Compagnie européenne de gestion par l'informatique décentralisée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cegid)
Aller à : navigation, rechercher

Cegid Group

alt=Description de l'image Cegid Logo.svg.
Création 1983
Personnages clés Jean-Michel Aulas ; Patrick Bertrand;
Forme juridique Société anonyme
Slogan Vous avancez, nous avançons
Siège social Drapeau de France Lyon (France)
Actionnaires Groupama (26,89 %)
ICMI (10,05 %)
Activité Logiciels de gestion et systèmes d'information pour les entreprises et les entrepreneurs
Produits QuadraEntreprise, Cegid Business Line, Yourcegid, CCMX Winwinner
Filiales 17
Effectif 2 205 (2011)
Site web Cegid Group
Capitalisation 149 millions (24/01/2013)
Fonds propres 181 millions (2011)
Dette 69 millions (2012)
Chiffre d’affaires 258 millions (2012)
en diminution -2,2 %
Résultat net 16,2 millions (2011)


La Compagnie européenne de gestion par l'informatique décentralisée ou Cegid Group est une société spécialisée dans l'édition de logiciels de gestion et de systèmes d'information pour les entreprises et les entrepreneurs. Elle est créée en 1983 par Jean-Michel Aulas qui en assure la présidence, aux côtés de Patrick Bertrand, directeur général, et est cotée en bourse depuis 1986.

Société[modifier | modifier le code]

Locaux dans le 9e arrondissement de Lyon.

Profitant de la mise en place du Plan Comptable Général imposant l'utilisation de numéros de comptes déterminés, l'entreprise s'est initialement développée en proposant aux experts comptables des progiciels de gestion standardisés.

Lors de sa création en 1983, la relation entre Cegid et la Profession Comptable influence le développement de Cegid : cette première communauté de clients, très fédérée, adopte les solutions proposées et les prescrit à son tour[réf. nécessaire], en facilitant la prise en main des solutions Cegid auprès de ses clients. La profession comptable contribue de ce fait au développement de Cegid[1]. De ce fait, Cegid étend son offre à destination des entreprises (Très Petites Entreprises et Petites et Moyennes Entreprises) en proposant une gamme de produits allant de la gestion commerciale à la comptabilité, en passant par la paye. La société se renforce et propose une plateforme multiservices via le conseil et la prescription de l’expert-comptable.

Au travers de créations de filiales ou de prises de participation dans certaines entreprises, Cegid proposera des services de maintenance de matériel informatique (ITI) dès 1986, de réalisation et maintenance de logiciels spécifiques (Cegid Ingénierie)[2], mais également d’assurance (Sagita), de conseils financiers (via Expert & Finances), de formation (Cegid Expert Formation), de recrutement (Cegid Expert Executive), de mise à disposition temporaire de personnel (Cegid TT) et de fournitures de bureaux (DEI)[réf. souhaitée]. Cette dernière société fusionnera par ailleurs avec ITI, en 1995, pour devenir Cegid Environnement Maintenance[2]. Quatre années après sa création, Cegid est une société cotée en Bourse au second marché de Lyon. En 1989, après l’arrivée de Patrick Bertrand, Cegid SA devient une holding de contrôle et de gestion. Ses filiales opérationnelles se regroupent autour deux pôles : informatique et services ; l’entreprise fait son entrée sur le premier marché de Paris.

Cegid inaugure en décembre 2003 ses nouveaux locaux, dans le 9ème arrondissement de Lyon[3], dessinés par Aymeric Zublena.

En 2006, apparaît l’appellation de Cegid Group sur le marché boursier, suite à son rapprochement avec CCMX, son principal concurrent[4]. La même année, la société prend la troisième place parmi les éditeurs français de logiciels [5].

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Le créateur de Cegid et actuel[Quand ?] Président est Jean-Michel Aulas, également Président Directeur Général de l'Olympique lyonnais depuis 1987. Il est accompagné par Patrick Bertrand, Directeur Général de Cegid. Recruté en 1988 en tant que Directeur Financier, il est nommé Directeur Général en 2002. Patrick Bertrand est par ailleurs Directeur Général d’ICMI, holding personnelle de Jean-Michel Aulas.


