Cauroy-lès-Hermonville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cauroy-lès-Hermonville
La mairie de Cauroy-lès-Hermonville.
La mairie de Cauroy-lès-Hermonville.
Image illustrative de l'article Cauroy-lès-Hermonville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Reims
Canton Bourgogne
Intercommunalité Petite Montagne
Maire
Mandat
Guy Lecomte
2014-2020
Code postal 51220
Code commune 51102
Démographie
Gentilé Colridien
Population
municipale
484 hab. (2011)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 58″ N 3° 55′ 32″ E / 49.3494, 3.9256 ()49° 20′ 58″ Nord 3° 55′ 32″ Est / 49.3494, 3.9256 ()  
Altitude Min. 62 m – Max. 218 m
Superficie 10,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Cauroy-lès-Hermonville

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Cauroy-lès-Hermonville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cauroy-lès-Hermonville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cauroy-lès-Hermonville

Cauroy-lès-Hermonville est une commune française, appartenant à la Communauté de communes de la Petite Montagne, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne. Elle est traversée par la Route touristique du Champagne et fait partie du Massif de Saint Thierry.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Cauroy-lès-Hermonville est situé au sud du territoire communal, dans le nord-ouest de la Marne. Il est surplombé par des vignes du vignoble de Champagne. La commune est arrosée par plusieurs cours d'eau. Au nord-est s'écoule la Loivre, parallèlement au canal de l'Aisne à la Marne. C'est dans le lit de cette rivière que se trouve le point le moins élevé de Cauroy-lès-Hermonville, à 62 m d'altitude, au lieu-dit « le Godat ». Au sud du village passe le ruisseau de Rabassa, affluent de la Loivre. Il sert de frontière avec la commune d'Hermonville. En allant vers l'ouest l'altitude est plus élevée : elle s'approche des 190 m au « Mont Chatté » et atteint 218 m au lieu-dit « la Montagne »[1], près de l'ancienne Ferme de Bellevue[2]. Cette partie du territoire est boisée[1].

Cauroy-lès-Hermonville est traversé par la route départementale 530 (RD530) entre Cormicy (au nord) et Hermonville (au sud). La RD530E relie le village à la route départementale 944 (ancienne RN44). L'est de la commune est desservi par l'autoroute A26 (« l'autoroute des Anglais »). Les aires de repos de Cauroy et de Loivre se trouvent sur le territoire communal[1].

Communes limitrophes de Cauroy-lès-Hermonville
Cormicy Berméricourt
Cauroy-lès-Hermonville
Bouvancourt Hermonville Loivre

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le 1er octobre 1920.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Lors de sa création, la commune de Cauroy intègre le canton de Cormicy. En 1801, elle rejoint le canton de Bourgogne dans l'arrondissement de Reims[3].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1792 1793 Louis Charles Passelet    
1794 1795 Pierre Joseph Chopiton    
1796 1797 Nicolas Culloteau    
1797 1799 Jean Baptiste Malot    
1799 1800 Thimotée Etienne Chasse    
1800 1800 Jean Baptiste Malot    
1800 1807 Pierre Joseph Lapy    
1808 1814 Malot    
1814 1826 Malot    
1827 1831 Jean Baptiste Malot Lapy    
1831 1837 Jean Baptiste Malot Grassiere    
1837 1841 Thomas « Dominique » Bracquemart    
1842 1842 Jean Baptiste Martinet   Maire par intérim
1843 mai 1860 Jean Nicolas Vuiart    
mai 1860 mai 1877 Jean Baptiste Malot Loillier    
mai 1877 mai 1886 Jean Remy Gouverneur    
mai 1886 mai 1894 Jules Malot    
mai 1894 mai 1900 Jean-Louis Poncelet    
mai 1900 mai 1906 Jules Malot    
mai 1906 mai 1912 Léoni Laurent    
mai 1912 août 1921 Georges Delagarde    
août 1921 mars 1943 Louis Poncelet    
septembre 1943 novembre 1944 Louis Butelle   Maire par intérim
novembre 1944 mai 1945 André Maltot   Faisant fonction
mai 1945 mars 1959 Joseph Vernet    
mars 1959 mars 1965 Louis Butelle    
mars 1965 mars 1971 Robert Desuage    
mars 1971 mars 2001 Maurice Mouny    
mars 2001 en cours Guy Lecomte[4]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont les Colridiens et les Colridiennes[2].

En 2011, la commune comptait 484 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
492 473 510 526 509 485 500 516 502
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
488 416 466 407 387 340 351 330 353
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
327 307 304 288 247 250 233 239 261
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
211 240 224 296 327 372 450 473 484
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Sports[modifier | modifier le code]

  • Cauroy-lès-Hermonville est aussi un lieu Propice à la Ride. Effectivement Cauroy dispose d'un petit terrain de Bmx surnommé Angela, mais bientôt un vrai terrain va être construit[réf. nécessaire].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame-et-Saint-Nicaise fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1862[6]. Elle remonte aux XIIe et XIIIe siècles[7]. La nef de l'église est lambrissée et romane. Son porche champenois est le plus ancien de la région.
  • Le monument aux morts de la Première Guerre mondiale est une réalisation en calcaire des architectes H. et G. Tortrat, notamment grâce à un don de Favetto-Bon[8]. Il est inauguré le 4 octobre 1925[7]?
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Carte IGN de Cauroy-lès-Hermonville sur Géoportail. Consulté le 1er mai 2013.
  2. a et b « Informations générales et galeries photos », sur site de la commune de Cauroy-lès-Hermonville (consulté le 1er mai 2013).
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice de la commune de Cauroy-lès-Hermonville », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 1er mai 2013) .
  4. [xls]« Liste des maires de la Marne au 1er août 2008 », sur site de la préfecture de la Marne (consulté le 22 décembre 2008) et [PDF]« Liste des maires de la Marne en avril 2014 », sur site de la préfecture de la Marne (consulté le 12 juin 2014)
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  6. Publication au Journal officiel le 18 avril 1914. « Notice no PA00078606 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 1er mai 2013.
  7. a et b « Un peu d'histoire », sur site de la commune de Cauroy-lès-Hermonville (consulté le 1er mai 2013).
  8. Alexandre Niess, Enquête thématique départementale sur les monuments aux morts de la guerre 1914-1918. « Notice no IA51000537 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 1er mai 2013.