Centrale nucléaire d'Indian Point

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale nucléaire d'Indian Point
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire d'Indian Point
Centrale nucléaire d'Indian Point
Administration
Pays États-Unis
État New York
Coordonnées 41° 16′ 11″ N 73° 57′ 08″ O / 41.2697, -73.952341° 16′ 11″ Nord 73° 57′ 08″ Ouest / 41.2697, -73.9523  
Opérateur Entergy Corporation
Année de construction 1974
Date de mise en service 30 août 1976
Réacteurs
Fournisseurs Westinghouse
Type PWR
Puissance nominale 1 020 MW
1 025 MW
Production d’électricité
Production annuelle d'électricité 8 842 GWh
7 797 GWh
Divers
Architecte United Engineers and Constructors

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Centrale nucléaire d'Indian Point

La centrale nucléaire d'Indian Point est une centrale équipée de trois réacteurs nucléaires qui est située à Buchanan, dans l'État de New York au sud de Peekskill.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La centrale produit environ 2000 MWe et elle est installée sur la rive est de la rivière Hudson, à 24 miles au nord de New York.
Le site comprend deux réacteurs à eau pressurisée (REP) en exploitation:

  • Indian Point 2 de 971 MWe nominal,
  • Indian Point 3 de 984 MWe nominal,

Ces réacteurs ont été construits en 1974 et 1976 par Westinghouse. Ils appartiennent à la société Entergy Nuclear Northeast, une filiale de Entergy Corporation. Ils sont exploités par cette même société.

Par ailleurs Entergy est resté propriétaire du 1er réacteur construit du site :

  • Indian Point 1, à l'arrêt.

Ce réacteur, construit en 1962 par Consolidated Edison a été arrêté en 1974 et il fait l'objet d'une conservation en l'état (disposition permettant de bénéficier de la décroissance radioactive avant démantèlement). Le site emploie 1 500 personnes.

Incidents[modifier | modifier le code]

  • En 1973, cinq mois après son démarrage, le réacteur n°2 a été arrêté après la découverte d'un flambage du revêtement en acier de l'enceinte de confinement.
  • Le 15 février 2000 s'est produit une fuite d'environ 20 000 litres de vapeur radioactive en raison de la rupture d’un tube sur l'un des quatre générateurs de vapeur du réacteur n°2. Le réacteur est resté à l'arrêt pendant 11 mois.

Controverse antinucléaire[modifier | modifier le code]

L'installation de cette centrale a fait l'objet d'une importante controverse par les associations antinucléaires demandant son arrêt en 1979 à la suite de l'accident nucléaire de Three Mile Island avec fusion du cœur mais sans blessés. En effet, les rejets en cas d'accident peuvent concerner une population très importante en aval du site et incluant la ville de New York, le nord du New Jersey et le comté de Fairfield dans le Connecticut.

Une étude en 1982 du Sandia National Laboratories signalait qu'une fusion du cœur avec un rejet radiologique d'un des réacteurs pouvait causer 50 000 morts immédiates en cas d'irradiation massive et 14 000 décès à plus long terme par le cancer.

Cependant, sur la base du dossier présenté par l'exploitant Entergy, les autorités américaines suivantes ont étudié le risque :

  • Federal Emergency Management Agency (FEMA),
  • Nuclear Regulatory Commission (NRC)

Les autorités ont décidé que l'exploitation pouvait être poursuivie.

D'autres controverses se sont depuis fondées sur les risques des attaques terroristes, en particulier après les attaques du 11 septembre sur le World Trade Center.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]