La croissance externe comme levier de développement[modifier | modifier le code]

Dès l’origine, une succession de croissances externes permet au groupe d'étendre son offre à des secteurs d'activité particuliers. Autant dans le secteur du textile et commerce spécialisé avec les acquisitions successives d’Orli en 1997, Magestel en 2002, CGO en 2004, AS Infor[6] en 2007 et VCS Timeless en 2008, que dans le secteur de l’Industrie avec Silicone en 1996, Amaris en 1997, GTI Industrie et PMI Soft en 2006, ou encore dans le domaine l’hôtellerie-restauration (Alphabla en 1998, GD Informatique[7] en 2008), de l’expertise comptable (Servant Soft en 1999, Quadratus en 2004 et CCMX en 2006), ou plus récemment dans le secteur public avec Civitas [8] en 2008 et Visa[9] en 2010. On parle dans ce cas de progiciels « verticaux » (métiers) par opposition aux progiciels « horizontaux » (fonctionnels) identiques quel que soit le métier de l'entreprise cliente. L'offre comprend des progiciels disposant de fonctionnalités spécifiques destinés aux entreprises du commerce spécialisé (gestion de production, de logistique et d'encaissement en boutiques), de l’hôtellerie-restauration, de l’industrie, etc…

Dans le même temps, avec un début des années 2000 marquées par l’arrivée des solutions de gestion intégrées pour les grandes entreprises, le groupe prend un nouveau virage, afin d’être en mesure de proposer aux entreprises du Middle Market[Quoi ?], un ERP doté d’une technologie moderne, performante et prenant en compte leurs contraintes[non neutre]. Le rapprochement avec Apalatys, qui dispose à l’époque d’une technologie déjà avancée, ouvre un chantier important visant à remplacer la gamme alors commercialisée, par un outil capable de rivaliser avec les plus grands Progiciel de gestion intégré.

Étapes marquantes[modifier | modifier le code]

Après l’intégration de Servant Soft en 1999, première acquisition majeure de Cegid, c'est en 2004 qu'a lieu la plus importante acquisition du groupe : Cegid rachète son principal concurrent français, la société CCMX (800 salariés)[10]. Le nouveau groupe est attaqué en 2005 par le groupe Fiducial, opérant sur le même marché, qui conteste la validité de cette acquisition vis-à-vis de la profession comptable générale. Le dossier est arbitré par le Conseil d'État qui confirme en février 2006 la décision de la DGCCRF qui avait, à l'époque, autorisé l'opération financière[pertinence contestée][11]. Huit mois plus tard, les assemblées générales de Cegid obtiennent les autorisations nécessaires à la création de la nouvelle entité dénommée Cegid Group. L’occasion pour la société de mettre en œuvre une nouvelle stratégie technologique autour du SaaS en s’appuyant notamment sur l'expérience de CCMX dans ce domaine. Par ailleurs, Cegid se dote d’une nouvelle identité visuelle et d’une nouvelle signature[12]. Sur sa lancée, Cegid acquiert Comptanoo, éditeur de deux portails destinés au marché des TPE et aux professionnels de la comptabilité, et renforce sa position d'acteur majeur dans le domaine des services en ligne[13].

En octobre 2007, Groupama devient l’actionnaire majoritaire du groupe Cegid avec l’acquisition de 17,25 % du capital et 15,84 % des droits de vote de l’éditeur de progiciels[14].

Internationalisation[modifier | modifier le code]

L’implantation à l’international du groupe est un axe de la stratégie de développement. À travers les agences, les filiales et le réseau international de partenaires, les solutions Cegid sont désormais déployées et localisées dans plus de 65 pays. En septembre 2001, la première filiale internationale de la société voit le jour à Boston, aux États-Unis. La suivante s’implante quelques mois après, à Madrid[15]. En 2008, l’éditeur accélère son développement à l’international : le groupe investit des bureaux, signe des partenariats stratégiques et s’entoure d’éditeurs complémentaires, en Europe bien entendu, mais aussi au Maghreb, en Amérique et en Asie-Pacifique. Cegid déploie ses solutions dans plus de 65 pays et est directement implanté à New York, Barcelone, Madrid, Milan, Londres, Casablanca, Shenzhen, Shanghai, Hong Kong et Tokyo[16].

