Cave canem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La mosaïque, toujours visible des touristes.
Un autre cave canem, bien que l'inscription n'y figure pas. Il est conservé au musée archéologique de Naples.

Cave canem est une expression latine à l'impératif signifiant littéralement « Attention au chien ».

Origines et interprétations[modifier | modifier le code]

Pompéi[modifier | modifier le code]

Cet avertissement a été retrouvé lors de fouilles archéologiques effectuées dans la cité ensevelie de Pompéi, dans la maison dite du Poète tragique.

Il était inscrit en lettres capitales aux côtés d'une représentation de chien méchant tenu en laisse, sur une mosaïque recouvrant le sol du vestibule. Le but était non seulement d'avertir les visiteurs, mais surtout de décourager les intrus d'y pénétrer.

Il semble en fait que ce type de mise en garde était fréquent sur le seuil des demeures romaines. Plusieurs autres mosaïques figurant un chien de garde ont d'ailleurs été mises au jour à Pompéi, mais pas nécessairement avec l'inscription. Pétrone, écrivain latin du Ier siècle, y fait également référence au chapitre XXIX de son roman le Satyricon :

« Ceterum ego dum omnia stupeo, paene resupinatus crura mea fregi. Ad sinistram enim intrantibus non longe ab ostiarii cella canis ingens, catena vinctus, in pariete erat pictus superque quadrata littera scriptum

CAVE, CAVE CANEM.

Et collegae quidem mei riserunt.
 »

« LE PORTIQUE DE TRIMALCION : PEINTURES A LA GLOIRE DE TRIMALCION

Quant à moi, j'admirais bouche bée, quand, sursautant de peur, je faillis me rompre les jambes. À gauche de l'entrée, non loin de la loge du portier, un énorme chien tirait sur sa chaîne. Au-dessus de lui était écrit en lettres capitales : Gare, gare au chien. Vérification faite, ce n'était qu'une peinture sur la muraille.

Mes compagnons se moquaient de ma frayeur. »

— Traduction de Louis de Langle, 1923.

Cave canem, prisonnier de guerre à Rome, Musée Georges-Garret, Vesoul.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Cave canem a aussi été au Moyen Âge une des devises des marins de Saint-Malo, en référence aux « chiens du guet », ces dogues que l'on lâchait la nuit pour protéger la ville. Les navires malouins contraints à la bataille déployaient leur bannière de combat représentant un dogue prêt à mordre : c'était leur Cave canem, dernier avertissement avant le début des hostilités.

Jean-Léon Gérôme a peint en 1881 un tableau intitulé Cave canem, prisonnier de guerre à Rome.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Enfin, on retrouve la devise sur l'insigne du Centre d'instruction et d'applications sur avions nouveaux (CIAAN) de l'armée de l'air française, pendant la Seconde Guerre mondiale[1]. Elle y accompagne un dessin de chien à trois têtes, respectivement bleue, blanche et rouge — les couleurs du drapeau français.

De nos jours, de nombreuses sociétés de sécurité et de surveillance portent le nom de Cave canem, généralement accompagné d'un logo représentant un chien méchant.

Dans l'album d'Astérix La Zizanie, on trouve cette inscription sur la résidence de César, traduite « Attention au chien »[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]