Celosia argentea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Celosia argentea, ou célosie argentée, est une espèce de plantes d'origine tropicale de la famille des Amaranthaceae. De nombreux cultivars de la série cristata, très différents du type de l'espèce, connus sous le nom d'« amarantes crête de coq », sont cultivés comme plantes ornementales pour leur fleurs très colorées.

Description botanique[modifier | modifier le code]

C'est une plante herbacée, dont la tige ramifiée est de section cylindrique. Les feuilles, entières, sont disposées sur la tige en spirale. Les fleurs, très petites, sont roses, rouges ou blanches, et réunis en grands épis ou en grands panicules. Les graines sont noires. Elle mesure 70 cm et fleurie de juillet à septembre.

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce est naturalisée dans toutes les régions tropicales du globe. Elle est vraisemblablement originaire d'Afrique tropicale étant donné la grande diversité constatée dans cette région[1].

Taxons inférieurs[modifier | modifier le code]

Utilisation[modifier | modifier le code]

Plante alimentaire[modifier | modifier le code]

Plante alimentaire traditionnelle en Afrique, ce légume peu connu est une ressource potentielle pour améliorer la nutrition, renforcer la sécurité alimentaire, promouvoir le développement rural et soutenir l'aménagement durable du territoire[2]

Les feuilles et les fleurs de cette plante sont comestibles et elle est cultivée à cet effet en Afrique et en Asie du Sud-Est[1].

Celosia argentea var. argentea, ou « épinard de Lagos » est l'un des principaux légumes-feuille à cuire en Afrique occidentale, du Sénégal au Cameroun, et plus spécialement au Nigeria[3]. Elle y est connue sous le nom de soko yòkòtò en yoruba ou farar áláyyafó en haoussa[4],[5].

Plante ornementale[modifier | modifier le code]

Celosia argentea var. cristata regroupe de nombreux cultivars, connus sous le nom de « crête de coq », ou « amarante crête de coq », ou « passe velours », cultivés dans le monde entier pour leurs fleurs très colorées, groupées en panicules ou épis composés[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Denton, O.A., 2004. Celosia argentea L. [Internet] Fiche de Protabase. Grubben, G.J.H. & Denton, O.A. (Editeurs). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Pays Bas. < http://database.prota.org/recherche.htm>. Visité le 3 août 2010.
  2. (en) National Research Council, Lost Crops of Africa: Volume II: Vegetables, vol. 2, Washington, National Academies Press,‎ 27 octobre 2006 (ISBN 978-0-309-10333-6, LCCN 93086876, lire en ligne), « Celosia »
  3. (en) « Fiche de Celosia argentea L. », sur Mansfeld's World Database of Agriculture and Horticultural Crops, Leibniz-Institut für Pflanzengenetik und Kulturpflanzenforschung (IPK) (consulté le 3 août 2010)
  4. ECHO
  5. Hanelt et al., Mansfeld's encyclopedia of agricultural and horticultural crops, 2001 Google Books
  6. collectif, Le Bon Jardinier, encyclopédie agricole, 152e édition, Paris, La Maison Rustique,‎ 1964, p. 1042-1043

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :