Olkiluoto, située à 40 km au sud de Pori, dans le Golfe de Botnie à l'ouest de la Finlande.

Deux réacteurs nucléaires y sont en service. Depuis 2004, Areva y construit un troisième réacteur, tête de série de l'EPR[1].

Centrale nucléaire[modifier | modifier le code]

La centrale nucléaire de Olkiluoto dispose de 2 des 4 réacteurs nucléaires finlandais, les deux autres étant situés à centrale nucléaire de Loviisa. Ces deux réacteurs nucléaires sont des réacteurs à eau bouillante de 860 mégawatts chacun.

  • Olkiluoto-1 : mis en service en 1978
  • Olkiluoto-2 : mis en service en 1979

Incidents[modifier | modifier le code]

En avril 1991, un incendie s'est produit dans un transformateur électrique, ce qui a conduit à une défaillance du réseau électrique et à l'îlotage des réacteurs nucléaires. Les quatre groupes électrogènes de secours ont bien fonctionné. L'incident n'a pas causé d'irradiation du personnel ou de fuite radioactive. Il a été classé au niveau 2 de l'échelle INES[2].

Chantier de l'EPR Olkiluoto 3[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Au début des années 2000, la Finlande souhaitait lancer la construction d'une nouvelle centrale nucléaire, sous l'impulsion des industriels électro-intensifs (papetiers notamment). Après un appel d'offres, la Finlande opte pour la construction d'un réacteur pressurisé européen (EPR) sur le site d'Olkiluoto qui accueille déjà deux réacteurs nucléaires. Le contrat est signé le 18 décembre 2003 par un consortium mené par Areva (incluant Areva NP et Siemens) pour la fourniture d'un EPR à l'électricien finlandais Teollisuuden Voima Oy (TVO). Le contrat EPCC concerne la fourniture d'un réacteur clé en main pour un montant estimé à 3 milliards d'euros par TVO[3].

Planification du chantier[modifier | modifier le code]

Le chantier débute en septembre 2005[4] pour une mise en service initialement prévue mi-2009. Suite à des problèmes liés notamment à la mise en œuvre du béton et à la certification administrative du réacteur, la mise en service prévisionnelle est retardée à plusieurs reprises et annoncée pour 2011, puis 2012[5], puis fin 2013, puis en 2014[6], puis au-delà[7]. Le réacteur serait prêt fin 2014 d'après le PDG d'Areva Luc Oursel[8], mais l'électricien finlandais TVO a annoncé que la date d'entrée en service ne pourra pas être 2014[9]. Compte tenu des difficultés liées principalement à l'architecture détaillée du contrôle-commande, TVO estime ne pas pouvoir disposer de l'installation pour sa mise en service avant 2016[10].

Aspects financiers[modifier | modifier le code]

Lors de la conclusion du contrat en décembre 2003, le montant global forfaitaire est fixé à 3 milliards d'euros. Le retard du chantier devrait conduire Areva à verser des pénalités à TVO, avec un impact financier. Areva a annoncé le 1er septembre 2009 avoir ajouté 550 millions d'euros à sa provision pour pertes, amenant ce poste comptable à un total de 2,3 milliards d'euros, ce qui conduit presque à doubler les coûts initialement prévus[11]. Fin 2012 Areva annonça que le coût de construction de ce réacteur serait d'environ 8,5 milliards d'euros[12], [13].

Areva étant une entreprise détenue à 80 % par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA), service public, une grande partie de ce retard sera donc financé par les impôts de l'état français[14].

Le montant provisionné par Areva est augmenté de 150 millions d'euros, selon le communiqué officiel de ses résultats financiers du premier semestre 2013[15].

La Coface a octroyé une garantie au profit de la société finlandaise TVO. Cette garantie, que Greenpeace considère comme assimilable à une aide d'État, a été contestée auprès de la Commission européenne, mais Greenpeace a été débouté de la plainte[16].