Positionnement sur le marché[modifier | modifier le code]

En France, le marché de l’édition de logiciels pèse 6,6 milliards d’euros en 2010, contre 6 milliards en 2009. Le Truffle 100[17], palmarès des éditeurs de logiciels Français publié par Truffle Capital, classe Cegid en quatrième position derrière Sopra Group (1169,9 M€ de CA en 2010), Murex (310,0 M€ de CA en 2010) ou encore Dassault Systèmes (1580,0 M€ de CA en 2010), que l’on retrouve sur la première marche du podium. En Europe, la société se hisse aujourd’hui à la vingtième place, derrière les mêmes concurrents français et d’autres géants mondiaux comme SAP, SAGE et Software AG, en tête du palmarès[18].


Actionnariat au 31/03/2011
Groupama 26,89 %
ICMI 10,05 %
Dirigeants 0,81 %
Ulysse/Tocqueville 6,21 %
Auto détention 4,54 %
Public 51,5 %

La marque Yourcegid[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er avril 2010, les solutions Cegid sont toutes regroupées sous une même marque baptisée Yourcegid, déclinée de façon « verticale » (métiers) et « horizontale » (fonctionnels) et destinée à renforcer le positionnement d’expert-métiers de l’entreprise[19]. Yourcegid est une offre de solutions de gestion modulaires et intégrées, destinées à aider « l’utilisateur » dans sa prise de décision.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cegid : la formidable réussite d’un éditeur ancré en région », Linformaticien.com,‎ 01 février 2011
  2. a et b « Profil de Cegid Group », Bourse.latribune.fr,‎ 23 mai 2011
  3. Article « Cegid voit grand », Lyon Figaro, 16 décembre 2003[réf. insuffisante]
  4. « Cegid: naissance de Cegid Group », votreargent.lexpress.fr,‎ 01 décembre 2006
  5. Article « Le palmarès 2006 des éditeurs français de logiciels », le MOCI (Moniteur du commerce international), 11 mai 2006
  6. Communiqué : « Rapprochement entre Cegid & AS Infor », Cegid.com,‎ 05 avril 2007
  7. « CEGID : acquisition de la société GD Informatique », Capital.fr,‎ 10 avril 2008
  8. Communiqué : « Cegid Group : acquisition de Civitas », Capital.fr,‎ 25 septembre 2008
  9. « Cegid consolide sa position sur le marché du secteur public avec l’acquisition de Visa informatique », Lalettredusaas.com,‎ 31 janvier 2011
  10. Article « Jean-Michel Aulas rachète enfin CCMX », Les Petites Affiches Lyonnaises, 29 juin 2004[réf. insuffisante]
  11. Article « La fusion Cegid CCMX enfin finalisée », ITchannel.info, 15 février 2006[réf. insuffisante]
  12. « Le nouveau groupe Cegid a présenté sa nouvelle identité visuelle », Edubourse.com,‎ 14 avril 2005
  13. Article « Cegid acquiert Comptanoo », Progisphere.com, 12 décembre 2006[réf. insuffisante]
  14. « Groupama devrait entrer au capital de Cegid », www.lemondeinformatique.fr,‎ 25 octobre 2007
  15. Article « L’éditeur de logiciels lyonnais assoit son redémarrage sur l’international », La Tribune, 27 septembre 2001[réf. insuffisante]
  16. « En savoir plus sur Cegid International », www.cegid.fr
  17. « Truffle 100 », Truffle Capital
  18. « Les 100 premiers éditeurs européens pèsent seulement 2/3 de Microsoft », www.lemagit.fr,‎ 28 septembre 2010
  19. Article « Cegid fédère toutes ses solutions », Journal du textile, 13 avril 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]