Cavalerie des États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plaque de la cavalerie américaine

La cavalerie de l’armée américaine (United States Army Cavalry) était une branche de l'armée de terre des États-Unis qui, en tant que cavalerie montée a existé de 1775 à 1942.

La cavalerie des plaines joua un rôle important dans l’extension du pouvoir central situé à l’est du continent vers les zones occidentales non colonisées. Plusieurs régiments de la cavalerie blindée américaine sont ses descendants contemporains.

Les origines[modifier | modifier le code]

Un Light Dragoon de l'armée continentale pendant la Guerre d'indépendance des États-Unis.

George Washington s'inquiéta vivement de la panique causée par le 17th Light Dragoons britannique dans les rangs de son armée lors de la bataille des White Plains mais apprécia à sa juste valeur les services rendus par le 5th Regiment of Connecticut Light Horse Militia, sous les ordres du major Elisha Sheldon, en matière de reconnaissance lors de la retraite de l'Armée continentale dans le New Jersey. Il demanda donc au Congrès la levée d'une force de cavalerie légère au sein de cette dernière et à la fin de 1776, celui-ci autorisa l'établissement d'une cavalerie forte de 3000 hommes.

C'est ainsi que le 12 décembre 1776, le Congrès transforma la milice montée d'Elisha Sheldon en « Regiment of Light Dragoons ». En mars 1777, Washington forma le « Corps of Continental Light Dragoons » constitué de quatre régiments à six troops de 280 hommes. De nombreuses difficultés pratiques amenèrent le Congrès à mandater le comte Kazimierz Pułaski, officier professionnel polonais, pour la mise sur pied de la cavalerie américaine à Trenton (New Jersey) pendant l'hiver 1777-1778[note 1].

Ces unités unités provisoires de milice de cavalerie américaines connurent des fortunes diverses, combattant tantôt à pied, tantôt à cheval - plus souvent d'ailleurs dans le rôle d'infanterie montée au sein de légions composites - jusqu'à la fin de la guerre d'Indépendance qui les vit s'opposer notamment aux Tarleton's Dragoons britanniques. En 1783, la « Continental Army » est dissoute et les régiments de dragoons licenciés.

La première unité de cavalerie de l' « US Army » est créée par le Congrès des États-Unis le 5 mars 1792 sous la forme d'un escadron de quatre troops sous les ordres du Major Michael Rudolph. En 1799, le Congrès provisionne la levée de trois régiments de cavalerie en cas de conflit en acquérant et stockant le matériel pour l'équipement de 3000 hommes et chevaux.

En 1808, le Congrès autorise la levée d'un régiment de « dragons légers ». Un second régiment, du même type, apparaît en 1812 mais en 1815, à l'issue de la guerre anglo-américaine, ils sont licenciés tous les deux pour raison d'économies budgétaires [note 2]. En 1833, la cavalerie réapparait sous la forme d'un régiment de dragons, suivi par un second en 1837. En 1846, c'est un régiment de carabiniers à cheval ( « mounted riflemen » ) qui est levé suivi, en 1855, de deux nouveaux régiments de cavalerie. Cette renaissance ne se fait pas sans à-coups et tâtonnements : en 1842, le Congrès décide ainsi de démonter le 2e Dragons… pour le remettre en selle deux ans plus tard[1].

Guerre de Sécession[modifier | modifier le code]

Ces unités sont dispersées à travers tout le continent : ainsi, en 1848, le 1er Dragons voit trois de ses compagnies déployées au Nouveau-Mexique et en Arizona, trois autres en Californie et les quatre restantes éparpillées entre Fort Scott, Leavenworth, Washita et Snelling[2]. Quand éclate la Guerre de Sécession, ces cinq régiments, avec un sixième tout nouvellement levé, sont les seules unités de cavalerie régulière existantes.

La Conquête de l'Ouest et les guerres indiennes[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Conquête de l'Ouest et guerres indiennes.

Opérations sur la frontière mexicaine[modifier | modifier le code]

Mécanisation et Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Guerre froide[modifier | modifier le code]

Soldat du 11e régiment de cavalerie blindé américain en service dans la trouée de Fulda pendant la guerre froide.
Des démineurs de l'US Army en action lors d'une opération au Cambodge. À l'arrière plan un M551 Sheridan du 11e régiment de cavalerie américain.

La branche spécifique de la cavalerie cessa d’exister en 1951 lorsqu’elle fut absorbée par la branche blindée lors de la guerre de Corée.

La 1st Cavalry Division[modifier | modifier le code]

La 1st Cavalry Division est la seule division de l’United States Army qui comporte toujours le terme cavalerie dans son nom. Elle compte encore en effet dans ses rangs un détachement de cavalerie à cheval utilisé lors de cérémonie. La division est organisée en quatre brigades motorisées et en une brigade aéroportée.

La dernière participation à un combat de la cavalerie à cheval remonte à janvier 1942 contre les forces japonaises aux Philippines dans le village de Morong. Peu de temps après ce jour, les cavaliers furent forcés de se nourrir de leurs chevaux lorsqu’ils furent assiégés[réf. nécessaire]. Durant le reste de la seconde guerre mondiale, les unités furent motorisées avec des chars et d’autres véhicules ou transformées en unités d’infanterie.

Les logos dessinés sur les hélicoptères de la 1st Cavalry Division employés durant la guerre du Viêt Nam représentaient toujours un cheval.

Liste des régiments blindés de la cavalerie[modifier | modifier le code]

Au XXIe Siècle, cinq régiments de cavalerie blindé sont en service :

Grandes figures de la cavalerie américaine[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Révoqué à la suite de nombreuses frictions avec ses officiers-adjoints, Pulaski fut cependant autorisé à lever sa propre légion, comprenant infanterie et cavalerie.
  2. Starr donne l'exemple du coût de la création du 2e Dragons : 300 000 dollars pour 10 compagnies soit un total de 900 hommes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Stephen Z. Starr : The Union Cavalry in the Civil War, (ISBN 0-8071-0484-1), Louisiana State University Press, Baton Rouge 1979, Volume I, Chapitre 1 « Prelude to war », pages 47-61 pour cette section.
  2. Stephen Z. Starr, The Union Cavalry…", page 53.