Conduite des travaux[modifier | modifier le code]

En 2006, l'agence finlandaise de la sécurité des radiations (Säteilyturvakeskus) a relevé 700 dysfonctionnements et anomalies concernant la sécurité sur le chantier de l'EPR finlandais[17]. TVO refuse de publier la liste de l'ensemble de ces dysfonctionnements[réf. nécessaire]. L’autorité de sûreté finlandaise, la STUK, parle « d’impréparation » d’Areva et de laxisme dans « la qualité du travail, …, l’organisation et le contrôle des activités sur le chantier »[18]. En outre, le STUK indique[17], à propos de la construction du liner d'acier qui protège le cœur du réacteur, que les plans changent de manière intempestive, ceci ayant eu pour conséquence que certains usinages ont été effectués à partir de plans obsolètes. De plus, certaines réparations ont été faites sans respecter les procédures prévues. Le STUK dit avoir beaucoup de mal à inspecter le chantier en raison de ces changements intempestifs. Il conclut par A situation like this should not be possible in a well functioning quality system, ce qui se traduit par « Une situation telle que celle-ci ne devrait pas être possible dans un système de qualité fonctionnant correctement ».

En 2012, les travaux d'installation du réacteur et l'ingénierie du système d'automatisation de la centrale sous la responsabilité du fournisseur Areva n'ont pas progressé conformément au calendrier d'Areva, et Teollisuuden Voima Oy (TVO) attend d'Areva qu'il mette à jour le calendrier global[19].

En février 2013, la retard de la mise en service du réacteur est estimé à 7 ans[20].

Fourniture du combustible[modifier | modifier le code]

Areva est chargé par TVO de la fourniture de l'ensemble des services de l'amont du cycle du combustible nucléaire (fourniture de l'uranium naturel, conversion, enrichissement et fabrication du combustible) pour le premier cœur et les deux premières recharges. Le montant du contrat hors fabrication du combustible s'élève à 100 millions d'euros[21].

Stockage de déchets radioactifs[modifier | modifier le code]

Depuis 1994, tous les déchets radioactifs produits en Finlande doivent être stockés en Finlande, et le site d'Olkiluoto a été retenu pour être le centre de stockage.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Personnel de rédaction, « Recalled to half-life », The Economist,‎ 12 février 2009 (lire en ligne)
  2. (en) climatesceptics.org : Fire in switchgear building - Monday, April 15, 1991
  3. TVO signe avec le consortium AREVA - SIEMENS un contrat pour la construction d'un EPR en Finlande ; communiqué d'Areva du 18/12/2003 [lire en ligne]
  4. « Pose de la première pierre de l’EPR finlandais - Communiqué de presse Areva »,‎ 12 septembre 2005 (consulté le 9 août 2013)
  5. EPR finlandais : investir dans le nucléaire est décidément beaucoup trop risqué ! - HNS-info, 19 octobre 2008
  6. http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/10/12/l-epr-finlandais-prend-du-retard_1586073_3234.html Le Monde : L'EPR finlandais prend du retard
  7. Le Figaro: Finlande : l'EPR repoussé après 2014
  8. http://www.europe1.fr/International/L-EPR-finlandais-sera-pret-en-2014-Areva-1247293/
  9. http://www.romandie.com/news/n/_EPR_finlandais_TVO_se_donne_trois_mois_pour_preciser_le_calendrier53240920121708.asp
  10. « Le finlandais TVO craint devoir attendre son EPR jusqu'en 2016  » , sur Romandie avec AFP du 11 février 2013
  11. Les echos du 1er septembre 2009
  12. (fi) « Suomenkin uusi ydinvoimala maksaa 8,5 miljardia euroa », Helsingin Sanomat,‎ 13 déc. 2012 (lire en ligne)
  13. (en) « Areva Again Raises Estimate of Cost of Olkiluoto Reactor », The Wall Street Journal,‎ 13 déc. 2012 (lire en ligne)
  14. EPR finlandais : investir dans le nucléaire est décidément beaucoup trop risqué !, Greenpeace, 17 octobre 2008
  15. « 1er semestre 2013 : AREVA franchit une nouvelle étape de son redressement », communiqué de presse sur le site d'Areva, 24 juillet 2013
  16. EPR - Greenpeace débouté, sur Enviro2B.
  17. a et b (en) « Management Of Safety Requirements In Subcontracting During The Olkiluoto 3 Nuclear Power Plant Constructon Phase »,‎ 2006
  18. Insufficient guidance of subcontractors? work in Olkiluoto 3 nuclear power plant project
  19. Nouveau retard pour l'EPR finlandais , AFP / 16 juillet 2012
  20. « 7 ans de retard pour l’EPR finlandais? »,‎ 11 février 2013
  21. AREVA fournira à TVO les matières et les services pour fabriquer le combustible de l'EPR finlandais (contrat de € 100 millions) - Communiqué d'Areva du 26/05/2004 [lire en ligne]